Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

25/06/2017

Un Jour sans Jésus VI, tous givrés

Juncker, GlénatLe Messie a pris la fuite. Enfin le corps du Messie après sa mort sur la croix. Un classique le tombeau du Christ vide, les apôtres en déroute et puis, au moins en version officielle, le retour de Jésus tout beau, tout frais avant de monter au ciel. Nicolas Juncker, depuis excommunié, a écrit les six tomes de Un jour sans jésus qui raconte par le menu ce jour exceptionnel du Christ baladeur. Oui six, donc il a persisté dans le péché et finira chez Lucifer. A ses côtés pour raconter l'improbable pagaille à Jérusalem, des Romains et autres gardiens du temple ou tribus rebelles, il y a au dessin Pacheco. Au purgatoire lui-aussi. On en arrive à l'épilogue avec ce livre VI qui n'exclue pas un loufoque digne des Marx Brothers revu et amplifié par Mel Brooks. Tous givrés dans cette série.

Lire tout l'article sur ligneclaire.info : Un Jour sans Jésus, Livre VI, Vents d'Ouest, 11,50 €

07/04/2017

Morocco Jazz, la fin d'une époque

Vents d'OuestC'était le temps de la décolonisation. La France s'accrochait comme elle pouvait et par tous les moyens à ses colonies Maroc, Algérie et Tunisie. Au Maroc on est au début des années cinquante sous un régime de protectorat qui s'éteindra en 1956 mais aura été combattu très ouvertement par les autorités françaises et la population d'origine métropolitaine. C'est dans ce contexte que se déroule la BD de Julie Ricossé, Morocco Jazz. Un petite chanteuse de club se retrouve confrontée à des luttes qui la dépassent. Par amitié, Louise est embarquée dans une aventure violente et sans issue. Un dessin aquarellé qui a beaucoup de charme.

Lire tout l'article sur ligneclaire.info : Morocco Jazz, Vents d'Ouest, 19,50 €

02/04/2016

J'ai tué Marat, Charlotte Corday persiste et signe

Bollée, Vents d'OuestA la base de cette collection, des assassins et des victimes célèbres. Après Abel et Cain ou Philippe II de Macédoine, ces sont Marat et Charlotte Corday qui font la Une de ce nouvel album. Traité de façon particulièrement originale par Laurent-Frédéric Bollée au scénario, ce couple unis par la mort et que tout oppose s'offre un dernier face à face avant de rejoindre l'éternité. Une joute étonnante, surprenante qui finalement pourrait presque faire croire qu'on s'est trompé sur qui est la vraie victime ou, mieux, si Marat et Corday ne sont pas égaux bien qu'ennemis dans leurs convictions.

Lire tout l'article sur ligneclaire.info : J'ai tué Marat, Vents d'Ouest, 14,50 €

10/10/2015

Communardes, Lupano pour des femmes de courage et de combats

Lupano, Communardes, Vents d'OuestAprès Les 7 nains et Traquemage,  Wilfrid Lupano a pris fait et cause pour la Commune de Paris en 1870-1871. Les Prussiens ont flanqué une raclée à l'armée de ce bon Napoléon III et se prépare à défiler sur les Champs Elysées. Cela deviendra une habitude. Mais en 1870, le gouvernement est à Versailles et Paris on gronde, on a faim, on se révolte et la Commune se lance dans une aventure socialiste qui va mal finir après trois mois de souffrances extrêmes. La Commune sera réduite par les armes, la IIIe République va naître. Wilfrid Lupano a signé trois volets de ses Communardes, puissants portraits de femmes de combats et de courage. Chaque album est sous le crayon d'un dessinateur différent et peut se lire indépendamment des autres même si le personnage principal de l'un fait de la figuration dans celui de l'autre héroïne.

Lire le dossier sur ligneclaire.info : Les Communardes

03/09/2015

J'ai tué Abel, l’œil n'était pas dans la tombe

Vents d'ouest, Le Tendre, SorelUne malédiction, celle de Caïn qui a tué Abel au commencement des temps. Caïn puni par Dieu doit expier son péché. Seul Abel pourrait à son tour le tuer et le délivrer. Dans J’ai tué Abel, Serge Le Tendre replace l’éternel combat du bien contre le mal, la perversion de l’âme, à Babylone où règne Nebunedzar le cruel. Sa victime désignée, Hamor le berger qui va marier sa fille. Guilaume Sorel a donné toute la force de son dessin souverain et dramatique à cette quête de la rédemption impossible.

Lire l'article sur ligneclaire.info en cliquant sur :J’ai tué Abel, Vents d'Ouest, 15,50 €

17/02/2015

Parents mais presque, tranches de vie

Parents mais presque, Vents d'OuestMargot de Vigan explore la vie de quatre héros du quotidien, un père, une mère et leurs deux filles, encore un brin gamine mais à l'aube d'une adolescence qui s'annonce réjouissante. Parents mais presque... est une belle chronique d'aujourd'hui mais dans laquelle, à quelques détails près, la plupart des générations pourront se reconnaître. Parents, un sacerdoce auquel personne n'échappe, pour le meilleur toujours, bien sûr. Un joli trait souple et expressif qui cerne, avec humour et tendresse, le plus beau métier du monde.

Lire l'article sur ligneclaire.info en cliquant sur : Parents mais presque, Vents d'Ouest, 18,50

12/05/2014

Les Sportives cultes, 1955-1985, Fane le Montpelliérain la poignée dans le coin

Sportives cultes, Fane, Vents d'OuestHistoire de bien cadrer les choses, ces Sportives cultes des années 1955 à 85 n'ont rien d'humain. En ce sens que ce sont de motos que parle Fane le Montpelliérain et pas de championnes toutes catégories dans un recueil d'anthologie pour ceux qui ont eu la chance de voir et d'entendre rouler ces mythes à deux roues.

Bar2 ouvre le bal avec un préface qui remet les choses en place. Norton, Triumph, Ducati, on les a un peu oubliées même si aujourd'hui elles sont devenues pièces de collection ou parfois refaites en tirage limité. Elles avaient un look d'enfer et on enviait leur propriétaires. Sont arrivés ensuite les Japonaises. De toute c'est sûrement la 750 Four de Honda qui a marqué son époque. Il y a avait aussi dans la série, sauf erreur, une 350 pas mal du tout. En tir groupé Suzuki, Kawasaki et Honda ont envahi la France, narguant la finesse de Laverda, Ducati ou de Moto Guzzi qui avaient leur inconditionnels. Ne pas oublier BMW, du solide et du tranquille dont on pouvait racheter aux Domaines celles de la Gendarmerie. Pour mémoire il y a une Harley 1000 qui n'avait pas la côte particulièrement dans ces années bonheur. Toutes avait une gueule pas possible et leurs fans.

On se balade avec Fane dans un voyage où nostalgie mesurée et belles machines ne font qu'un. Il y en a en tout une soixantaine de sportives ou routières présentées en double page avec histoire et fiche technique. Fane en fait le profil et Pierre Vedel a écrit les textes en précisant aussi les compétitions, les prix remportés. Fane a mis sur leurs selles les motards de Joe Bar Team, la poignée dans le coin bien sûr.

A lire aussi sur ligneclaire.info en cliquant sur : Les Sportives cultes, 1955-1985, Vents d'Ouest, 12,50 €

08/04/2014

Les Quatre de Baker Street, Holmes ressuscité ?

Quatre Baker street, Vents d'ouestUne nouvelle aventure des Quatre de Baker Street, jeunes auxiliaires de Sherlock Holmes au moment même où leur héros est donné pour mort, il va y avoir des rebondissements et de l'action dans cet album qui reprend en grande partie la chronologie des romans de Conan Doyle. La Succession Moriarty, titre de ce cinquième épisode, est toujours menée par Jean-Blaise Djian et Olivier Legrand au scénario, David Etien au dessin.

Lire l'article complet sur ligneclaire.info en cliquant sur : Les Quatre de Baker Street, T5, La Succession Moriarty, Vents d'Ouest, 14,50 €

25/03/2014

Celui qui n'existait plus, perte d'identité volontaire

Celui qui n'existait plus, Vents d'OuestIl est heureux, au moins en apparence, a une femme, deux enfants et une maîtresse. Norman Jones a quarante ans et une envie irrésistible de tout plaquer car il s'ennuie. On est le 11 septembre 2001 à New York. Il décide qu'il est mort dans les ruines des Tours jumelles et Celui qui n'existait plus prend la route vers un destin qu'il croit joyeux.

Lire l'article sur ligneclaire.info : Celui qui n'existait plus, Vents d'Ouest, 22 €

28/01/2014

Thérèse, dragon, une Madame Sans-Gène, et amoureuse passionnée

Thérèse, dragon, vents d'ouestMarie-Thérèse Figueur, dragon de l'Empire, aura un destin sans précédent. Cette jeune fille, engagée comme cantinière puis dans la cavalerie, participera aux grandes batailles de l'Empire. Napoléon la distinguera. Elle a servi de modèle à Thérèse Dragon, héroïne de l'abum signé par Karl T. et Damien Marie. Elle gagnera aussi un surnom, celui de Madame Sans-Gène, que fera connaître par sa pièce de théâtre Victorien Sardou mais en la faisant devenir, ce qui est faux, l'épouse du maréchal Léfebvre.

Lire l'article complet sur ligneclaire.info : Thérèse, dragon, Vents d'Ouest, 14,95 €