Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

26/01/2016

Vin et humour avec le dessinateur Sylvain Pongi pour son exposition à Toulouse

Sylvain PongiSylvain Pongi connu aussi sous son nom de plume Syl, s'expose à Toulouse. Et pas n'importe où. Le restaurant panoramique La table du Belvédère "le plus haut perché de la ville rose" accueille son exposition "PSCHITT! 2.0 Vin et humour" du 26 janvier au 12 Février.

Détente et joie de vivre autour de la vingtaine de tableaux exposés dans la salle de restauration et le salon bar de cet établissement. Le vin, le terroir et le rugby sont savoureusement, bien sûr lieu oblige, mis en scène dans des dessins et aquarelles humoristiques, grâce à des personnages tout en rondeurs. Sylvain Pongi est un dessinateur de Presse reconnu à l'humour percutant.

 

10/01/2015

Je suis Charlie : rendez-vous dimanche à Montpellier à 15h

Je suis Charlie, Charlie Hebdo, Sylvain PongiC'est Place du Nombre d'Or, derrière le Polygone à Montpellier où se trouve le Club de la Presse, que le rassemblement de la manifestation "Je suis Charlie" aura lieu en ce dimanche 11 janvier. Rendez-vous à 15 h pour témoigner ensemble de l'attachement aux valeurs inaliénables de la République et rendre hommage aux journalistes de Charlie Hebdo, aux policiers, à toutes les victimes de l'horreur terroriste de ces derniers jours.

Le dessin qui illustre ce texte est signé par Sylvain Pongi, dessinateur de Presse que l'on peut retrouver sur son blog. Sylvain Pongi traite de l'actualité avec humour et talent dans la plus pure tradition de Charlie Hebdo.

15/11/2013

Syl et les notes des préfets : y a le feu au lac ?

Sylvain Pongi, notes des préfetsSylvain Pongi, Syl sous son nom de dessinateur de presse, nous offre un nouveau clin d’œil. La révolte gronde en France ? Les préfets envoient des notes alarmistes à l'Elysée. Ciel ! Qu'allons nous devenir ? Saint Hollande vit le martyre.

Il faudrait quand même raison garder comme avait dit ce bon monsieur Balladur, finalement au look très Bourbon. Des notes alarmistes, oui. Une exaspération compréhensible face à une fiscalité à tête chercheuse, certes. Une réforme de la retraite sectorisée pour ne pas toucher aux régimes spéciaux, oui aussi. Mais la révolution, ce n'est pas pour demain.

L'Histoire donne des leçons mais ne se répète pas et, à force de jeter de l'huile sur le feu, c'est plus la volonté de redressement de la France qui souffre que le risque de voir apparaître des rues envahies par des cohortes de bonnets rouges.

La France est un pays de pessimistes. Pas de raison que les préfets échappent à la règle. Il y a le feu ? Pas au lac. La preuve, le président est imperturbable. Saint Hollande vit le martyre avec dignité et constance. Sa popularité est inexistante. Il persiste, maintient Ayrault. Il aurait tort de se gêner tant, en face de lui, l'opposition de droite grâce à Jean-François Copé est inexistante. Dissoudre l'Assemblée ? Et pour quoi faire ? Appeler Martine Aubry ? Ils ne s'aiment pas. Non, c'est bientôt Noêl, les Fêtes, la trève des confiseurs. Les Français vont penser à autre chose. On ne fait pas la révolution en hiver. On en reparle au printemps ?

Jean-Laurent TRUC

02/11/2013

Syl et le foot : le monde à l'envers

Sylvain Pongi, Grève Foot, ligneclaire.infoSylvain Pongi, Syl sous son nom de dessinateur de presse, nous offre un clin d’œil sur le foot. Ah, ces joueurs millionnaires et leurs clubs qui vont faire grève ! Le monde à l'envers, les riches dans la rue.

Que la politique gouvernementale en matière fiscale ressemble à un bateau ivre, on le savait. Trois pas en avant, deux en arrière et au final des prélèvements qui ne cessent de grimper pour les particuliers. Heures supplémentaires fiscalisées, nouveaux contribuables à faible revenu, la totale car la France est endettée jusqu'au cou, c'est vrai. Mais pas question de toucher clairement aux dépenses de l'état ou à la fonction publique. Idem pour les retraites. A défaut de siffler, les salariés du privé vont vieillir en travaillant. Pas les fonctionnaires. Résultat, des promesses de campagne du candidat François Hollande reste le fameux 75% d'imposition sur les très hauts salaires. Qui fait l'unanimité sauf des concernés. On sait que les joueurs de foot atteignent des niveaux inégalés de rémunération. Mais ce sont leurs clubs qui sont en colère. Ce sont eux qui vont payer pour leurs joueurs de luxe. Le conseil constitutionnel a retoqué la loi. Les entreprises prendront en charge le bébé et donc les clubs de foot pour les joueurs. A lire la réaction saine et intelligente de Louis Nicollin sur lepoint.fr 

Alors le monde du ballon rond va s'arrêter de tourner et faire grève le 30 novembre. Sincèrement, qu'ils n'hésitent pas et le temps qu'ils veulent. Comme le suggère Syl, le syndicat des joueurs devrait même exiger le paiement des jours de grève avant de refouler à prix d'or la pelouse des stades et envoyer l'argent aux Bretons, à ces Français qui souffrent et dont l'emploi disparaît jour après jour. Et qui pourtant restent admiratifs devant les exploits de ces mêmes joueurs qui les font rêver. Allez comprendre.

Jean-Laurent TRUC

29/08/2013

La Syrie, c'est aussi l'affaire de Syl

Syl, Sylvain Pongi, SyrieLe dessin est signé par Syl. Il a plu à ligneclaire.info. C'est un dessin de presse, on ne renie pas ses origines. Ce dessin très fort résume toute l’ambiguïté devant laquelle se trouvent les puissances occidentales face à la Syrie. Intervention militaire aérienne, elle est certaine. Pas question de s'embarquer à l'irakienne avec des troupes au sol. Des objectifs militaires ? Sûrement. Loin des civils (que l'on veut en priorité protéger) et des tirs qui ne toucheront que des méchants sbires de Bachar el Hassad ? Ne rêvons pas. Même si on la justifie, la guerre propre n'existe pas. On a voulu y croire pendant celle du Golfe, la première. Et les autres qui ont suivi. Terme devenu à la mode, une guerre sans morts. De belles vidéos, des impacts limités, des têtes chercheuses d'assassins, les briefings militaires sont bien rodés.

Le dessin de Syl parle de dommages "collatéraux". Il aura fallu attendre longtemps pour intervenir en Syrie, les USA pas vraiment chauds, les Russes contre avec la Chine. Personne n'a resserré les boulons du père Bachar, ni de ses alliés qui déstabilisent aujourd'hui le Liban. Alors, oui, l'utilisation des armes chimiques est inacceptable mais on savait que el Hassad les utiliserait. Ce n'est pas d'intervenir maintenant, avec le risque que des innocents en soient victimes qui est coupable. C'est de ne pas l'avoir fait avant et autrement. Intervenir avec en prime la volonté  avouée de ne pas faire tomber le régime, faudrait savoir.

En savoir plus sur Sylvain Pongi alias Syl : http://syl-arts.blogspot.fr/

JL. T