Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

24/06/2018

Batman, The Dark Prince Charming 2

Marini, DargaudOn avait dit que ce n'était pas simple pour Enrico Marini de se lancer dans l'aventure Batman. Dès le tome 1 on avait pourtant pu constater qu'il avait su, tout en apportant sa propre marque au récit, maintenir les caractéristiques très personnelles de son dessin et faire évoluer le personnage. Au point que dans le tome 2, sur un scénario qui ose, il maintient le cap et séduit peut-être encore plus par son talent et sa créativité. Il y a des scènes et des ambiances qui resteront à la hauteur du défi. Finalement, Marini a bien fait. Il donne à Batman une envergure, c'est le cas de le dire, qui dépasse le simple cadre du comics, y ajoute des saveurs européennes, contrairement à ce qui a pu être dit, et rend une copie brillante. Et puis, Batman papa, le Joker, Harley Quinn et ses couettes, sans oublier l'inénarrable Archie, clown à la Stephen King, il y a vraiment de quoi se faire plaisir.

Lire le dossier sur ligneclaire.info : Batman, The Dark Prince Charming, Tome 2, Dargaud DC, 14,99 €

24/06/2017

Enrico Marini adopte Batman pour deux albums

Marini, BatmanStephen Desberg avait évoqué le sujet à Lyon dans son interview à ligneclaire.info. Marini va faire deux Batman et un communiqué de Dargaud vient de le confirmer. Dargaud et DC Entertainment co-publieront une bande dessinée inédite signée par Marini.  Ce qui confirme aussi que Marini passera la main pour Le Scorpion après le tome 12.

Lire l'article sur ligneclaire.info : Marini Batman

11/12/2016

Les Aigles de Rome tome 5, Marini emballe l'action

marini, dargaudOn  atteint le paroxysme de la lutte qui oppose Marcus et Arminius le Germain adopté par Rome et qui n'a de cesse que de retrouver ses origines pour se venger. Dans le tome 5 des Aigles de Rome, Marini emballe l'action d'un trait bourré de force et de réalisme. Marcus est le seul à pouvoir éviter que les Légions romaines soient prises au piège et son amour pour Priscilla n'arrange pas les choses. Marini sait raconter des histoires qui tiennent le lecteur en haleine. Le dénouement est proche. Malheur aux vaincus.

Lire tout l'article sur ligneclaire.info : Les Aigles de Rome T5, Dargaud, 13,99 €

 

15/10/2016

L’Étoile du désert, le retour du western mythique de Desberg et Marini avec Hugues Labiano au dessin

Desberg, Marini, LabianoC'était il y a un an au festival de Fabrègues. Hugues Labiano avait confié à ligneclaire qu'il travaillait sur une suite du western devenu un classique, L’Étoile du désert de Desberg et Marini. Plus qu'une suite ce tome 3 allait remettre en place certains personnages avant que ne commence l'intrigue des albums précédents. Une préquelle comme on dit en BD, tendance éditoriale fréquente désormais. On retrouve l'Ouest des pionniers, les Indiens et surtout celle qui va devenir la clé de cette saga. Labiano est aux crayons et dire que c'est un plaisir de retrouver son trait est faible. Complice de la première heure de Stephen Desberg, il a un dessin qui est toujours monté en puissance sur les bases d'un talent innovant, inspiré au point que chacun des ses albums est une symphonie qu'il faut savoir redécouvrir. Son Étoile ne déroge pas à la règle.

Lire le dossier sur ligneclaire.info : http://www.ligneclaire.info/desberg-marini-labiano-41154....

 

17/11/2013

Les Aigles de Rome, le souffle de Marini

Les aigles de Rome, Marini, dargaudMarini a démontré qu'il savait écrire une bonne histoire, de celles dont on attend avec impatience la suite. Tout en espérant aussi que le plaisir durera. Avec Les Aigles de Rome (Dargaud), le tome 4 ne fait qu'ajouter à la satisfaction de se plonger dans les méandres d'un duel sans pitié entre deux hommes et de s'étonner encore devant la maîtrise graphique de Marini, son pouvoir de narration par un dessin éclatant.

Lire tout l'article sur ligneclaire.info en cliquant sur : Les Aigles de Rome T4, Dargaud, 13,99 €

18/11/2012

Le voile se lève pour le Scorpion

Scorpion 10, Desberg, Marini, DargaudLe Scorpion est de retour. Avec pour obsession, on le sait depuis le tome 1, et on en est au 10, retrouver son père et venger sa mère qui a brûlé sur le bucher accusée de sorcellerie. On pensait que cet album viendrait clore la série et permettre peut-être à Desberg d'envoyer son Scorpion vers d'autres horizons. Si pourtant une partie du voile est levé on n'en a pas encore fini avec les Trebaldi. Et puis ce serait triste de se priver du dessin de Marini toujours aussi somptueux, enlevé, beau dans le détail, réaliste et académique mais si personnel. Du grand art Marini.

Le Scorpion Tome 10, Au nom du fils, Dargaud, 11,99 €

Lire l'article complet sur ligneclaire.com en cliquant sur le lien :

Le Scorpion Tome 10


16/08/2010

Le Scorpion, dix ans déjà et toujours aussi efficace

BD SCORPION.jpgEn neuf albums il est devenu l'un des plus reconnus des personnages de BD. Dans une Rome où s'affrontent les pires influences Le Scorpion fils d'une sorcière est opposé à son ennemi mortel le pape Trebaldi. Ultime espoir des amoureux de la liberté Le Scorpion arrive à contrecarrer les manigances de Trebaldi tout en recherchant partout la trace de ses origines. Dans le neuvième album qui sortira le 20 août on saura enfin pourquoi Le Scorpion porte cette marque sur l'épaule.

 

BD ROME.jpgPour le dixième anniversaire de ses débuts tous les albums du Scorpion vont bénéficier de nouvelles couvertures. Né de l'magination particulièrement fertile de Desberg (Black OP, Les Immortels, IRS, Tosca, etc..) et du crayon magique d'Enrico Marini (Gipsy, Rapaces, Les Aigles de Rome dont il assure aussi le scénario) l'aventurier à l'épée invincible a su séduire ses lecteurs. Panache, aventure, des méchants qui parfois gagnent, de très belles héroïnes, un mystère, le dessin somptueux, une très belle série publiée chez Dargaud.

 

26/10/2009

L'italien Marini part à la conquête de Rome

Enrico Marini est l'un des plus doués dessinateurs de sa génération. Du western avec L'Étoile du Désert au thriller historique avec Le Scorpion, le fantastique avec Rapaces aucun thème ne lui a résisté porté par un dessin brillant, réaliste, sensuel, riche et très fini. Désormais Marini s'est approprié aussi le scénario en se lançant seul dans une saga, Les Aigles de Rome (Dargaud) dont le tome 2 vient de sortir. « Paradoxalement ce sont mes scénaristes qui m'ont poussé. Un beau défi que de me prouver que j'étais capable d'écrire et de dessiner même si j'ai toujours participé dans mes séries à l'élaboration du scénario », précise Marini, cet italien né en Suisse.

BD ROME.jpgDes origines mixtes qui l'ont interpellé pour mettre en scène sous l'empire romain le destin de deux hommes, enfants par adoption d'un général qui leur donnera une éducation de combattants. Marcus et Arminius, prince germain, vont s'aimer, se haïr et se combattre. « Ce n'était pas l'époque la plus facile si ce n'est que par la documentation, le luxe de détails que demande l'action mais Rome m'attirait et je serais incapable de faire une BD dans un environnement contemporain. De plus je suis sensible au thème antique que personne ne m'a jamais proposé. » Et Marini de poursuivre en souriant : « Enfin j'ai envie de créer les histoires que j'aimerais lire. » Voilà comment on s'embarque dans Les Aigles de Rome, une tragédie bien bordée prévue en cinq albums qui repose certes sur les deux héros dont le second deviendra le libérateur de son pays d'origine, la Germanie future Allemagne en battant les légions romaines mais aussi sur des héroïnes calculatrices et belles comme Marini aime à les créer.

« J'avais besoin de me changer les idées. Me retrouver au siècle d'Auguste est une vraie récréation après "Le Scorpion" mon autre série. J'aime me laisser surprendre par ce que j'écris. » Histoire de pouvoir, d'argent et de coeur, Marini a su mélanger à bonnes doses tous les ingrédients.

Dans le tome 2, les cartes sont distribuées à l'aurore d'un nouveau monde qui verra le début de la lente agonie de l'empire romain trop loin de ses bases italiennes. « Si je continue à me régaler je m'ouvrirai à l'Antiquité au sens large du thème, la Grèce, le bassin méditerranéen. Pourquoi pas ? »

 Adieu à Coronado : un grand Loustal

BD LOUSTAL.jpgUn pourri, le père et un minable, son fils, voilà le duo que Denis Lehane, auteur de Mystic River, a écrit et que Loustal a porté en BD. Quand il sort de prison, Bobby se fait ramasser par son père qui veut à tout prix savoir où il a planqué une émeraude qui lui a valu un séjour à l'ombre et une balle dans le crâne. Amnésique depuis, le Bobby. Et le papa est une ordure sans scrupule. Un récit rapide, vif, violent que ce Coronado avec ces dessins portraits de Loustal vibrants et percutants. On a un vrai polar, une histoire bien noire qui vous prend aux tripes et explose en finale. Bobby n'ira pas à Coronado. "Coronado", Rivages Casterman, 17 €.

Grande ombre : Gine confirme

BD OMBRE.jpgAvec cette incursion en terres mythologiques Christian Gine a pris en main son envie de scénariste et l'a mise en phase avec son très beau talent de dessinateur. Une ombre mortelle envahit peu à peu la Terre. Seule la jolie Arcan a conscience du danger ; elle part en Crète où doit se jouer le sort du monde sous l'oeil attentif des dieux. Le tome 2, Prométhée, vient conclure cette balade au charme graphique évident. Le dessin de Christian Gine, ses couleurs forment un ensemble à nul autre pareil. On a de l'affection pour la petite Arcan qui ira au bout de son destin, sacrifiée sur l'autel de son espérance. A noter que Christian Gien travaille en ce moment sur un sxénario de Gille Chaillet qui aura Rome pour cdare "La Grande Ombre", T2, Glénat, 13 €.

 

 

16:45 Publié dans Parutions BD | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : marini, rome, dargaud |  Facebook |