Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

08/04/2018

La Veille du Grand Soir, jouer à se faire peur

Vassant, DelcourtCinquante ans après, que reste-t-il de mai 68 ? Au moins des BD qui sortent en nombre et vont célébrer chacune à leur façon un anniversaire qui sera aussi repris par la plupart des médias. Voici donc La Veille du Grand Soir, qui n'en fut d'ailleurs pas un et pour cause. C'est Patrick Rotman (Les Brûlures de l'Histoire, L'Ennemi intérieur) qui est le narrateur de ces journées très particulières pendant lesquelles beaucoup ont joué à se faire peur. Il y a ajouté quelques parcours romanesques, forcés souvent le trait qui, d'un côté comme de l'autre, flirte avec la caricature aussi bien pour le texte que pour le dessin signé par Sébastien Vassant. 

Lire l'article complet sur ligneclaire.info : Mai 68, La veille du grand soir, Seuil Delcourt, 24,95 €

16/02/2018

Jour J T32, sur la route de Los Alamos, faire ou pas la bombe

Pécau, DelcourtEt si l'homme qui est à l'origine de la première bombe atomique américaine qui en a supervisé la conception, celle d'Hiroshima puis Nagasaki, avait eu des états d'âme au dernier moment ? Dans Jour J c'est le choix scénaristique de Fred Duval, Jean-Pierre Pécau assisté de Fred Blanchard avec Denys au dessin accompagné aux couleurs par Scarlett Smulkowski. C'est sur la route de Los Alamos que s'embarque un peu paumé le célèbre Robert Oppenheimer. Une fuite pendant laquelle il va croiser des personnages tout autant mythiques que lui. Finement joué ce Jour J en deux tomes.

Lire tout l'article sur ligneclaire.info : Jour J, Tome 32, Sur la route de Los Alamos, Delcourt, 14,95 €

27/01/2018

Bad Ass, l'enfer c'est pour tout le monde

DelcourtIl a fauté Jack Parks. Fallait pas toucher ni coucher avec la Faucheuse. D'où une perte d'invincibilité pour Dead End du style mort immédiate et bon voyage au centre de sélection des têtes en os. Un épisode de Bad Ass aussi déjanté que d'habitude. Un voyage au bout de l'enfer mais c'est pas son style au Jack de se faire avoir et de passer sa mort à payer ses dettes en en prenant plein la tête. Herik Anna au scénario, Redec au dessin et à la couleur, la couverture de Bessadi et Gaétan Georges, on est dans le ton. Des idées par vagues mais quand même, pour les vieux fans de Beetlejuice de Burton, un sacré gros air de déjà vu complètement pompé du film au début de l'album avec la salle d'attente des services administratifs pour décédés tout frais.

Lire tout l'article sur ligneclaire.info : Bad Ass, Jack goes to hell, Delcourt Comics, 15,50 €

10/11/2017

Dark Museum T2, Le Cri de Munch

Munch, DelcourtDeuxième tome de la série Dark Museum avec en vedette l'un des tableaux les plus marquants, saisissants, agressifs même de l'histoire de l'art. Le Cri d'Edvard Munch est une œuvre dont Alcante et Gihef au scénario de cet album propose une explication de sa création qui flirte à la fois avec la psychiatrie et le fantastique. On va suivre les émotions plus ou moins contrôlées de Munch jusqu'à une apocalypse infernale que dessine Luc Brahy dont la palette graphique s'enrichit d'album en album.

Lire tout le dossier sur ligneclaire.info : Dark Museum, T2 Le Cri, Delcourt, 14,95 €

30/10/2017

Marshal Bass T2, la sierra à feu et à sang

Kordey, DelcourtL'Auberge Rouge façon western sauce spaghetti, c'est un peu le fond de commerce de ce nouvel épisode des aventures épiques et sanglantes du Marshal Bass. Une petite ferme et de pas gentils agriculteurs, un marshal noir qui a un chasseur de primes aux fesses, un tueur à récupérer, on mélange le tout pour un symphonie en Colt majeur qui fonctionne pas mal du tout. On dirait presque du Tarantino saupoudré de Leone sous les plumes et les pinceaux de Darko Macan et de l'incontournable efficacité d'Igor Kordey.  Du lourd, on aime (ou pas) mais ça décoiffe ferme.

Lire tout l'article sur ligneclaire.info : Marshal Bass, T2 Meurtres en famille, Delcourt, 14,95 €

17/10/2017

Le Joueur d'échecs, résistance de l'esprit

Zweig, DelcourtRetrouver David Sala est un plaisir. Il avait obtenu le prix de la ville de Sérignan en 2000, signé Replay (Casterman) ou l'excellent et prenant Nicolas Eymerich, inquisiteur (Delcourt). Cette fois il adapte une œuvre majeure, Le Joueur d'échecs de Stefan Zweig. Une traversée à bord d'un paquebot pour un duel aux échecs de légende entre un maître inculte et un inconnu, sur fond de nazisme, David Sala a su restituer toute la force et les particularités du roman aussi bien par le texte, ses choix, et un dessin inspiré, violent parfois, sublimé par des teintes qui accrochent et dirigent l’œil.

Lire le texte complet sur ligneclaire.info : https://www.ligneclaire.info/sala-zweig-56794.html

08:00 Publié dans Actualité | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : zweig, delcourt |  Facebook |

09/10/2017

La Révolution Russe, Jules Bonnot rebat les cartes

DelcourtUne compilation du diptyque "Septembre Rouge – Octobre Noir" dans la collection Jour J sous le titre La Révolution russe, c'est une sortie qui mérite qu'on s'y penche. Une uchronie bien sûr signée Duval et Pécau sur un dessin de Calvez qui peaufine le trait en y apportant en plus un réalisme indispensable. Bonnot Jules, Clemenceau, Blondin commissaire des Brigades du Tigre, les "boches" sont à Paris. La France a perdu la guerre de 14 battue à la bataille de la Marne. Enfin presque, elle résiste avec son empire et Alger est la capitale. Ce qui aurait pu arriver en Juin 40 transposé pour la première guerre. Clemenceau-De Gaulle même combat. Et Bonnot là dedans ? On se rassure il va avoir du boulot côté Russie. Intéressant même si on se demande comment à l'époque encore du cheval l'Allemagne aurait pu envahir toute la France. 

Lire le dossier complet sur ligneclaire.info : Jour J Édition Spéciale, La Révolution Russe, Delcourt, 20 €

23/09/2017

L'Homme de l'année 1927, Fritz Lang avec Metropolis

Andronik, MavricC'est l'un des plus mythiques films de l'histoire du cinéma. Avec Metropolis, Fritz Lang a voulu montrer la possibilité d'une entente entre classes sociales dans un film de science-fiction où un robot de l'héroïne principale va jouer les trouble-fête. C'est justement l'histoire de ce robot de Metropolis qui est la base du récit de Jean-Pierre Pécau dessiné par Andronik et Mavric (Cette machine tue les fascistes), deux auteurs de Sarajevo qui montrent une fois de plus les qualités de l'école BD de ce pays. On navigue en pleine montée en puissance du nazisme qui va tenter par tous les moyens de peser sur Lang pour que son film soit à leur gloire.

Lire tout l'article sur ligneclaire.info : L'Homme de l'Année 1927, T12 Le robot de Metropolis, Delcourt, 15,50 €

31/08/2017

Le Prince des ténèbres, et si le 11 septembre avait pu être évité ?

Kordey, DelcourtLa collection Jour J s'enrichit d'un nouveau titre dont les deux premiers tomes sont sortis simultanément. Le Prince des ténèbres est signé par un trio qui excelle dans le genre, celui de l'uchronie. Cette fois on rejoint un monde qui est en pleine actualité, attentats, Al-Qaïda, Ben Laden, l'islamisme radical. Duval, Pécau et l'incontournable Kordey ont basé leur thriller, un des meilleurs de la collection Jour J sur la possibilité que les attentats du 11 septembre aient pu être évité. Comment, grâce à qui, quelles filières ont été remontées, quels intérêts sont en jeu ? Du cousu main à tout niveau, d'une rare efficacité avec un héros, mort dans les Twins, John O'Neill, ancien directeur adjoint du FBI qui avait effectivement prévenu du danger mais que l'administration Bush, incompétente et prétentieuse, n'avait pas écouté. On ne réécrit pas l'histoire sauf dans les uchronies. Dommage.

Lire tout l'article sur ligneclaire.info : 0 € Jour J 30, Le Prince des ténèbres, T2, Delcourt, 15,50 €

03/08/2017

L'Homme qui n'aimait pas les armes à feu T4, Salomone à Sète le 26 août

Salomone, Delcourt, LupanoÉpilogue à la longue et fougueuse balade de L'Homme qui n'aimait pas les armes à feu. Un tome 4 qui va encore permettre à tous les protagonistes de tenter de se piquer mutuellement les fameuses lettres de Madison qui pourraient casser le second amendement de la constitution autorisant tous les Yankees à se balader armés. Wilfrid Lupano a concocté un final en feu d'artifice, ou de peloton au choix, assez moral en fait. Il faut en garder tout le suspense. Paul Salomone apporte l'efficacité enjouée de son coup de crayon aussi précis qu'un 45 de chez Colt. Le dessinateur sera en dédicace au prochain BD Plage à Sète le 26 août prochain.

Lire l'article sur ligneclaire.info : L'Homme qui n'aimait pas les armes à feu, T4 La loi du plus fort, Delcourt, 15,50 €