Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

21/03/2018

Filles des Oiseaux T2, amies pour toujours

Cestac, DargaudOn y est. Mai 68 pointe le bout de ses barricades, de ses interdits d'interdire, de sa jeunesse qui fait boum. Et où c'est tout ça ? Dans le tome 2 des Filles des Oiseaux de Florence Cestac. En prime on va fêter cette année les 50 ans de la chienlit comme disait un grand général. D'accord, on ne rajeunit pas pour autant mais les deux copines que l'on retrouve après leurs années de couvent-collège elles vont s'en donner à corps et à cœur joie. Et puis les années vont passer. Florence Cestac, c'est un peu Thérèse sauf qu'elle ne fera pas dans le choux à la crème encore que la BD c'est pas loin pour le bonheur, le goût et le plaisir. Avec elle il y a la copine BCBG bourrée de fric qui pète un câble, Marie-Colombe. Les deux font la paire au fil des ans. Amies aux Oiseaux, amies pour toujours. On adore. Florence Cestac sera à la Comédie du Livre à Montpellier.

Lire tout l'article sur ligneclaire.info : Filles des Oiseaux, Tome 2, Dargaud, 13,99 €

24/12/2016

Harry Mickson & Co, les débuts des incontournables gros nez de Florence Cestac

CestacUn retour aux sources ce Harry Mickson & Co, premiers travaux d'aiguille et de plume à bec de Florence Cestac. Les débuts du gros nez, les vaches très maigres, Futuropolis, les copains et un Harry Mickson qui s'invite au programme, relookage post-moderne d'une souris grise bien connue certes mais sur le retour. Un peu par hasard et pour passer le temps. Il va se faire un nom Harry comme l'inspecteur mais en beaucoup plus cool façon de mener ses enquêtes.  Il est une mascotte et il va même donner naissance à cinq albums en dix ans, de 1979 à 1988. En sortant cette compilation exubérante, cette partition explicative avec une dizaine de pages qui racontent l'enfance, la jeunesse, les études et la suite de la vie de notre très chère Flo, on fait œuvre de mémoire mais aussi de salubrité publique. L'humour est là, grinçant, déjanté, déluré. On se met à rêver de ces années (sans nostalgie. Enfin un peu quand même) où avoir un peu plus de vingt ans avait donné jour à un chef d’œuvre pareil que le monde entier nous envie. Fermez le ban.

Lire tout l'article sur ligneclaire.info : Harry Mickson & et Co, Dargaud, 24,95 €

01/04/2015

Interview : Florence Cestac signe Un Amour exemplaire, à la vie, à la mort

 

Amour exemplaire, Cestac, Pennac, DargaudUn bonheur cet Amour Exemplaire (Dargaud). Un couple hors normes, Germaine et Jean, qui ne vivent que pour leur passion. Jusqu’au bout, pendant plus de quarante ans. Comme quoi, même vieillir est un acte d’amour au quotidien. Daniel Pennac (Le Journal d'un Corps, Malaussène) les a connus enfant, vraiment, et avec Florence Cestac il les a fait revivre dans un album bourré d’émotion, de joie et de bonne humeur. Florence Cestac raconte comment Germaine et Jean sont devenus des héros de BD. Propos recueillis par Jean-Laurent TRUC

Lire l'interview sur ligneclaire.info en cliquant sur : Un Amour exemplaire, Dargaud, 14,99€

02/08/2009

Cestac : une belle brochette de vainqueurs

BD AIME PAS.jpgC’est une belle brochette de vainqueurs, de cas douteux, de surgonflés de l’ego, de prétentieux, d’authentiques synthèses de la connerie ambiante et de la méchanceté (parfois) réunies. Florence Cestac nous offre, en histoires courtes de quelques planches, une superbe galerie de portraits qui nous font tous penser immanquablement à quelqu’un. Et pourquoi pas à nous des fois ? On vous le demande. Tout ces gens la gonflent grave la Florence. Ils se prennent pour des génies ou des modèles. Cestac puise dans le réservoir sans fond de nos concitoyens, de ces femmes et de ces hommes qui l’entourent, nous, vous, moi, les autres.

 

Qui ne connaît, ou n’a été, un chef de service tatillon et sûr de lui ? Qui n’a été au moins une fois (allez, deux fois)  imbuvable avec un collaborateur ? Quel est le père qui n’a jamais poussé à bout sa progéniture en lui rabâchant ses idées bien arrêtées sur la vie ? On passe sur la meilleure amie à qui le monde fait du bien en permanence alors qu’on se morfond dans un trou noir sans fin ? Et les maris parfaits faux-culs ? Et le roi du bricolage surnommé Attila ?

 

Cestac a ouvert large la boite à baffes. C’est dans sa nature et on ne peut pas être l’auteur du Démon de Midi, franche, tendre et drôle sans avoir le coup d’œil assassin mais lucide, votre honneur. Dans le style on aime bien son explorateur velu et allergique aux poils de chats, le mec qui se prend pour un nouveau paysan. Surtout depuis les Européennes. Le format à l'italienne du bouquin colle parfaitement aux desseins et au dessin de Florence qui est de nous faire rire même jaune. Et pourquoi pas, réflêchir ? J'aime pas les gens qui se prennent, Hoëbeke, 10, 50 E.

 

 

Quand l’amour prend racines

 

 

BD BONSAI.jpgIl y a peu d’auteurs comme Fred Bernard qui sache nous jeter un sort, nous ensorceler avec ses histoires, nous plonger dans ses univers dont on ne revient jamais le même. Depuis La Tendresse du crocodile ou L’Ivresse du poulpe avec sa jeune héroïne, Bernard a évolué, marqué son territoire. Il récidive cette fois en reprenant totalement à son compte L’Homme Bonsaï, un texte écrit par lui et illustré en son temps par François Roca. Bernard a purement et simplement donné vie à une œuvre parfaite, mélange d’aventures, de poésie, de fantastique, avec sa part de rêve et de chagrin. On part à sa suite, dans un port, dans un bouge à marins, où un capitaine au long court raconte l’histoire d’un curieux navire abandonné en pleine mer et sur lequel un arbre énorme a poussé.

 

 

Quand l’arbre s’est mis à lui parler, le capitaine s’est fait violence pour écouter le cruel destin d’Amédée, l’humain,  devenu cet arbre maudit. Abandonné sur une île déserte par des pirates Amédée, le marin, recevra une graine sur le crane qui s’y incrustera. Un petit arbre va y pousser. Recueilli par des pirates chinois dont le chef, un noble vieillard sait tailler les bonzaïs, Amédée devient un redoutable guerrier invincible, porté par la sève de l’arbre qui l’irrigue.

 

 

A lui les abordages, les filles et les richesses. Dans le joli village vietnamien de Hoï An, il tombe amoureux de la belle Changaï Li (encore une femme fantasque comme Bernard les aime), l’enlève et vit sa passion qui peu à peu va les dévorer tous les deux. A la mort de son grand amour, Amédée plantera ses racines à bord d’un galion, là où deux siècles plus tard le trouvera le capitaine. C'est un beau conte dessiné en finesse et enrichi de jolis détails comme les tatouages des héros. Fred Bernard imagine, sculpte, cisèle, nous offre une histoire d'amour exceptionnelle. Son homme bonsaï et sa Changaï Li sont à leur façon de dignes héritiers de Roméo et Juliette. L'Homme Bonsaï, Delcourt, 14, 95 E.

 

 

 

 

Y a de la joie, bonjour tristesse

 

 

BD PTIT RIEN.jpgPatrick n’est pas un rigolo. Le nouveau héros de Pascal Rabaté est pourtant l’heureux propriétaire d’un magasin de farce et attrapes à l’enseigne subtile et surréaliste, Le Petit rien tout neuf avec un ventre jaune qui donne son titre à l’album. D’accord, la femme de Patrick s’est fait la malle mais avec un dépressif pareil y a de quoi aller voir ailleurs si la vie pourrait pas être plus rose. Depuis le Patrick se morfond, et fait régner autour de lui tristesse et morosité. Sa mère, son frère, sa vendeuse Stéphanie, personne n’y échappe. Quand on vend des coussins péteurs ou des masques de Sarkozy on se doit théoriquement d’avoir le moral.

 

 

Mettant de côté ses pulsions suicidaires Patrick accepte de se rendre à un bal masqué. Erreur fatale car son petit cœur tout triste va faire boum pour une jeune et jolie acrobate de cirque, Clarisse. Finies les idées noires, Patrick s’enflamme, accapare la belle et redevient l’inventeur de génie qu’il a été, toujours prêt à bricoler un jouet ou un gadget, un gai-luron. Il y aura pourtant dérapage avec le frère de Patrick, une grosse bagarre, qui tourne mal. Et puis Clarisse mettra les voiles submergée par l’amour inconditionnel de Patrick.

 

Une histoire douce-amère, Pascal Rabaté raconte une rencontre et deux destins qui se croisent, sans plus, comme souvent. L'amour il faut y croire à deux sans exclusive et ne pas passer à côté. La sincérité recouvre tout le propos de Rabaté. Il y apporte en plus une touche d'humour te de simplicité. Le dessin est à la fois sobre et chaleureux, riche, exressif. Etonnant comme on ses ent concerné et ému par ce couple hors du commun. Rabata a vraiment beaucoup de talent. Le Petit rien tout neuf, Futuropolis,18 E

15/01/2009

Des histoires d'aujourd'hui

BD MOURRAI.jpgDes histoires de notre temps, drôles, banales par leur simplicité ou étonnantes par leur violence, en voici deux beaux exemples. Un jeune homme qui ouvre le feu au fusil de chasse sur les invités du mariage de son frère, Alfred a adapté le roman de Guillaume Guéraud, "Je ne mourrai pas gibier". On avait d'Alfred dit grand bien l'an dernier à la sortie de Pourquoi j'ai tué Pierre.

Avec cette bascule irrémédiable d'un adolescent, Clément, vers la folie meurtrière Alfred nous interroge. Clément ne supporte plus la méchanceté, la cruauté, la violence morale d'un quotidien pitoyable. Alors il passe à l'acte, rendu fou par la haine des autres. Alfred a rendu un album qui émeut, touche et interpelle. Graphiquement il colle au sujet qu'il épaule avec brio. Alfred est un auteur qui sait toucher où ça fait mal. Tant mieux (Delcourt, 14,95 €).

BD HISTOIRES.jpgPlus tendre et quotidien, triste aussi mais c'est la vie, "Histoires Cachées" de Brigitte Luciani et Colonel Moutarde, deux jeunes femmes à l'humour et la tendresse à fleur de peau. Que plus banal qu'une famille qui se réunit pour un enterrement. Sauf que les vies se recroisent, que ressortent les rancoeurs ou les amours. Il y a toujours la partie cachée de l'iceberg dans nos vies. C'est ce que les auteurs ont voulu nous raconter. On lit l'album une première fois sans ouvrir certaines pages intercalées non découpées. Ensuite on peut les séparer et lire ces histoires cachées, parenthèses de vies, petits secrets et vérités ambiguës. Parfait. (Delcourt, 13,95 €).

Biographie d'un auteur culte

BD SUICIDE.jpgEn racontant la véritable histoire de Charlie Schlingo, auteur de BD, alcoolique notoire, génie total mal embouché, propriétaire de la chienne nommée "La Méchanceté", Florence Cestac et Jean Teulé s'offrent la biographie d'un personnage culte. Charlie Schlingo pour les non initiés est l'auteur disparu en 2005 d'un bon nombre d'albums et a collaboré à Hara-Kiri ou Charlie. On apprend donc tout sur Schlingo touché par la polio, qui marche sur les mains, se castagne souvent et picole dur. Teulé dont on a adoré le Villon ou le Montespan, est le complice d'une Cestac au dessin toujours aussi touchant. "Je voudrai me suicider mais je n'ai pas le temps", Dargaud, 18 €.

Sacrés Gaulois !

BD OBELIX.jpgOn ne revient pas sur les tribulations familiales et capitalistiques des ayants droit d'Astérix. Sacrés Gaulois, ils ont toujours autant de mal à s'entendre. Alors ne boudons pas notre plaisir avec la mise en album d'un secret dévoilé en 1966 dans le journal Pilote, Comment Obélix est tombé dans la marmite quand il était petit. Question existentielle pour tous les fans du compère d'Astérix à laquelle Gosciny avait apporté la réponse. Albert Uderzo a illustré cette jolie histoire dans laquelle nos héros ont six ou sept ans, pas de moustaches et un gros tas de chouettes copains. Belle époque. Comment Obélix..., Editions Albert René, 8,90 €.

Au bord du fleuve

BD OBOYS.jpgSur les bords du Mississipi dans les années 30 il va s'en passer des coups tordus avec des amitiés qui se nouent au fil des jours. Sur fond de blues Huck Finn vit avec un père ivrogne et trafiquant d'alcool frelaté. Son meilleur ami est noir, Charley. A eux deux ils sont des durs à cuire qui vont faire le choix de prendre la route même si Huck adopté par un riche commerçant aurait pu connaître un autre destin. Une fresque épique signée par Cuzor au dessin et Thirault au scénario. Une histoire bien écrite sous influence, certes de Twain à Steinbeck, mais qui a su s'en affranchir côté textes. " O'Boys, T 1 Le Sang du Mississipi" , Dargaud, 13,50 €.

Très beaux les chats

BD CHAT.jpgIls sont des compagnons souvent silencieux, indépendants mais toujours fidèles. Au moins à ceux qui les nourrissent. Les chats sont les témoins impassibles de nos vies. Ils sont onze dessinateurs, femmes et hommes, à avoir tracé le portrait de leur chat de rêve ou de poil à travers autant d'histoires courtes rassemblées en un superbe album endiablé. On a aimé ce florilège subtil et bien tourné par entre autres Colonel Moutarde (c'est une dame), Jérôme Jouvray, Alice Picard ou Nathalie Ferlut. De la tendresse ils nous en donnent aussi ces doux félins. Il fallait bien leur rendre un jour. " Mon Chat à moi" , collectif, Delcourt, 13,95 €.