Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

05/06/2009

Ferrandez à la Fnac clôture sa saga algérienne et va adapter Camus

BD TERRE.jpgJacques Ferrandez de passage à Montpellier était en dédicace à la Fnac. Avec le tome X des Carnets d'Orient, (chez Casterman), Ferrandez termine brillamment son histoire de l'Algérie, de la colonisation en 1830 à l'indépendance en 1962. Se lancer dans une telle aventure, traiter de l'une des plus traumatisantes périodes de l'Histoire de France, Jacques Ferrandez, pied-noir d'origine, savait les difficultés qu'il allait rencontrer. Les lecteurs toujours plus nombreux se sont plongés dans cette saga algérienne. Mêlant habilement des personnages romanesques aux héros historiques, basant son travail d'auteur de BD sur une documentation rigoureuse, Ferrandez, avec son crayonné que soulignent ses jeux de couleurs lumineux, a su donner un vrai caractère à son oeuvre teintée d'orientalisme.

BDFERRANDEZ.jpgPour le dernier tome, Terre fatale, ce sont jusqu'à 1962 les deux années finales de souffrance, de guerre et d'incompréhension qu'il raconte. On y retrouve ses héros dont les destins, désormais, sont scellés.

La fresque algérienne de Ferrandez (notre photo DR) restera comme incontournable pour qui veut avoir une vraie vision d'ensemble, objective et émouvante de la tragédie , tout en se laissant charmer par le grand talent du dessinateur.

Pour la suite Ferrandez prépare chez Gallimard une adaptation d'une nouvelle d'Albert Camus. 56 planches sont prévues pour cet album. Une vingtaine sont déjà prêtes. Parue en 1951 "L'hôte" porte déjà ce que sera la guerre d'Algérie. " C'est l'histoire d'un jeune instituteur à qui un gendarme confie un prisonnier pour le conduire jusqu'à la ville. On est dans les montagnes algériennes, les Aurés, et tout va se jouer dans le face à face de ces deux hommes " explique Ferrandez. Allusion à la guerre qui couve, aux choix qu'il faudra faire, Camus a repris sa nouvelle en 1957 dans un contexte plus dur. Une envie normale et un beau défi dont on sait qu'il triomphera avec brio que d'adapter Camus en BD. Il est l'un des rares à pouvoir le faire. Ensuite pourquoi pas une petit tour avec Benacquista pour "Les Morsures de l'Aube" ?

Mille sabords, à l'abordage

BD POULAILLERS.jpgLes histoires de pirates n'en finissent pas de se bousculer à l'abordage des collections et du lecteur. Cette fois Laureline Mattiussi nous offre sous un trait clair et arrondi un duel entre deux capitaines, un homme et une femme, qui vont aller au bout de leur rivalité ambiguë pour se voler un trône inca en or. Mais plus que d'action et de combats c'est d'attente que l'auteur a voulu parler, celle des calmes plats, des racontars et des légendes de bord. Il y a de l'humour, de l'amour, de la passion dans cette basse-cour pleine de rebondissements et de surprises dont le tome I atout pour séduire. "L'Ile au poulailler", Glénat, 15 €.

Petits riens qui font la France

BD FRANCE.jpgUne coloscopie, mot un brin difficile car connoté médical et pas très gai mais qui dans le cas des dessins de Lefred-Thouron s'impose. C'est à nous de digérer tous les tracas de notre vie quotidienne, la réalité souvent absurde des principes qui nous régissent. Politique et ses héros à facettes multiples, argent facile pour les uns introuvable pour la grande majorité des autres, l'auteur tranche, nous fait rire depuis des années, souvent jaune. Le dessin de presse est un art difficile qui ne supporte pas la faiblesse tout en sachant faire dans la nuance, exploiter pourtant les petits riens. C'est bien réussi. "Coloscopie de la France du XXIe siècle", Dargaud, 15,50 €.