Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

26/11/2009

Blake, Mortimer et Van Hamme, le retour

BD TRENTE.jpgThorgal, XIII, Largo Winch. Jean Van Hamme est le grand scénariste de la BD. Cet économiste distingué et reconverti dans la ligne très souvent claire est aussi le repreneur depuis 1996 de Blake et Mortimer. En alternance avec Yves Sente, Van Hamme signe les aventures des deux célèbres héros de Jacobs. D'où son nom au générique de La Malédiction des trente deniers, dernier opus de la série. Un album qui aura eu une histoire tragique et triste.

C'était René Sterne qui était au dessin, lui le brillant et attachant auteur de Adler, une série dont Midi Libre a publié deux albums. René Sterne, en plein travail sur le Blake, nous a quittés définitivement, laissant les planches inachevées. Avec courage et brio, sa compagne Chantal de Spiegeleer a terminé le travail. Et on se dit que le choix de Sterne pour dessiner Blake était vraiment le bon. Au scénario, Van Hamme cadre le sujet parfois un peu trop didactique mais dans la ligne Jacobs. Qu'est devenu Judas, qui a vendu Jésus, et surtout sa prime des trente deniers ? Dans ce premier tome (Dargaud, 15,50 €), Mortimer retrouve Olrik et un ancien nazi. Il aura pour compagne une charmante jeune Grecque. Du cousu main.

BD TELESCOPE.jpgAutre titre qui sort signé par Van Hamme, Le Télescope, sur un dessin de Teng (Casterman, 14,50 €). 84 pages dans lesquelles une bande de copains sexagénaires tombe amoureux d'une jeune call-girl dont ils lorgnent les ébats au télescope. Et par amour il va y avoir de l'arnaque dans l'air. Les copains se révoltent et iront jusqu'au bout. Une excellente histoire que maître Van Hamme a concoctée avec le superbe dessin de Teng.

Du peintre David à Yslaire

BD CIEL.jpgEtonnant et captivant album. Le dessinateur Bernard Yslaire et le romancier Jean-Claude Carrière ont fait cause commune avec le musée du Louvre pour rendre vie au peintre David. En pleine Terreur et sous l'oeil sceptique et froid de Robespierre, David peint la Révolution. Il signe Marat assassiné dans sa baignoire et travaille au Louvre, ce nouveau musée qui se veut en rupture avec l'Ancien Régime. David est en quête perpétuelle et un jeune homme à la recherche de sa mère sera son modèle idéal. Carrière et Yslaire apportent à l'histoire de la Révolution une vision bouleversante qui fera date. "Le Ciel au-dessus du Louvre", Futuropolis, 17 €.

Lanfeust encore et toujours

BD LANFEUST.jpgOn décline dans la série Lanfeust. Après Lanfeust de Troy et Lanfeust des Etoiles, on passe à Lanfeust Odyssey. Lanfeust rentre chez lui avec son compagnon Hébus, le gros troll. Sauf que depuis son départ les choses ont un brin changé sur Troy. Cette nouvelle déclinaison signée bien sûr par Arleston au scénario et Tarquin au dessin a toutes les vertus pour plaire aux fans du genre. Premier épisode, L'Enigme Or-Azur. Les héros ont pris un petit coup de vieux et Lanfeust a de nouveau la charge de Troy. Chaque aventure se déroulera en deux tomes. Histoire de ne pas lasser les lecteurs. "Lanfeust Odyssey" T 1, Soleil, 13, 50 €. 

Camus et Ferrandez

BD HOTE.jpgOn sait la passion de Ferrandez pour l'Algérie où il est né. Sa remarquable fresque Carnets d'Orient en est la preuve. En adaptant une nouvelle d'Albert Camus tirée de l'Exil et le royaume, Ferrandez apporte une dimension supplémentaire à son oeuvre. La confrontation simple et humaine entre un instituteur qui enseigne aux jeunes Arabes et le prisonnier, arabe aussi, qu'il doit convoyer à la ville est un drame pathétique. On est à l'aube de la guerre d'Algérie. Le destin de deux hommes va se nouer par hasard et leurs choix peut-être les perdre malgré leur honnêteté. Ferrandez est parfait. "L'Hôte", Gallimard, 13,90 €

Ordre mortel

BD OBEISSANCE.jpgOn avait vu récemment à la TV l'adaptation du roman de François Sureau. Cette fois, c'est Franck Bourgeron qui met en images - et quelles images - la ballade mortelle d'une guillotine en pleine guerre de 14 accompagnée du bourreau Deibler pour aller raccourcir un poilu criminel. Obéir aux ordres, ceux de la patrie en danger, tel est le leitmotiv du discours asséné à l'escouade accompagnatrice qui doit traverser les lignes ennemies. Raison et ineptie des ordres, la "veuve" arrivera-t-elle à bon port ? Une mission au bout de l'enfer à laquelle le crayon de Bourgeron apporte sa force. "L'Obéissance", Futuropolis, 17 €