Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

03/08/2012

Ciel en ruine : Berlin sous les bombes et fin de cycle

aviation,dauger,me 262,paquetUn petit tour dans les airs, on aime bien sur ce blog. Avec le tome 5 de Ciel en Ruine, Pinard au scénario et l'excellent Dauger (qui ne rêve que de dessiner un prochain album sur la Bataille de France en 40 avec des Curtiss ou des  Dewoitine) on retrouve le pilote de chasse Nikolaus qui a tenté d'échapper à la malédiction qui le poursuit. Mais ses efforts sont vains. On n'échappe pas au diable en plus quand il a pris une enveloppe canine.

Défiguré tel le Fantôme de l'Opéra il revient au front et le confident des pilotes qui ont connu son frère. Nikolaus aura par le menu la description de tous les combats aériens de son frère. Ce tome 5 ravira les fanas de Me 109 ou autre 262, Focke Wulfe. Pas d'erreur, du beau dessin et des ambiances à la Grand Cirque.

En parallèle Nikolaus déambule dans un Berlin écrasé par les bombes alliées et c'est la blonde Jana qui va croiser son chemin et peut-être faire basculer son destin. Toujours ce scénario à la fois très réaliste et aussi fantastique assez bien cadré. Fin du premier cycle. On attend bien sûr la suite. Ciel en Ruine, Paquet, 13, 50 €

18/12/2008

Hugault et Dauger à tire d'ailes chez Azimuts

BD AIR.jpgIls sont devenus, avec une poignée d'albums, des références. La BD aéronautique a avec eux retrouvé ses lettres de noblesse. Romain Hugault, pour le premier tome du Grand duc, et Olivier Dauger, pour le deuxième volume de Ciel en ruine, étaient en dédicace chez Azimuts à Montpellier. Après Buck Danny ou Biggles, Tanguy et Laverdure, la BD d'inspiration aéronautique avait marqué le pas. C'est Romain Hugault, en collaboration avec les éditions Paquet, qui a réussi le tour de force de lui permettre de revenir parmi les meilleures ventes d'albums. Un dessin superbe, précis, travaillé et basé sur l'histoire de la guerre aérienne pendant le second conflit mondial, Romain Hugault avait commencé à montrer son talent dans Au-delà des nuages et Le dernier envol. Cette fois, il s'est associé au scénariste Yann pour raconter l'histoire du Grand duc, célèbre bimoteur qui avait permis à l'aviation allemande d'acquérir la suprématie en chasse de nuit sur le front russe.

BD HUGAULT 013.jpgAvec intelligence, Yann et Hugault ont su mélanger grande histoire et passions de pilotes, même s'ils portent un uniforme. Face au Grand duc, une escadrille de pilotes russes, des femmes, surnommées les "sorcières de la nuit", qui, rapidement, dépasseront leurs homologues masculins en combat aérien. Histoire qui vrombit au rythme des moteurs à hélice, avions de légende, Hugault est aujourd'hui le maître en la matière.

A ses côtés chez Azimuts, Olivier Dauger (à gauche sur la photo, dr JLT) pour la suite de Ciel en ruine. On y retrouve le vrai héros de la série, le premier chasseur à réaction, le Me 262 qui, malgré quelques défauts, allait semer la panique parmi les bombardiers alliés. Sur un scénario de Philippe Pinard, Dauger a mis en scène une histoire encore une fois de pilotes qui s'agrémente d'une référence au mythe de Faust. Un réalisme basé sur une ligne claire très efficace, un dessin éblouissant de pureté te de perfection, une légère dose de fantastique, Dauger a lui aussi rejoint les quelques grands dessinateurs de BD d'aviation. Un duo exceptionnel pour une rencontre rare.

20/11/2008

Jusqu’au bout sur leurs Messerschmitt

A noter que Olivier Dauger sera en dédicace avec Romain Hugault à Montpellier le jeudi 18 décembre à la librairie Azimuts et le lendemain à Toulouse. A ne pas manquer.
1945, en ce mois de janvier l’Allemagne nazie va perdre la guerre. Pourtant ses ingénieurs travaillent encore d’arrache-pied sur des armes miracle dont une nouvelle génération d’avion de chasse à réaction. L’un d’eux, le Messerschmitt 262, un biréacteur au profil de requin, est presque invulnérable. Il détruit en vol  à plus de 800 km/h avec une facilité déconcertante les B 17 américains qui pilonnent le Reich.Nikolaus est un jeune pilote allemand qui vole sur le Me 262. Pas une sinécure car l’oiseau de métal est un capricieux.

 

BD CIEL.jpgAprès l’arrestation de sa sœur pour activisme antinazi et  la mort de son frère, un as de la chasse, Nikolaus a été muté dans la même escadrille que lui pour découvrir que le diable n’est pas que nazi. Il peut aussi avoir pris la forme d’un chien, Fisto la mascotte des pilotes, qui passe des pactes de mort et d’enfer avec les humains. Méphisto et Faust sont revisités.Dans le tome 2 de « Ciel en Ruine » on retrouve Nikolau. Son frère s’est donc suicidé pour échapper à l’emprise de Fisto. Nikolaus sera rapidement pris au piège. Il deviendra le jouet du diabolique chien qui lui a promis en l’échange de son âme la vie de sa sœur. Et comme cela ne suffit pas à son malheur il continue à voler sur Me 262 pour lequel les chercheurs allemands mettent au point des accessoires terrifiants : fusée téléguidée pour faire exploser les bombardiers ennemis, missiles divers.

 

A la fois protégé par Fisto et par ses talents naturels de pilote Nikolaus accumule les missions de guerre et devient même la vedette d’un film de propagande pour la Luftwaffe dont il va rencontrer les plus grands noms (authentiques), de Galland à Steinhoff.Voila un véritable manuel de vol du Me 262 et une superbe reconstitution historique sans concession qui raconte aussi les abominables expériences allemandes sur des déportés pour reconstituer les conditions de vol en haute altitude. Il ne manque pas non plus un rivet ni un détail d’équipement ou de camouflage.

 

 « Ciel en Ruine » est dans la lignée des grandes collections Paquet consacrée à l’aviation. Le trait est  dans la plus pure des lignes claires et regarde nettement vers par exemple un Jacobs. Il colle parfaitement à l’ambiance. Le scénario est  novateur même si le côté fantastique peut dérouter au départ. On s’incline devant le travail et l’efficacité du duo Pinard – Dauger qui marque après Hugault le retour en force des belles séries aéronautiques. " Ciel en Ruine", T2, Alarmstart, Philippe Pinard, Olivier Dauger, Paquet