Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

17/11/2009

La savoureuse blessure d'amour-propre de Veyron

BD AMOUR.jpgMartin Veyron a la sérénité des vrais tendres, cette élégance naturelle des grands fauves qui ont (presque) tout compris de la vie. Ou au moins ont eu le mérite d'essayer. Veyron est l'incontournable auteur de l'Amour propre, succès national qui racontait en détail tout ce que l'on avait toujours voulu savoir sur le plaisir féminin. Avec doigté et délicatesse, humour et trait léger, Martin Veyron, futur Grand Prix d'Angoulême en 2001, avait tout dit en ces débuts d'années quatre-vingts sur le point G du célèbre docteur Grãffenberg.

Absolument réfractaire à l'idée de donner une suite à son best-seller, « je déteste le principe des séries », et surtout « beaucoup moins libre qu'à l'époque avec ce politiquement correct qui nous submerge aujourd'hui », Martin Veyron a pourtant fini par céder. « Cette fois, je me suis carrément remis en scène, dessiné, assumé totalement, origines et contenu », enchaîne Martin Veyron avec un petit rire nerveux qui illumine son regard espiègle.

Voici donc Blessure d'amour-propre (Dargaud) qui est « une vraie fausse suite » comme la définit Veyron. « Après avoir eu un album avorté chez un éditeur, j'ai cherché une idée nouvelle mais j'étais coupé dans mon élan. Et puis ce personnage de journaliste féminin qui veut interviewer l'auteur de l'Amour propre s'est imposé à moi », poursuit le dessinateur.

Avec un sens inné de la mise en scène, Martin Veyron qui est aussi un excellent dessinateur de presse, raconte donc les péripéties hasardeuses d'un héros qui lui ressemble comme un frère. « On se calme. Ce n'est pas une autobiographie que je signe. Mais l'âge qui vient, les interrogations existentielles, d'accord. Comme les siestes dans mon atelier mais le reste, le grand sorcier du point G et l'impuissance... ». Martin, le héros de cette histoire édifiante, veut finir par donner un sens à sa vie. Il va y arriver, se détacher du péché de la chair, faire un bref séjour à l'ombre pour enfin pouvoir cultiver son jardin et s'abandonner aux joies d'être grand-père.

Comme dit Veyron, « on ne rit pas toujours de ce qui est vrai. Le subterfuge est de faire croire à son histoire ». Malicieux, Martin Veyron, poète que l'on sent fragile quand il manie la dérision et qui, quand il se laisse aller, est un bonheur d'authenticité. Sa Blessure d'amour-propre se découvre et se savoure lentement comme une friandise.

Tramp au Tonkin

BD TRAMP.jpgAvec ce dernier album, le Montpelliérain Patrick Jusseaume, sur un scénario de son ami et complice Kraehn, termine la saga asiatique de leur héros Calec. Le marin bourlingueur qui était sur les traces de son père mort en Indochine en pleine guerre française dans les années cinquante se retrouve sur la piste d'un magot. Dans le Trésor du Tonkin s'accumulent trafics, éliminations et femmes fatales. Calec remonte la piste malgré deux flics prêts à tout. On plonge avec Calec dans cet Indochine qui deviendra le Vietnam, un décor que Jusseaume a su restituer et qui est le théâtre parfait de cette aventure. Tramp T 9, Dargaud, 13,50 €

Le poker roi

BD POKER.jpgLe poker est tendance. Rien d'étonnant que ce jeu devienne le thème d'une série. Mark Middleton dont les parents ont disparu dans un soi-disant accident est un joueur de poker talentueux. Son objectif : se faire admettre dans le Cercle composé de gens dont les pouvoirs sont sans limites. Mark va devoir faire ses preuves à la table de jeu sous l'oeil d'un curieux mentor et d'une belle Italienne, Gia, dont les buts sont pour le moins inavouables. Derrien au scénario et Van Liemt au dessin ont su mettre en place une série nerveuse, bien cadrée. Le trait est efficace, les personnages intéressants. A suivre de près. Poker T1, Le Lombard, 10,40 €