Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

29/10/2009

Astérix a 50 ans : Uderzo se confie

En ce 50e anniversair du début des aventures d'Astérix, Albert Uderzo publie un nouvel album, le 34e. Toujours étonné par son destin, ce grand monsieur de la BD se confie en toute liberté.

 

BD UDERP.jpgPas trop fatigué Uderzo en ce 50e anniversaire ?

Si, mais par l’ampleur de toutes les cérémonies qui me réjouissent bien sûr. Je fais face mais cela pèse un peu.

 

Est-ce que le succès d’Astérix vous a un jour dépassé ?

Jamais parce que contrairement à ce que l’on croit ce succès a été pour Goscinny et moi très progressif. Il a pris du temps, nous ne nous le sommes jamais expliqué mais nous avons toujours été conscients de notre chance. Je suis resté prudent. J’en avais bavé. Quand j’ai débuté, pour vivre, j’aurai accepté d’illustrer le Bottin.Nous avons énormément travaillé. Il est difficile de trouver des idées nouvelles. René lui-même m’a annoncé au dixième album : «On a tout dit dans Astérix.» Et dans la foulée il a signé quatorze albums de plus et moi neuf.

 

Quand vous avez assumé la relève à la mort de Goscinny vous avez été inquiet ?

Je suis parti à l’aveuglette mais confiant. Exploiter par exemple les voyages d’Astérix est très compliqué car cela nous avait obligés à prendre des libertés historiques comme dans La Grande Traversée où Astérix découvre l’Amérique. Les lecteurs sont très vigilants.

Et puis il y a la continuité des personnages, faire attention que par exemple Obélix ne prenne pas l’avantage sur Astérix, pas de politique, un brin de tendresse amoureuse sans plus. Pas simple vous savez.

 

BD ASTE2.jpgQuel est votre album préféré ?

Il y a deux époques. Celle de Goscinny et je choisirais Astérix chez les Bretons avec son idée extraordinaire de les faire parler avec une construction de phrases à l’anglaise. Pour mes albums j’ai un gros faible pour Le Fils d’Astérix et La Rose et le Glaive .

J’ai toujours pris plaisir à faire ce métier qu’on ne peut faire que si on l’aime. Cela dit j’ai eu du mal parfois. Il faut suivre un sillon précis défini par les albums, intégrer des classiques comme les pirates. Quand Hergé a fait porter des pantalons normaux à Tintin au lieu de culottes de golf ses lecteurs se sont insurgés.

 

BD ASTE1.jpgAvez-vous des regrets en BD, de thèmes non abordés ?

Sûrement d’avoir arrêté Tanguy et Laverdure. Mais je devais faire cinq planches par semaine entre Astérix, Oumpah-Pah et Tanguy. C’était trop. J’ai eu la chance de travailler avec les deux plus grands scénaristes de l’époque, Goscinny et Charlier.

 

Et demain ?

Une idée d’album après Le Livre d’Or qui sort cette semaine . Je vais essayer de continuer moi-même avec de jeunes dessinateurs qui prendront la relève comme je l’ai souhaité. Astérix appartient à ses lecteurs. Je ne pouvais pas avoir la prétention qu’il disparaisse avec moi.

Côté film un projet avec Le Tour de Gaule mais non finalisé. Et après, je m’étonne d’être un peu fatigué.

 

Un nouvel album en or...

 

BD ALBUM AST.jpgC'est le 34e album des aventures d'Astérix qui a vu le jour officiellement la semaine dernière. « L'album est constitué d'histoires courtes, 56 pages au total, avec pour héros des personnages bien connus des lecteurs d'Astérix qui reviennent au village pour cet anniversaire », précise Uderzo qui ajoute « on a retrouvé un texte de Goscinny paru dans Pilote sur les voyages que j'ai mis en images. Il colle parfaitement à l'univers d'Astérix ».

Incluant aussi des parodies de célèbres tableaux qui pourraient laisser penser qu'Astérix et Obélix ont inspiré les plus grands maîtres, cet album est avant tout un hommage non seulement au monde d'Astérix mais aussi aux lecteurs qui en ont fait le succès.

 Astérix s'expose aussi à Paris

Depuis hier, Astérix s'expose dans le cadre superbe du Musée de Cluny et jusqu'au 3 janvier. Dans les thermes romains restaurés, on retrouvera une trentaine de planches originales, des tapuscrits qui permettent de reconstituer la progression de la conception des histoires par Goscinny et Uderzo. Quelques objets sont aussi en vedette, la machine à écrire de Goscinny, le premier numéro de Pilote qui viennent compléter cette exposition exceptionnelle. Musée de Cluny. 6, place Paul-Painlevé, Paris. 8 € l'entrée.