Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

18/12/2008

Hugault et Dauger à tire d'ailes chez Azimuts

BD AIR.jpgIls sont devenus, avec une poignée d'albums, des références. La BD aéronautique a avec eux retrouvé ses lettres de noblesse. Romain Hugault, pour le premier tome du Grand duc, et Olivier Dauger, pour le deuxième volume de Ciel en ruine, étaient en dédicace chez Azimuts à Montpellier. Après Buck Danny ou Biggles, Tanguy et Laverdure, la BD d'inspiration aéronautique avait marqué le pas. C'est Romain Hugault, en collaboration avec les éditions Paquet, qui a réussi le tour de force de lui permettre de revenir parmi les meilleures ventes d'albums. Un dessin superbe, précis, travaillé et basé sur l'histoire de la guerre aérienne pendant le second conflit mondial, Romain Hugault avait commencé à montrer son talent dans Au-delà des nuages et Le dernier envol. Cette fois, il s'est associé au scénariste Yann pour raconter l'histoire du Grand duc, célèbre bimoteur qui avait permis à l'aviation allemande d'acquérir la suprématie en chasse de nuit sur le front russe.

BD HUGAULT 013.jpgAvec intelligence, Yann et Hugault ont su mélanger grande histoire et passions de pilotes, même s'ils portent un uniforme. Face au Grand duc, une escadrille de pilotes russes, des femmes, surnommées les "sorcières de la nuit", qui, rapidement, dépasseront leurs homologues masculins en combat aérien. Histoire qui vrombit au rythme des moteurs à hélice, avions de légende, Hugault est aujourd'hui le maître en la matière.

A ses côtés chez Azimuts, Olivier Dauger (à gauche sur la photo, dr JLT) pour la suite de Ciel en ruine. On y retrouve le vrai héros de la série, le premier chasseur à réaction, le Me 262 qui, malgré quelques défauts, allait semer la panique parmi les bombardiers alliés. Sur un scénario de Philippe Pinard, Dauger a mis en scène une histoire encore une fois de pilotes qui s'agrémente d'une référence au mythe de Faust. Un réalisme basé sur une ligne claire très efficace, un dessin éblouissant de pureté te de perfection, une légère dose de fantastique, Dauger a lui aussi rejoint les quelques grands dessinateurs de BD d'aviation. Un duo exceptionnel pour une rencontre rare.