Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

05/01/2015

2014 : la production BD à la hausse, les tirages à la baisse

Bâton de Plutarque, ACBDComme chaque fin d'année, avec toujours une rare ponctualité, le journaliste Gilles Ratier, secrétaire général de l’ACBD (Association des Critiques et journalistes de Bande Dessinée) a livré son rapport sur la BD, chiffres à l'appui. En voici de larges extraits. L'intégralité du rapport est consultable et téléchargeable sur le site de l'ACBD. C'est le dernier Blake et Mortimer qui est l'album le plus vendu de l'année.

Lire le dossier sur ligneclaire.info en cliquant sur : Rapport ACBD 2014

30/05/2014

Delcourt et Brassart s'associent pour ABD, l’académie des talents de demain

Guy Delcourt, Michel Kubler, BrassartL’Académie Brassart-Delcourt Soleil ouvrira ses portes en octobre prochain à Paris. Une école BD de plus ? Pas sûr. ABD, c’est avant tout une histoire de passion, celle de deux hommes pour le 9e art et les arts graphiques. Guy Delcourt, président du groupe Delcourt-Soleil, et Michel Kubler,  président de l’école Brassart, ont un objectif, former des professionnels de talent afin qu’ils rentrent la tête bien faite et bien pleine dans un univers pas tendre mais ouvert vers le futur. 

Lire le dossier sur ligneclaire.info ne cliquant sur : ABD académie des talents de demain

10/04/2014

Plus de 4 millions d’euros, un résultat record pour la vente Christie-Maghen

Christie Maghen venteAprès la vente chez Christie en partenariat avec la Galerie Daniel Maghen à Paris le 5 avril, voici le compte-rendu envoyé par la Galerie. Avec 4 049 922 €*, le partenariat entre Christie’s et la Galerie Daniel Maghen est un énorme succès. Le chiffre réalisé lors de cette session dépasse les précédents records en Europe sur des ventes dédiées aux originaux de bande dessinée. 12 records du monde ont également été battus pour Delaby, Cosey, Lepage, Lacombe, Juillard, Manara, Mirallès, Philippe Francq, Will et Rosinski. 

* Christie’s étant une des seules maison de vente aux enchères à communiquer sur les prix de vente hors taxe, la Galerie a choisi de mentionner les prix TTC comme le font les autres maisons de vente françaises et les galeries.

Loin de se limiter à un public franco-belge éclairé, les acheteurs de cette vente proviennent de 14 pays différents, jusqu’au Moyen-Orient et en Asie. Près de la moitié d’entre-eux sont  également de nouveaux clients sur le marché des originaux. Plus de 73% des lots ont trouvé preneurs en salle, sur Internet ou par téléphone. Les auteurs historiques réalisent des scores particulièrement élevés. Le crayonné de Tintin au Tibet, initialement estimé à 150.000 € a par exemple été adjugé pour 299.400 € TTC, la couverture d’Astérix et Obélix vendue 200.200 € et la couverture de Franquin pour Spirou et Fantasio à 163.500 €.

Les nouveaux classiques continuent de démontrer leur succès puisque toutes les planches noir et blanc de Moebius sur L’Incal ont atteint des scores exceptionnels (jusqu’à 48.920 € pour le lot 305), tout comme l’illustration inédite de Gibrat (70.000 €) qui le place comme le troisième auteur contemporain sur le marché, et la superbe page de La Macumba du Gringo de Pratt (57.600 €). Les deux séries d’action-aventure Largo Winch (Philippe Francq) et XIII (Vance) connaissent également des résultats spectaculaires et dont les couvertures proposées ont atteint chacune 47.680 €, sans compter la couverture de Rosinski vendue à 60.075 €.

Les talents émergents de la bande dessinée ne sont pas en reste avec de belles surprises pour la couverture de Sylvain Vallée (19.500 €) ainsi que celle d’Ana Mirallès (41.480 €), d’Emmanuel Lepage (13.000 €) et l’ensemble des œuvres de Vincent Mallié. À travers le succès des illustrateurs soutenus par la Galerie ces dernières années, le pari de les associer à l’évènement est remporté. Les amateurs ne s’y sont pas trompé avec entre-autres les œuvres de Didier Graffet (27.300 € et 36.400 €) ou de Manchu (estimé à 9.000 €, vendu à 20.800 €), mais aussi Paul & Gaëtan Brizzi, Enrique Corominas, Olivier G. Boiscommun, Cromwell, Julien Delval, Laurent Gapaillard et Kim Jung-Gi.

Daniel Maghen, expert de la vente, a déclaré  : « Ce fut un honneur d’organiser cette vente aux cotés de Christie’s, ce  succès fait date dans l’histoire des ventes aux enchères et assoit la bd au niveau international ». Aline Sylla-Walbaum, Directrice générale de Christie’s France, a ajouté : « Nous sommes très heureux des résultats obtenus pour notre première vente de Bande dessinée et illustration et de notre partenariat avec Daniel Maghen. »

22/01/2014

Un parc d'attractions Spirou près d'Avignon : les travaux commenceront cet été

Parc Spirou Avignon, DupuisDes nouvelles du projet de parc d'attractions dont le thème serait Spirou, les éditions Dupuis viennent de transmette un communiqué et des visuels qui concrétisent le bébé. Selon ce communiqué, fin septembre 2013, la société Parexi SAS, qui regroupe des professionnels des parcs d'attractions et des investisseurs privés, a confirmé son intention de développer un parc à thème sous licence au sein du complexe de loisirs Beaulieu-Lac de Monteux, près d'Avignon.

C’est l’univers de Spirou, personnage emblématique de la bande dessinée qui a été choisi, auquel sont associés de nombreux autres personnages très célèbres du 9ème art, tous nés dans le Journal de Spirou. L’ouverture du Parc est prévue pour le second semestre 2015. Le 23 décembre 2013, une importante étape a été franchie par le dépôt du permis de construire de ce projet piloté par le Directeur Général de la société Parexi, Jean-Patrick Demonsang. D’autres avancées importantes ont été concrétisées au mois de Décembre, avec la signature du bail à construction et la constitution de la société « Parc Spirou SAS » qui portera le projet au niveau financier et juridique. Environ 25 attractions de classe mondiale ont été sélectionnées pour «Le Parc Spirou», chacune reprenant le thème d’un album de « Spirou et Fantasio » ou d’autres séries nées dans le journal de Spirou. Une majorité d’attractions sera créée autour des technologies numériques et le « layout » du parc sera complété par des roller coasters, des dark rides ou encore des parcours scéniques. Le parc sera conçu pour plaire à toute la famille, avec une accessibilité des attractions élargie à tous les âges.

Parc Spirou Avignon, DupuisL'ensemble du parc, composé de trois phases à construire, impliquera un investissement total de 75 M €, avec une création à terme de 220 emplois CDI et 190 emplois CDD. Le plan de développement prévoit une croissance régulière des visiteurs en fonction de l’installation des nouvelles attractions avec comme point de départ une fréquentation d’environ 480 000 visiteurs. Le financement du projet est entré dans sa dernière phase, le budget devrait être bouclé fin mars 2014 et le premier coup de pioche sera donné cet été. A suivre.

28/01/2013

Encore une année record pour la productions d'albums BD

ACBD, Gilles RatierComme chaque année le journaliste Gilles Ratier, secrétaire général de l’ACBD (Association des Critiques et journalistes de Bande Dessinée),  avec Manuel Picaud pour l’édition numérique et les festivals, Marc Carlot pour les sites Internet consacrés au 9e art, Raphaëlla Barré pour les blogs bandes dessinées et Ariel Herbez pour les parutions suisses, a mis à jour la production 2012.

Un remarquable travail, complet et précis, qui est devenu au fil ans une référence. Ses conclusions montrent que la BD continue sur un rythme de production élevé. Jusqu'à quand ? Cela est une autre histoire. 

Tout le dossier, les chiffres détaillés à lire sur le site ligneclaire.info en cliquant sur le lien : 2012, une année toujours à la hausse

 

18/08/2012

Manga, des gouttes de Dieu en or

manga,gouttes de dieuLe manga est on le sait un phénomène qui a fait de la France le deuxième marché mondial après le Japon pour ce produit. Le Français, voire la Française est un adepte inconditionnel du manga. Un exemple Les Gouttes de Dieu, une série qui fait un malheur et qui en est au tome 24. Cette fois on va suivre le marathon du Médoc. Les souvenirs seront au rendez-vous et les crus les plus subtils, les plus rares aussi côté Bordeaux.

Les Gouttes de Dieu ne se présentent plus, elles se dégustent. On y suit une histoire mais aussi celle du vin.  Et pas que français. Reste que le manga qui apparaît désormais dans tous les catalogues des éditeurs francophones représente presque un tiers du marché de la BD en France. Et qu'au Japon il y a comme un flottement dans la demande. Les Japonais semblent avoir d'autres priorités.

Ce qui pourrait bien attirer des éditeurs japonais de manga vers notre doux pays et attaquer un marché déjà fragilisé par une production qui ne cesse de grimper en BD traditionnelle. A suivre. Les Gouttes de Dieu T 24, Glénat, 9,15 €

25/01/2012

Angoulême 2012 : des chiffres, des albums et des auteurs

5 327 : C’est le nombre de BD publiées en 2011 dont 3 841 nouveautés. Une augmentation de 3,04 %. Un petit coup de frein par rapport à 2010 avec ses 5,85 %. Crise oblige, les éditeurs font attention aussi bien pour leurs choix de publications que pour les tirages. Ils préfèrent rééditer.

BD HUGAULT.jpgMais la BD (selon le rapport exhaustif de Gilles Ratier secrétaire général de l’ACBD) manque de locomotives cette année. C’est vrai que hormis un XIII chez Dargaud (500 000 exemplaires) pas d’Astérix, Titeuf ou Largo Winch.

Quatre éditeurs se partagent 43 % des parutions. Delcourt est en tête avec le rachat de Soleil. Le groupe Média Participations (Dargaud, Dupuis, Le Lombard) suit avec, ensuite, Glénat et Flammarion (Casterman, Fluide). Derrière viennent une dizaine d’éditeurs “moyens” et d’autres plus petits qui arrivent à tirer leur épingle du jeu avec quelques titres ou collections qui marchent bien, des régionaux comme 6 Pieds sous terre, Emmanuel Proust, ou Paquet avec l’aéronautique (Le Grand Duc et Le PIlote à l'Edelweiss) et la saga des voitures des années cinquante.

1 487 : C’est le nombre d’auteurs qui arrivent à vivre de leur art. Et pourtant ils ont été 1 749 à publier au moins un album en 2011. Pas facile donc de faire de la BD. Les classiques réédités sous forme d’intégrale marchent de mieux en mieux. 1 058 au total.

Enfin, la BD n’a pas encore trouvé son modèle économique sur le web pour l’édition. Par contre c’est sur le net que les lecteurs vont chercher des chroniques et des conseils pour leurs achats. Ou découvrir des auteurs qui ont des blogs, nouveau moyen d’édition, ensuite publiés sur papier.

24/01/2012

Angoulême 2012: crise oblige, un festival de transition ?

La BD se donne rendez-vous à Angoulême. Comme d’habitude au mois de janvier. Une édition qui serait en forme de transition ? Pourquoi pas ? Art Spiegelman est le président d’un festival qui doit, crise oblige, être de plus en plus innovant, prescripteur.

BD ATAR.jpgQuel avenir pour la BD ? Une certitude, la surproduction ne permet pas aux libraires de défendre les albums qui ne font qu’un petit tour sur leurs rayons et disparaissent. Seuls les auteurs les plus forts, les plus connus, s’en tirent au détriment des “petits jeunes” qui mériteraient une chance.La BD serait-elle prise au piège de son succès depuis dix ans, de l’augmentation de sa part de marché face au livre ? Angoulême va en débattre. Comme du net et des bibliothèques sur le web où l’on peut déjà télécharger des albums en payant.

 

BD ILE.jpgLe jury se penchera pour l’occasion de ce festival sur une sélection variée, inégale, consensus assez hétéroclite de près de 60 albums. Deux Montpellierains y figurent en bonne place, on l’espère, pour le prix du meilleur album. Ce sont Guy Delisle avec ses Chroniques de Jérusalem (Delcourt) et Jason pour L’Île aux cent mille morts (Glénat). On retrouve ensuite des poids lourds comme Blutch, Larcenet avec son savoureux Valérian chez Dargaud, Vivès pour Polina bien sûr, album coqueluche chez Casterman, Juillard ou encore Cosey, Bilal pour Julia et Roem, Greg Thompson pour Habibi, les deux chez Casterman, Pedrosa pour Portugal (Dupuis).

BD HABIBI.jpgD’où une concentration assez étonnante de célébrités mais aussi de quelques belles pépites qui ont leur chance si le premier tour du jury ne se focalise pas sur la seule renommée. Atar Gull de Nury et Bruno (Dargaud) rassemble qualités d’écriture et de dessin. Idem pour l’émouvant et tendre Doomboy de Sandoval (Paquet) ou Fables nautiques de Marine Blandin (Delcourt). Sans oublier Le Chanteur sans nom de Balez et Le Gouëffec chez Glénat, Curieusement une sélection polar vient en parallèle s’ajouter à la compétition. Pourquoi l’avoir dissociée ? Mystère. Un clin d’œil pour Tardi avec son adaptation de Manchette, Ô Dingos, Ô Châteaux et Le Perroquet des Batignolles signé avec Stanislas. Sokal y figure pour son célèbre Canardo.

BD PLAN.jpgPour le prix Jeunesse il y a Émile Bravo avec Jules, évidemment et De Pins avec son délirant Zombillénium (Dupuis) ou Waluk chez Delcourt. Reste enfin le Prix du Patrimoine, une réédition d’un classique. Terry et les Pirates ou La Dynastie Donald Duck serait un choix judicieux.

Mais, comme chaque année aussi, Angoulême réserve des surprises à la proclamation des résultats. Pas de raison que cela change en 2012.

 

12/01/2010

Avec Pixi la Bd a mis du plomb dans ses bulles

BD PIXI3.jpgC'est une vraie saga, celle de la firme Pixi, qui depuis plus de vingt-cinq ans enchante tous les amateurs de figurines en plomb. Mais il n'y a pas de petits soldats dans le catalogue. Le fondateur de Pixi, Philippe-Antoine Guénard, a pris pour modèles les héros de BD. Tintin bien sûr mais aussi Gaston ou Astérix, Blake et Mortimer, Lucky Luke, les héros du 9e art, le tout en série limitée et peint à la main. Du coup, les collectionneurs très fidèles comme Louis Nicollin s'arrachent les Pixi. Philippe-Antoine Guénard s'est juré de toujours les satisfaire.
Philippe-Antoine Guénard est un homme à idées. Et celle de se lancer dans la figurine en plomb date de 1983, « histoire de créer une entreprise simplement. Et comme mon beau-père Alexis Poliakoff était sculpteur et passionné par les soldats de plomb anciens, cela m'a semblé être cohérent. J'ai voulu aller plus loin avec lui et Pixi est née. » Un vrai têtu, Philippe-Antoine, à une époque où le plastique était roi. Pour commencer, il veut raconter des histoires avec ses figurines. Dans la plus pure tradition il présente ses sujets dans des boîtes qui servent de décor. Il choisit 1900, la Belle Epoque, comme thème de ses premières productions avec une épicerie ou un atelier d'artiste. « Sauf que tout le monde aimait mais que les ventes ne décollaient pas », avoue, sourire en coin, le créateur de Pixi.

Alors il a encore une idée, une vraie bonne idée, difficile à matérialiser certes mais qui fait mouche : « J'ai fait le siège des créateurs de mode, des grands couturiers en leur proposant que chacun crée une figurine en plomb portant une robe de sa marque. J'ai eu au moins trois cents rendez-vous et autant de refus. Jusqu'au jour où Patou a dit oui. Les autres ont suivi. » Commence alors les vrais débuts de la saga Pixi avec Disney France qui lui fait faire des Mickey en plomb et enfin, cerise sur le gâteau, la Fondation Hergé qui lui confie Tintin et Milou, Tournesol, la Castafiore et l'incontournable capitaine Haddock. « C'est un Tintin extrait de l'album Le Lotus Bleu qui a été le coup d'essai. Alexis Poliakoff a réussi merveilleusement à dégager l'esprit d'Hergé dans ses figurines. Le succès était là. Et dans la foulée Gaston, sous la houlette de Franquin en personne, a suivi. Imaginez Franquin découvrir son Gaston en 3D, un bonheur étonnant. Il a lui-même corrigé les maquettes. » Philippe-Antoine Guénard en est encore ému. Mais personne, et encore moins lui, ne pouvait imaginer le marché que la figurine en plomb, le "Pixi", allait devenir.

BD PIXI 1.jpgUderzo rejoint aussi le monde du plomb avec Astérix et Obélix, puis tous les personnages imaginés avec Goscinny, alors que des esprits chagrins avaient prédit que jamais cela ne marcherait pour le petit Gaulois. Reste que, comme le dit avec fermeté Guénard : « On ne sait pas combien faire un Pixi est difficile. Tout est fait à la main, dans notre atelier de Normandie. C'est un travail long et délicat ce qui explique le prix de vente, des tirages faibles et, surtout, il ne faut jamais saturer le marché. » Résultat, ceux qui ont fait le succès, les collectionneurs, sont depuis plus de vingt ans toujours au rendez-vous. Des passionnés (lire ci-contre) qui craqueront aussi bien pour un Lucky Luke ou un Nestor Burma de Tardi que pour le magnifique défilé en plomb tiré de celui de Jean-Paul Goude sur les Champs-Élysées en 1989.

Aujourd'hui, on sait moins que Pixi c'est aussi Plastoy, des figurines en plastique toujours réalisées avec le souci de la qualité. Elles représentent désormais 70 % d'un chiffre d'affaires qui flirte avec les 8 millions d'euros environ. En plus du plomb, Philippe-Antoine Guénard vient aussi de miser sur le bronze avec un superbe duo Corto Maltese et son ennemi Raspoutine d'après Hugo Pratt. Jamais à court d'idées, il a encore des projets plein la tête, avec toujours la BD pour partition.