Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

19/05/2016

Festival de Nîmes, quarante auteurs et deux rencontres le 20 mai avec Boucq et Baudoin

Festival Nîmes, Boucq, BaudoinPlus que quelques jours avant les trois coups du Festival de la BD à Nîmes. Il a lieu cette année sur l’esplanade Charles de Gaulle (tout près des arènes romaines) du 20 au 22 mai. Festival devenu une Biennale organisée par MPO, c'est Derib qui en sera le parrain. Une quarantaine d'auteurs sont attendus sur les stands des quatre libraires de la ville associés à la biennale.

Carré d’Art prend aussi part à la fête en accueillant, durant le festival, une exposition très graphique de dessins de François Boucq tirés de son ouvrage Little Tulip (Lombard). Ce dernier sera l'invité d'un forum le vendredi 20 Mai à 17h. S’ensuivra le même jour à 18h30, au cinéma Le Sémaphore, la projection du film documentaire Edmond, un portrait de Baudoin de Laetitia Carton, suivi d’un débat avec Edmond Baudoin. Ces deux rencontres seront animées par Jean-Laurent Truc de ligneclaire.info.  Toujours le vendredi, des auteurs se rendront dans des écoles de Nîmes, au CHU, à la Maison d’Arrêt, pour d'autres rencontres.

 

 

25/01/2016

Festival d'Angoulême 2016, le Grand prix au piège des finalistes

Grand Prix Angoulême 2016, Claire WendlingA force de jouer à cache-cache, à changer son fusil d'épaule, à botter en touche pour l'élection du Grand Prix 2016, face aux réactions épidermiques de certains auteurs, la direction du Festival d'Angoulême se retrouve dans une situation compliquée et ingérable. Les trois nominés dernièrement annoncés en finale ont des états d'âme. En particulier Claire Wendling (photo danielmaghen.com) qui ne souhaiterait pas faire partie du trio selon ce qu'elle a écrit sur sa page Facebook, une démarche assez compréhensible.

Comme Alan Moore avait prévenu que les prix, bof, il les refusait, que Hermann, à qui on aurait dû l'attribuer depuis des lustres si une cabale imbécile ne l'en avait pas souvent empêchée, avait aussi dit qu'il ne l'accepterait pas, on ne voit pas comment l'édition 2016 d'Angoulême aura son Grand Prix.

A moins que le Festival passe en force quitte à essuyer un refus. Ou qu'on le donne à notre ami et confrère Yves Frémion qui vient d'annoncer "que bien que n'étant pas nominé, je suis prêt à accepter ce prix, pour rendre service. Si c'est moi, je m'engage à apprendre à dessiner et à me lancer dans la BD". Merci Yves pour ce sacrifice à l'humour réconfortant face au délire ambiant qui flirte souvent avec le ridicule.

JL TRUC

Vous voulez me faire plaisir ?
Ne votez plus pour moi.
Je vous adore, vraiment . Hein ...
Même les haineux . Enfin non.
Des bisous . Pas a tous .Vous vous reconnaitrez, restons entre nous. :) <3

Posté par Claire Wendling sur jeudi 21 janvier 2016

02/06/2014

Riad Sattouf en dédicace et rencontre chez Sauramps le 4 juin

Riad sattouf, Casterman, Sauramps Polygone, Arte éditionsRiad Sattouf est à Montpellier le 4 juin. Invité de la librairie Sauramps il viendra avec son dernier album, L'Arabe du Futur (Allary Editions).  Riad Sattouf dédicacera de  16h à 17h30 à la librairie Sauramps Polygone. Il sera ensuite l'invité à 18h30 d'une rencontre à la Médiathèque Centrale Émile Zola de Montpellier, 218 boulevard de l'aéroport international. Cette rencontre sera animé par ligneclaire.info

Dans L'Arabe du Futur, Riad Sattouf raconte son enfance, de la Libye à la Syrie. Un récit intimiste d'une grande clarté, sans lourdeurs, où on sent le poids de l'émotion.

De 1978 à 1984, de mère française et de père syrien, il va découvrir avec sa famille la Libye où son père a obtenu un poste d'enseignant. On est au sommet de la puissance de Khadafi. Complètement obnubilé par l'évolution des peuples arabes, de confession sunnite, Abdel-Razak Sattouf a un respect profond pour les leaders de l'époque, seuls capables d'offrir selon lui un avenir et vit aussi dans le souvenir de Nasser qui a permis à l'Egypte de se soustraire aux conytraintes occidentales.

Dire que la vie au quotidien de Riad est simple, pas sûr, mais comme tout enfant il prend ce qui est à prendre tout en faisant des constats. La vie d'un petit garçon, blond, et expatrié en Libye dans un milieu assez fermé est compliquée. Plus difficile, ce sera ensuite la Syrie, celle d'Hafez al-Assad, d'où son père est originaire. Riad a grandi et découvre une culture et une langue où il lui faut tout apprendre.

En écrivant ce recueil de souvenirs d'enfance, il y en aura trois, Riad Sattouf veut témoigner de la vie de son père, des rencontres qui le mèneront lui à ce qu'il est aujourd'hui. Une auto-biographie pas si sereine mais riche, précise, passionnante car atypique et intelligente dans sa forme. L'Arabe du futur est la BD RTL du mois de mai.

22/11/2013

Il y a cinquante ans, Dallas, une journée si particulière

Dallas une journée particulière, CastermanC'était un soir de novembre, le 22 exactement, un vendredi de 1963. Avec le décalage horaire il est environ 19h en France. Sur le petit écran comme on le surnomme à l'époque, en noir et blanc, Maurice Séveno qui présente le journal, ou a pris l'antenne plus tôt (difficile de se souvenir), annonce : "Le Président des Etats Unis, John Kennedy est mort victime d'un attentat à Dallas".

Quiconque a vécu cet instant est toujours capable aujourd'hui de se souvenir où il était et ce qu'il faisait à ce moment précis. Juré. Cinquante ans plus tard, un vendredi aussi, Dallas, une journée particulière (Casterman) reprend tous les instants de cette tragédie qui a marqué à jamais l'Histoire non seulement américaine mais de l'humanité. A cela deux raisons. La première, le personnage charismatique et pourtant, on le saura ensuite au fil des années, pas si simple, qu'est John Kennedy. Jeune, beau, adoré de beaucoup en particulier en Europe, sûrement réélu en 1964, il a Jackie avec lui après que le couple ait battu de l'aile. La seconde, jamais on ne saura la vérité, toute la vérité sur la mort de Kennedy, rapport Warren ou pas.

Lire la suite sur ligneclaire.info en cliquant sur : Dallas une journée particulière

11/11/2012

Juillard signe le nouveau Blake, Le Serment des cinq lords

André Juillard, Blake et Mortimer, SEnteUne histoire de vengeance, bien ficelée, très british même par Yves Sente au scénario, André Juillard signe le dessin du Blake et Mortimer 2012, Le Serment des cinq lords chez Dargaud, éditions Blake et Mortimer.

Pour l'occasion André Juillard nous a reçu dans son atelier et, surprise, montré les premières planches de la suite de Plume au vent et donc de  l'Epervier.

Lire l'interview sur ligneclaire.info

http://www.ligneclaire.info/?p=106


07/02/2012

Un certain Nicolas premier du nom

BD NICOLAS.jpgLa comparaison était dans l’air. Le Président est devenu, au fil dse ans, un personnage de BD à part entière.

Patrick Rambaud et Olivier Grojnowski l’ont poussée encore plus loin. Dans leurs chroniques, Nicolas Sarkozy endosse le manteau aux abeilles de Napoléon. Du sacre aux favoris de cour qui sont nombreux, aux événements marquants de ces dernières années, du départ de Cécilia à l’arrivée de Clara, les auteurs assimilent, mélangent.

Le résultat est savoureux, étonnant, parfois dur. Le trait est acéré, le dessin réaliste. Les auteurs donnent la charge et ne font pas dans la nuance même s’ils font appels au père Hugo D'Arcole à la Bérézina on attend Waterloo ou Wagram. Allez savoir. Les Chroniques du règne de Nicolas Ier, Drugstore, 13 €.

31/01/2012

Angoulême 2012 : du blog au papier, les succès de Pénélope Bagieu

BD BAGIEU.jpgPénélope Bagieu est un auteur (Joséphine) qui a débuté sur un blog et a ensuite publiée sur papier,succès en prime, de l'un à l'autre et vice-versa.

Avec La Page Blanche (Delcourt), belle découverte du festival, elle signe, avec Boulet au scénario, « ’histoire d’une jeune femme devenue amnésique qui décidera de prendre un nouveau départ après avoir mené une enquête qui lui démontre la banalité de sa vie».

Une recherche d’identité très bien vue, intelligente, générationnelle? « Peut-être, mais universelle aussi. On a tous eu envie de tirer un trait sur notre vie, de repartir à zéro », estime Boulet. Et côté blog pour Pénélope? " Je le vois en dédicace. Ce n’est pas le même public. Le blogueur n’est pas vraiment un lecteur papier. Le blog parle de lui avant tout, il s'y retrouve, la BD il s’en fiche. Mais il peut quand même il y avoir des transferts ", conclut Pénélope Bagieu qui prépare un album qui se passera dans l’espace avec Sfar au scénario.

24/10/2011

Tintin au cinéma: Hergé le père génial d'un art total

BD HERGE.jpgUn mythe, une légende, un monument ? Qui dit mieux ? Adjugé . Tintin c’est tout cela. La preuve, la sortie de ses aventures signées par Spielberg au cinéma sont un événement. Spielberg a voulu adapter Tintin. Il avait visité les studios d’Hergé en 1983 peu de temps après sa mort. Hergé, séduit par le travail de Spielberg, avait accepté l’idée même de cette mise en images bien qu’échaudé par les flops des précédentes tentatives.

Mais Tintin c’est avant tout un héros de papier, celui qu’un certain Georges Rémi, dit Hergé, a fait naître un beau jour de 1929. Tintin est un pimpant octogénaire qui n’a pas pris une ride, comme ses rivaux d’ailleurs, Astérix ou Spirou. En BD, on ne vieillit pas. Quand on relit Le Sceptre d’Ottokar, Les Cigares du Pharaon ou Les Bijoux de la Castafiore, un monde unique s’ouvre au lecteur. Aventures et poésie s’associent, le dessin s’identifie au héros pour ne plus faire qu’un. Hergé et Tintin ne sont pas pour autant le reflet l’un de l’autre.

C’est là tout le mystère Hergé. Jamais un auteur de BD n’a été autant décrypté, analysé. Des thèses, des biographies à la pelle, des bouquins thématiques sur son influence de la philo à l’urbanisme, Hergé c’est presque une auberge espagnole où chacun peut trouver ce qu’il y cherche. Tintin est universel.
On en a tout dit et pourtant, excellente surprise, on redécouvre Hergé, dans un portrait intime que signent Benoît Mouchart, directeur artistique du festival d’Angoulême, et François Rivière, romancier, scénariste de BD et biographe qui a souvent côtoyé Hergé.

De ses relations fusionnelles avec sa mère à celles exclusives et passionnées avec ses deux épouses, sa fragilité émotionnelle, c’est le roman d’une vie, celle d’un génie au trait qui invente, révolutionne, crée un art à part entière.

Toutes les phases de création de chaque album sont passées au crible par les deux auteurs. Hergé fébrile, angoissé, se matérialise au fil des pages. Magique Hergé et ses élèves qu’il ne faut pas oublier, Jacques Martin, Bob De Moor, Edgar P. Jacobs, autres stars de la BD qui lui devaient tant.
Hergé, portrait intime, Editions Robert Laffont, 19 €

07/06/2011

Sérignan fait son festival de bulles et de BD pour Pentecôte

BD ITALIE.jpgLe week-end de Pentecôte sous le signe de la BD, le 16e festival de Sérignan près de Béziers affiche un plateau haut de gamme.

Le président en sera David B. Né à Nîmes l’auteur de L’Ascension du haut mal ou de Par les chemins noirs a été l’un des fondateurs de l’Association. Un trait qui joue avec le noir et le blanc, exigeant place David B. parmi les plus brillants auteurs actuels. Son dernier ouvrage est un séduisant Journal d'Italie, croquis d'ambiance et de voyages.

 

BD PRINCESSE.jpgÀ ses côtés on retrouvera le Biterrois Max Cabanes pour le tome II de La Princesse de sang, un polar nerveux tiré d’un roman inachevé de Manchette. Yves Frémion, Caza, Matt Konture, les Montpelliérains Fabrice Tarrin pour sa série Maki ou Franck Martel, Duba, Cassignol, Sérignan ouvre ses portes aux régionaux. Deux jours de dédicaces pour près d'une trentaine d'auteurs.

Une expo sur Loustal, une autre sur Guitton à la Médiathèque, des animations et des spectacles complètent ces journées. Le Prix de la ville 2 011 sera choisi parmi les sept nominés qui ont publié leur premier album cette année. En voici les noms : Stéphanie Bellat pour Princesse Libellule, Laurent Bonneau pour Metropolitan, Blaise Guinin pour En attendant que le vent tourne, Jicé pour l'Age des corbeaux, Aurélien Maury pour Le dernier cosmonaute, Missadline pour Ma Belle-mère n'aime pas, Loïc Saulin pour A bas les hommes-pigeons.

 

11/05/2011

Bilal et Baru chez Sauramps à Montpellier

BD Bilal 09 004.jpgCes deux Grand Prix d’Angoulême sont, le 13 et 14 mai, avec leurs nouveaux albums en rencontres chez Sauramps Polygone

A eux deux, ils forment une sorte de synthèse de la bande dessinée. Enki Bilal -photo prise dans son atelier - et Hervé Baru - à Angoulême en janvier dernier - sont des incontournables du 9e art.

Dans des registres certes différents, plus esthétiques, graphiques, cinématographiques évidemment pour le premier ; réalistes, narratifs, sociaux pour le second, ils apportent leur talent de témoins d’un monde qui part en vrille, souvent injuste.

BD ANGOULEME 2011 008.jpgLeur passage à Montpellier, vendredi pour Bilal, samedi pour Baru, est un événement rare. Vingt-quatre heures chrono pour assister à deux rencontres exceptionnelles.

lire aussi dans Midi Libre du 12 mai

Lire la suite