Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

28/01/2012

Angoulême 2012 : le cauchemar d’un auteur iranien persécuté

BD IRAN.jpgC’est plus qu’une tendance. La BD devient témoignage, reportage. Joe Sacco, Spiegelman, Delisle nominé, Satrapi bien sûr, Emmanuel Guibert, ils sont nombreux les auteurs à avoir fait ce choix.

Arrive un Iranien, Mana Neyestani avec un album choc, bouleversant. Dans Une Métamorphose iranienne (Arte Éditions, 20 €) il raconte son combat. Pour un dessin innocent, un mot qui, aux yeux des autorités, risquent de vexer les Azéris minorité iranienne du nord, Neyestani est emprisonnée, interrogé pendant des semaines à Téhéran.

Au jour le jour, Neyestani, exilé à Paris, raconte en dessin son calvaire dans un univers kafkaien, incroyablement déroutant. Son dessin est vif, percutant. On plonge avec lui dans un monde d’angoisse, écrasant, celui de l’Iran d’aujourd’hui.

Neyestani a profité d’une libération provisoire pour s’enfuir. Sa cavale est aussi un témoignage. Un album coup de poing et de cœur.

 

07/08/2011

Essai Les Schtroumpfs passés au crible

BD BLEU.jpgEt si les Schtroumpfs étaient des phallocrates avoués doublés de staliniens accomplis ? Avec son Petit Livre bleu (Hors Collection, 12,90 €), Antoine Buéno a jeté cet été un pavé dans la mare.

Avec parfois un sens du raccourci plus ou moins contrôlé, il reprend chaque page, chaque album de la célèbre saga de Peyo. Les petits hommes bleus, héros désormais d'un film en 3 D, seraient un condensé de tous les extrêmes possibles. En se voulant crédible dans ses exemples et drôle par son humour, l'auteur analyse le modèle social des Schtroumpfs, une utopie selon lui, dans laquelle le Schtroumpf à lunettes serait par exemple une caricature de Trotski et le Grand Schtroumpf, le petit père des peuples. Autant dire que cet opus suscite des réactions en chaîne.

On y trouvera quelques pistes amusantes comme la comparaison des Schtroumpfs à des élèves dans une salle de classe. Pour les côtés plus durs, cette analyse de la société des Schtroumpfs agace un peu et surtout jette un léger voile gris sur la très belle œuvre de Peyo. Qui n'a sûrement jamais pensé qu'on pourrait un jour attribuer à ses Schtroumpfs autant d'arrière-pensées politiques ou sociales.