Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

30/01/2013

A la veille du festival d'Angoulême, l'interview de Benoît Mouchart, directeur artistique

Benoît Mouchart, Festival d'AngoulêmeA la veille de l'ouverture du 40e Festival d'Angoulême, Benoît Mouchart, directeur artistique du festival, se confie à ligneclaire.midiblogs.com et à ligne claire.info. Depuis 2003, il gère, organise tous les évènements qui ponctuent le festival. Cet homme de Lettres, comme il se définit, reste droit dans ses bottes, défend ses choix et parle d’avenir. Dont celui de la désignation du Grand Prix. A noter qu'on ne savait pas encore que Benoît Mouchart rejoignait en mars les éditions Casterman et, de fait, que son poste au festival serait peut-être remis en cause. Cette interview vient aussi de paraître dans le mazine BD ZOO.

Lire l'interview sur le site ligneclaire.info en cliquant sur ce lien : Angoulême : Benoît Mouchart, le directeur artistique d’un « joli château de sable »  

28/11/2012

Aimer au Japon, toute une histoire

Histoires d'amour au Japon, GlénatOn ne ne peut pas vraiment parler de BD pour ce bouquin. Mais quand on parle d'amour au Japon on parle de racines, celles qui ont donné naissance au monde, aux deux dieux l'homme et la femme, résultat d'un acte d'amour. Une découverte pour tout occidental peu ouvert vers une culture excessivement raffinée mais qui a ses codes.

Lire l'article complet sur le site ligneclaire.info en cliquant sur le le lien :

Les Histoires d'amour au Japon, Glénat, 45,75 €

08/10/2012

Un épouvantail dangereusement mortel

L'épouvantail, Stromboni, Cotte, CastermanAvec L'Ultime défi de Sherlock Holmes ils nous avaient ravi et étonné. Avec L'Epouvantail adapté de Ronald Hugues Morrieson ils confirment qu'ils ont créé un style, un soupçon rétro, mais qui fonctionne par la clarté du scénario et la force dramatique du dessin.

Jules Stromboni et Olivier Cotte ont donc signé un roman noir dans le plus pur style des années cinquante qui revendique sa part de bizarre. Un petit air des Maîtres du mystère célèbre émission de radio il y a bien longtemps. Une petite ville, un meurtre odieux, celui d'une jeune fille. Arrive un curieux personnage, un grand type aux talents de prestidigitateur, Salter.

Deux copains embringués dans un vol de poules vont être les piliers de l'enquête aidés par un jeune policier. Mais qui est vraiment Salter ? Ambiance angoissante garantie, des couleurs parfois éprouvantes qui collent avec l'atmosphère. L'Epouvantail, Rivages Casterman, 18 €

05/06/2012

Alpinisme : l'invention du vide avec Nicolas Debon

BD INVENTION.jpgOn l'attendait. Avec à la fois impatience et un brin de tension. En 2009 Nicolas Debon avait fait une entrée fracassante dans le milieu des beaux talents de la BD. Pour son premier album en solo, Le Tour des géants, il plongeait et nous à sa suite, dans le peloton des coureurs du Tour de France à la veille de la guerre de 14.

Une merveille d'émotion, de rigueur, de force et de tendresse pour un monde de héros humains dans un enfer, celui du Tour  de France avec les premières étapes de montagne. Le dessin léger et précis, les couleurs rehaussants la personnalité des coureurs, la force des décors, Debon avait fait un sans faute.

Cette fois, on le savait, il nous entraîne à la suite d'alipinistes pionniers. Burgener, Mulmery et Venetz vont en 1881 gravir l'aiguille du Grépon, le défi invincible pour l'époque. Des moyens dérisoires, un baton, un piolet et du whisky, les trois hommes sont un peu fous mais décidés. 

En adaptant le souvenirs de l'un de ces pionniers de l'alpinisme moderne, Debon a mis en scène un exploit comme il les aime, fragile, avant tout humain, sans technologie, à la force du courage et de la volonté.

On est toujours subjugué par le dessin et le découpage, les couleurs de Debon qui est aussi un illustrateur de livre pour enfants. Un vrai bonheur que de s'accrocher aux pages de cet album à la suite d'un trio remarquable.

Debon, en prime, rappellefait les débuts de l'alpinisme, une leçon d'histoire et un album très réussi (L'Invention du vide, Dargaud, 16, 45 €)

18/03/2012

Destin : un curieux homme invisible

BD HOMME.jpgLeonid Miller est un solitaire qui pense que la vie est un rêve. Mais la sienne va se transformer en cauchemar. Peu à peu, il devient invisible pour les autres, fantôme conscient d’une réalité à laquelle il ne peut plus accéder. Témoin curieux et frustré, il profite brièvement de la situation.

Cyril Bonin a tracé le portrait très intéressant de Miller, un fou de cinéma qui va croiser le chemin, toujours invisible, d’une jeune actrice. Elle est la seule avec qui il peut communiquer.

À eux deux, ils auront peut-être la chance d’unir pour le meilleur leur solitude. Une histoire très prenante et bien construite, avec une belle part de poésie. “L’Homme qui n’existait pas”, Futuropolis, 16 €

07/03/2012

Thriller : un trésor et un mystère pendant la seconde guerre mondiale

Ars magna, trésorSi le sujet a déjà été traité sous des formes plus ou moins approchantes, cette version d’Alcante et Jovanovic a du souffle.

Pendant la guerre, en Belgique, les nazis sont sur la trace d’un trésor qui peut leur donner un incroyable pouvoir.

Ils sont sur le point de décoder les messages qui permettront de le trouver. Un historien et une jeune résistante vont réussir à contrecarrer les projets des nazis et les devancer sur la piste qui mène à la cachette.

 Un dessin très réaliste qui fonctionne parfaitement avec le scénario. Ars Magna, T1, Glénat, 13,90 €.