Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

25/06/2017

Un Jour sans Jésus VI, tous givrés

Juncker, GlénatLe Messie a pris la fuite. Enfin le corps du Messie après sa mort sur la croix. Un classique le tombeau du Christ vide, les apôtres en déroute et puis, au moins en version officielle, le retour de Jésus tout beau, tout frais avant de monter au ciel. Nicolas Juncker, depuis excommunié, a écrit les six tomes de Un jour sans jésus qui raconte par le menu ce jour exceptionnel du Christ baladeur. Oui six, donc il a persisté dans le péché et finira chez Lucifer. A ses côtés pour raconter l'improbable pagaille à Jérusalem, des Romains et autres gardiens du temple ou tribus rebelles, il y a au dessin Pacheco. Au purgatoire lui-aussi. On en arrive à l'épilogue avec ce livre VI qui n'exclue pas un loufoque digne des Marx Brothers revu et amplifié par Mel Brooks. Tous givrés dans cette série.

Lire tout l'article sur ligneclaire.info : Un Jour sans Jésus, Livre VI, Vents d'Ouest, 11,50 €

18/06/2017

Sacha Guitry, un talent en liberté

Guitry, Dimberton, ChabertSacha Guitry est l'un des plus grands maîtres de la littérature contemporaine. Touche-à-tout génial, personnage haut en couleur, acteur, il a marqué sans contestation possible les Lettres du XXe siècle. Et pourtant qui se souvient de Guitry, de sa voix inimitable, de ses pièces de théâtre, de ses films ? Guitry était de plus un homme à femmes, et non des moindres pour l'époque. Un sens acéré de la formule, jongleur de mots, Guitry renait sous la plume de François Dimberton et le crayon au dessin de Alexis Chabert qui avait consacré un premier ouvrage dans la même collection à Louis de Funès. Deux hommes finalement pas si éloignés que ça au moins pour leur amour de la scène sous toutes ses formes.

Lire l'article sur ligneclaire.info : Sacha Guitry, une vie en bande dessinée, Delcourt, 17,95 €

13/06/2017

Malouines, des pilotes argentins héroïques

PaquetUne intégrale qui reprend les trois volumes consacrés chez Paquet à la guerre des Malouines par Walther Taborda au dessin et Nestor Barron. On se souvient peu de cette guerre entre David et Goliath à l'autre bout du monde, à 1000 kms des côtes argentines. Même si ce sont eux qui ont engagé les hostilités et envahi les Malouines possession anglaise, les Argentins avec les moyens du bord vont tenir en échec le lion britannique et sa première ministre intraitable Magaret Thatcher. Dans Malouines on découvre comment la chasse et le bombardement de l'aviation argentine se sont invitées dans la cour des grands. Certes l'issue finale on la connaît mais l'histoire valait la peine d'être racontée en particulier pour tous les fans d'aviation et pour souligner l'héroïsme des pilotes argentins.

Lire tout l'article sur ligneclaire.info : Malouines, Le ciel appartient aux faucons, Intégrale

07/06/2017

Zorglub, Munuera à Lyon BD les 10 et 11 juin avec la Fille du Z

Munuera, DupuisJosé Luis Munuera avait en son temps repris le personnage de Spirou. Son trait enlevé, vivant se prêtait particulièrement bien aux aventures de ce héros intemporel flanqué de son inséparable ami Fantasio. Même si Franquin a laissé une trace graphique et scénaristique incontournable sur Spirou. Un héritage toujours difficile à gérer, on le sait, et c'est Franquin qui a crée en son temps l'un des personnages les plus mythiques, ambigu et génial de la série. Zorglub, ennemi et concurrent de Champignac au fond n'est pas un vrai méchant. Munuera avait déjà dessiné Zorglub dans l'un de ses quatre Spirou. Il lui donne désormais sa série à part entière, un spin-off comme ils disent. Avec La Fille du Z, Munuera signe scénario et dessin du retour de Zorglub. A noter que José Luis Munuera sera présent au prochain Festival Lyon BD les 10 et 11 juin.

Lire le dossier sur lignecliare.info : Zorglub, T1 La Fille du Z, Dupuis, 10,95 €

02/06/2017

Le Journal du Off, le pouvoir n'a pas de prix

Saint-CricqLa dernière campagne présidentielle a été la pire que l'on ait connue. A plus d'un titre. Candidats en déshérence, programmes occultés, course à l'information spectacle digne des pires des tabloïds, manipulations diverses, absence de recul de la plupart des médias. On sait la suite de cette campagne dont la raison était quasi absente, course folle aux rebondissements imprévisibles, téléguidés, amplifiés. Renaud Saint-Cricq raconte cette campagne. Journaliste au vrai talent d'investigation il en signe, avec notre confrère Frédéric Gershel malheureusement grièvement blessé en Irak, Le Journal du Off. Saint-Cricq s'est invité, avec l'aide d'autres journalistes, dans la campagne et restitue ces mots, ces phrases authentiques souvent assassines d'un personnel politique égal à lui-même, dépassé et à la prétention évidente, à l'ego démesuré. Avec le recul on reste stupéfait. Le dessin de James appuie là où ça fait mal sans vraiment caricaturer. Il met en scène des femmes et des hommes qui croient en leur destin quoiqu'il arrive, superbes et pas vraiment généreux. Finalement, jamais une campagne n'avait autant ressemblé au radeau de la Méduse sur lequel seul Emmanuel Macron saura ne pas s'embarquer et deviendra, logiquement, le président élu par les Français, dynamitant des partis qui n'ont pas encore tout compris. Il suffit pour s'en convaincre de suivre la campagne suivante, celle pour les législatives. J-L.TRUC

Lire la chronique complète sur ligneclaire.info : Le Journal du Off, Dans les coulisses d'une campagne présidentielle folle, Glénat, 15 €

01/06/2017

Tizombi, un appétit féroce avec William en dédicace à Sérignan

William, SérignanUne gamine qui broie du noir avec des parents qui passent leur temps à s'engueuler et à se flanquer des tartes, un cimetière très sympa avec quelques autochtones qui bouffent du cadavre, voilà le décor de ce petit dernier de Cazenove et William au dessin. Tizombi est une série que n'aurait pas renié Mercredi Adams, chronique d'une jeune fille épargnée par les (gentils) profanateurs de  sépulture pour cause de talent littéraire. Des histoires courtes drôles et décalées avec des personnages qui savourent au sens propre du terme tous les voisins ou égarés de passage dans leur cimetière. Sauf bien sûr leur nouvelle copine qui s'installe chez eux. A noter que William sera au prochain festival de Sérignan.

Lire tout l'article sur ligneclaire.info : Tizombi, Bamboo édition, 10,60 €