Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

24/12/2017

Le décès d’Annie Goetzinger

Annie GoetzingerAnnie Goetzinger vient de nous quitter à l'âge de 66 ans. Et on est sous le choc. Pour l'avoir si souvent rencontrée, interviewée, que ce soit à Fabrègues en 2006 où elle était venue présider le Festival BD, à Sérignan, à Angoulême, à Paris au Salon du Livre avec Pierre Christin (photo JLT) ou avec son amie Florence Cestac pour une exposition en 2014 sur les femmes, pour avoir aimé avec passion son dessin, sa grâce, son humour et sa délicatesse, on est très triste. Annie Goetzinger était une femme d'exception. J-L. T

Lire le dossier sur ligneclaire.info : Décès Annie Goetzinger

05/12/2017

Airborne 44 T7, la grande évasion

Jarbinet, CastermanUn album en forme de règlement de comptes, de vengeance, de course contre la mort, de cavale, un diptyque dans l'excellente série de Jarbinet, Airborne 44. Ce tome 7 a la chute du Reich pour contexte, le printemps 1945 dans un Berlin en ruines où pourtant les Allemands résistent encore à l'Armée Rouge. Aurelius, élevé dans le culte d'Hitler depuis son enfance mais revenu sur ses idées, va être le fil rouge d'une aventure dans laquelle tous les coups sont permis. Survivre, négocier, sauver sa peau, ils sont une poignée, bourreaux et victimes a devoir faire cause commune. Bien calée l'intrigue de Jarbinet qui a articulé en finesse cette grande évasion. Quant au dessin on reste toujours autant époustouflé par ses qualités, sa richesse et son envergure réaliste si reconnaissable.

Lire tout l'article sur ligneclaire.info :Airborne 44, T7 Génération perdue, Casterman, 14,50 €

04/12/2017

The Rolling Stones, une épopée qui roule

Céka, Petit à PetitStones ou Beatles ? Un question qui semblera aujourd'hui complètement dépassée. Elle a agité la génération du début des années soixante qui a suivi les débuts des deux plus célèbres groupes du XXe siècle. Pour tout dire les Beatles avaient la cote façon gentils garçons qui ne flanquaient pas la trouille aux parents. Les Stones étaient déjà plus sulfureux. Entre Paint it black et Help il n'y avait pas photo. Aussi cette biographie dessinée des Stones remet les pendules à l'heure, décrit par le menu comment le groupe s'est formé, l'amitié de Jagger et de Richards, le déroulé de titres qui vont faire exploser les codes, les dérapages et le grand talent, la longévité exceptionnelle, les dessous d'un mythe devenu peut-être plus fort que celui des Beatles car toujours en marche et capable de remplir les stades. Il s'y sont mis à 19 dessinateurs pour tracer la saga des Stones sur des textes de Céka. On suit à la trace ces cailloux roulants et on se dit que Stones ou Beatles finalement c'était un combat d'arrière-garde.

Lire tout l'article sur ligneclaire.info: The Rolling Stones en BD, Petit à Petit, 19 €

03/12/2017

Bug, le toujours très attendu Enki Bilal

Bilal, CastermanOn attend toujours un nouveau titre signé par Enki Bilal. Au tournant pour certains car il ne laisse jamais indifférent en particulier les médiocres sceptiques. Au passage pour ceux qui reconnaissent en lui un talent rare qui a insufflé au 9e art une vision qui dépasse le simple cadre des bulles mais ne veulent pas l'avouer. A la sortie pour ceux enfin qui curieux et amateurs de ses qualités de conteur, d'homme de pellicule sur papier, prennent plaisir à suivre Bilal sur ses chemins de traverse toujours renouvelés aussi bien graphiques que scénaristiques. Bug est son nouvel album, le premier d'une suite. Un big-bang informatique, plus de réseau, ni de mémoire vive, l'homme en est réduit à se souvenir et à faire jouer ses neurones. Si il lui en reste. Bilal serait-il le prophète de la fin annoncée d'un monde qui bégaye de plus en plus, le nôtre ? Bilal serait-il Philippulus ?

Lire tout l'article sur ligneclaire.info : Bug, Livre 1, Casterman, 18 €

23/11/2017

Et si l'amour c'était aimer, Fabcaro réinvente le roman photo

FabcaroCe qui est passionnant, réjouissant avec Fabcaro c'est qu'on est toujours surpris. On ne revient par sur Zaï Zaï Zaï Zaï. Ne voilà-t-il pas qu'il nous livre un roman photo dessiné digne des plus illustres crus des années cinquante, soixante ou soixante-dix, du vrai de vrai avec vérités incontournables, sourires figés, postures avantageuse et bien sûr du sentiment qui dégouline en flots continus. Un coup à revoir sa mère sur la plage, adossé à son pliant, sourire béat aux je t'aime moi non plus de Sacha Distel et Dalida dans Nous Deux. Il y a des choses qui marquent dans une vie. Et si l'amour c'était aimer, tout est dit dans ce titre qui annonce la couleur même si l'album est en noir et blanc. On va geindre de bonheur car le tout est décalé à souhait et est abominablement drôle avec des dialogues qui flirtent avec surréalisme et deuxième, troisième degré.

Lire tout l'article sur ligneclaire.info : Et si l'amour c'était aimer, 6 Pieds sous Terre, 12 €

 

21/11/2017

Les Vieux Fourneaux T4, sacrée sauterelle

Lupano, CauuetC'est comme une gourmandise attendue depuis longtemps, un baba au rhum bien nappé de chantilly, une brioche fourrée aux pralines histoire de mieux savourer les pépites qui craquent sous la dent dans une mer de patte bien beurrée. D'accord Les Vieux Fourneaux on ne les mange pas, non, on les dévore des yeux et des neurones, on les déguste page à page, on les savoure et on en reprend une tranche. Lupano est une vraie synthèse d'Audiard pour les mots, de San Antonio pour le fumet et, allez, de Pagnol pour le liant et la sauce. Paul Cauuet a toujours ce trait élégant avec un petit côté Disney recyclé par son talent de dessinateur. Le duo est imparable une fois encore. Avec ce tome 4, La magicienne, les papis sont toujours d'une façon ou d'une autre en résistance active mais pas obligatoirement du même côté de la barrière. Et puis la jeunette, Sophie, a des émois cardiaques, touchée par la flèche de Cupidon. Tout bouge dans la cambrousse.

Lire tout l'article sur ligneclaire.info : Les Vieux Fourneaux, T4 La magicienne, Dargaud, 11,99 €