Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

23/12/2016

Scènes de la vie hormonale

Meurisse, dargaudLiberté je chéris ton nom. Catherine Meurisse ajoute au principe un don certain pour une liberté très physique sans pour autant négliger les neurones. Elle y va gaiement dans cette description parfois à la hache des émois d'une jeune femme trentenaire qui culpabilise, court vers le plaisir et se plante souvent avec les mecs. Cette charmante enfant à la chevelure flamboyante est dans la parfaite lignée de ses soeurs du moment, angoissées et émouvantes, qui se posent toutes les questions du monde alors qu'elles devraient parfois tout simplement se laisser vivre, lâcher prise.

Elle a tout contre elle, les copines, les hommes, les flics à l'aéroport. Elle n'a pas résolu son Oedipe. Sa mère la gonfle, celle du mec qui est dans son lit aussi même si il la fait monter au plafond comme cadeau de Noël. Elle aime lire et rapprocher ses lectures de celle de son amoureux. Elle en bave à tous les étages. Elle veut de l'amour pas que  du sexe. Enfin si, quand même. Les deux peuvent aller ensemble. Erreur. Routine, ennui, libido en berne, adultère. Equation imparable. Femme épanouie qui réussit ? Pas sûr. Elle peut louper ses gosses pour se rassurer. A condition d'en faire.

Des tableaux qui décoincent, des scènettes à l'humour féroce. Catherine Meurisse  a un coup de crayon et des dialogues qui, inévitablement font penser parfois à Wolinski qui aurait fusionné avec Reiser. C'est un vrai compliment car son talent est fort, unique, sensible et décapant. On a adoré le bricolo et le mur cloison ou la bonne copine. Ses gags sont forts, ciblés et percutants. Après La Légèreté, Catherine Meurisse a refait surface pour notre plus grand plaisir.

Scènes de la vie hormonale, Dargaud, 17,95 €

Les commentaires sont fermés.