Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

19/09/2016

Filles des Oiseaux, une belle histoire d'amitié

Florence Cestac, DargaudLe pensionnat des Oiseaux, ou des Ursulines, de la Merci et autres Nevers ou Assomption (repères familiaux), c'était avant. Des endroits sanctifiés bien sûr où les jeunes filles (mères, grands-mères, sœurs) se retrouvaient coincées pendant des années et généralement libérées pour bonne conduite, bac obtenu ou mariage en vue. Florence Cestac a donné dans le genre, jeune fille qui voulait à tout prix mettre le plus de distance possible entre sa famille BC-BG et elle, déjà révolutionnaire en herbe. Dans Filles des Oiseaux, elle conte la vie de la jeune Thérèse. On est dans les années soixante et il n'est pas encore interdit d'interdire mais le printemps 1968 n'est pas très loin. Thérèse c'est un peu, beaucoup, passionnément Florence. De sa ferme natale et de son paternel alcoolique, Thérèse en a ras le bol. Alors le pensionnat ou la Légion Étrangère. Dans la Légion ils ne prennent pas les femmes et les mineurs. Dommage on aurait rigolé. Donc c'est la chronique du pensionnat que Florence Cestac nous livre, en sanguine sans technicolor sauf à la fin, drôle, émouvant et, juré, tout ce qu'elle dit c'est du garanti authentique. On a des preuves.

Lire tout l'article sur ligneclaire.info : Filles des Oiseaux, T1 N'oubliez jamais que le seigneur vous regarde, Dargaud, 13,99 €

 

Écrire un commentaire