Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog


10/03/2012

La dernière chevauchée de Jean Giraud

BD GIRAUD.jpgAvec le décès samedi de Jean Giraud à l’âge de 73 ans, la formule “une page qui se tourne “est d’une rare banalité. Jean Giraud était un immense auteur à l’imagination et au talent toujours en évolution. Il aura marqué, comme aucun autre, l’histoire du 9e art.

De Jean Giraud, à Gir, Moebius, pour la signature, on ne peut que, d’abord, retenir les aventures de Blueberry, un western atypique dont le héros, lieutenant des Tuniques Bleues, deviendra le défenseur des faibles et des opprimés sur un scénario de Charlier.

C’est dans Pilote en 1963 que Blueberry fera ses premières chevauchées, un Blueberry au petit air de Belmondo. Grande gueule, le lieutenant sera toujours en rupture d’autorité avec ses supérieurs et frôle systématiquement la cour martiale.

Moebius, Jean Giraud, BlueberryPour Giraud, Blueberry est un rebelle à son image.Jamais satisfait, Giraud prendra le pseudonyme de Moebius. Volontairement, il change de registre, s’extrait de l’image de dessinateur réaliste, roi des grands espaces de l’Ouest, que Blueberry lui a donnée et remet en cause son propre succès.

Avec, en 1975, le lancement du journal Métal Hurlant Moebius revient. C’est en effet le nom que Giraud avait choisi en 1962 pour travailler à Hara-Kiri sans pénaliser sa signature dans Pilote. Giraud voulait casser le moule d’une BD à l’époque très stéréotypée : « Il fallait sortir du cadre. La BD était prisonnière », affirmait-il.

Plus de frontières, il renouvelle le fantastique, invente un univers parallèle, explore les techniques graphiques et narratives. Il crée L’Incal ou le Major Fatal affublé d’un éternel casque colonial. Moebius, est un homme libre qui triomphe.

Rencontrer Giraud était toujours un vrai bonheur. Midi Libre avait réuni Giraud et Uderzo pour une interview croisée il y a quelques années. Giraud avait repris le scénario de Blueberry et même eu la tentation de le faire mourir : « J’adore écrire. Surtout pour les autres. Avec mes deux casquettes, Giraud et Moebius j’ai pu toucher à toutes les formes de BD. Je suis un auteur complet et comblé ». C’était vrai. Giraud avait plus que du talent, du génie. Il restera un maître incontournable. Photo Dargaud, DR

08/03/2012

Biographie : le destin incroyable du comte de Bonneval

Bonneval pacha, En se plongeant dans l’incroyable destin de son ancêtre surnommé Le Pacha, Gwen de Bonneval a signé, avec Hugues Micol au dessin, une épopée digne du baron de Münchausen.

Le comte de Bonneval va traverser le XVIIIe siècle au pas de charge. Libertin, très instruit et vindicatif, il aura d’abord le roi de France pour employeur. Mais grande gueule, se mettra à dos les puissants du royaume et passera à l’ennemi.

C’est à Constantinople que le retrouve le narrateur qui va l'inciter à lui raconter sa vie. Ce premier épisode a le charme des belles sagas. Et Bonneval à qui l'on doit bien d'autres scénarios comme celui de Messire Guillaume avec Matthieu Bonhomme le sens de la narration qui accroche. Bonneval Pacha T1, L’insoumis, Dargaud, 13,99 €.

 

07/03/2012

Thriller : un trésor et un mystère pendant la seconde guerre mondiale

Ars magna, trésorSi le sujet a déjà été traité sous des formes plus ou moins approchantes, cette version d’Alcante et Jovanovic a du souffle.

Pendant la guerre, en Belgique, les nazis sont sur la trace d’un trésor qui peut leur donner un incroyable pouvoir.

Ils sont sur le point de décoder les messages qui permettront de le trouver. Un historien et une jeune résistante vont réussir à contrecarrer les projets des nazis et les devancer sur la piste qui mène à la cachette.

 Un dessin très réaliste qui fonctionne parfaitement avec le scénario. Ars Magna, T1, Glénat, 13,90 €.