Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

22/12/2010

Casse en série pour l'héritage du Kaiser

BD CASSE.jpgLa série a du punch. Chaque album décrit par le menu un casse au scénario machiavélique. Cette fois, on atteint le summum avec, en 1936, un espion de l’armée allemande accusé de trahison et emprisonné par les siens. C’est lui le narrateur de cette histoire dans laquelle chaque action à sa place, véritable puzzle dont il est le maître.

Mais tromper les nazis peut se révéler dangereux même pour un maître du coup tordu. Herik Hanna a écrit un scénario à la Hitchcok. Le dessin de Hairsine connu pour ses comics est efficace mais un peu trop moderne parfois pour le sujet. Le tout est cependant jusqu’à la dernière case haletant. “Le Casse, l’héritage du Kaiser“, Delcourt, 13,95 €.

21/12/2010

Djinn, Lucrèce Borgia et un prix pour Lo, la jolie nymphe

BD DJINN.jpgTrois femmes de caractère, pour ne pas dire fatales mais très belles, et, mieux encore, dont deux sont nées sous le crayon d’une dessinatrice, voilà le trio de cette semaine, un trio fort et parfois cruel.
Première de la liste Djinn, désormais héroïne de dix albums, qui revient avec le Pavillon des plaisirs (Dargaud, 11,50 €) pour une nouvelle aventure. C’est Jean Dufaux, le très subtil scénariste, qui a donné à la fougueuse Anna Miralles le personnage d’une femme reine des sens au service de destins politiques ou royaux.Dufaux a intercalé dans ses cycles cette aventure de Djinn aux Indes. Cela va permettre à Djinn, toujours flanquée des époux Nelson, de se charger de l’éducation de la future femme du Maharadjah, clé de voûte de la présence anglaise. Manipulations, érotisme et sensualité, dessins envoûtants de Miralles, Djinn est ensorcelante.

BD BORGIA.jpgC’est l’épilogue de la saga des Borgia. Le tome 4, Tout est vanité (Drugstore, 13,90 €) est celui de la chute de la famille terrible qui avait mis l’Italie en coupe réglée au XVe siècle. Lucrèce meurt et ses frères se déchirent.

Jodorowsky et Manara au dessin ont sculpté une fresque terrible, grandiose de fureur, de pouvoir et de haine.

 

 

BD LO.jpgUn rappel avec Lo de Lucie Durbiano, qui a été récompensé par le prix BD du Point 2010 (Bayou, 16 €). L’Olympe et les Dieux ne sont ni drôles, ni toujours moralement défendables. La jeune nymphe Lo est tyrannisée par Diane qui lui cache ses origines. Un conte drôle et enjoué, dramatique aussi par une dessinatrice talentueuse qui sait séduire et captiver.

20/12/2010

Conte de Noël, encore Dickens en BD

BD MUGBY.jpgUne gare dans un petit village anglais, un homme perdu sur le quai de Mugby, Monsieur Barbox a la tête à l’envers. A Mugby, les lignes ferroviaires se croisent, autant de destins enchevêtrés. Quand il rencontre la douce Phoebe, sa vie va changer. Incapable de marcher, Phoebe devient la raison d’être de Barbox qui revient à chaque fois à Mugby.

Adapté du conte de Dickens, ce petit voyage au bout du bonheur dans un paysage de neige aux petites lumières qui clignotent est signé par Rodolphe et Estelle Meyrand. De belles aquarelles, un petit souffle d’espoir et de gentillesse. L’Embranchement de Mugby“, Delcourt, 13,95 €.

16/12/2010

Larcenet, un combat pas si ordinaire

BD MANU.jpgSi ce n’est que par l’émotion, la tendresse, l’honnêteté que dégage l’œuvre de Manu Larcenet, cette intégrale du Combat ordinaire est à avoir absolumen, à lire, relire, le cœur en bandoulière.
Se replonger dans la vie d’un jeune homme qui va affronter la mort de son père, l’amour d’une femme, les passages de témoin pour un adulte fragile dans un monde où les repères changent à grande vitesse, Manu Larcenet a signé un monument de pudeur et de bonheur.

Marco le jeune photographe son héros lui ressemble, délicat et fragile, témoin et acteur, incrédule et fleur bleue. Un voyage unique que complète avec l’intégrale un DVD d’une heure, rencontre d’exception avec Larcenet (Dargaud, 39 €).

Sfar : le chat du rabbin, héros philosophe

BD CHAT.jpgVoila une autre rencontre à ne pas manquer. Plongez-vous dans l’intégarle des cinq tomes du Chat du rabbin. Sfar, le philosophe donne vie à un monde où se retrouvent tout le soleil et la gouaille de l’Algérie des années trente. Mais plus encore c’est le chat, témoin hableur des aventures de sa maîtresse et interlocuteur privilégié de son rabbin préféré qui est le clou du spectacle.

Digression sur la religion, sur l’amour et la passion, sur les voyages initiatiques, la civilisation. Bentôt le chat devrait être sur grand écran après le très beau et poignant Gainsbourg dans lequel Joann Sfar a tant mis de lui (Dargaud, 34, 90 €).

Calamity Jane : de Lucky Luke à la réalité

BD CALAMITY.jpgElle est l’un des plus mythiques personnages de la conquête de l’Ouest. Le cinéma l’a mise en vedette et bien sûr Morris dans Lucky Luke ne pouvait que lui accorder tout un album. Mais quand la réalité rattrape la fiction cela donne un recueil de photos et de textes passionnants. Martha Jane Cannary, vrai nom de Calamity, a bien eu une vie de garçon manqué, éclaireur de l’armée déguisée en homme, amoureuse de Wild Bill Hikock, colt et winchester au poing. Grégory Mono a remonté la piste et trouvé photos, témoignages inédits sur Calamity véritable synthèse à elle seule de toutes les légendes du Far West (Hoëbeke, 30 €).

Hara-Kiri : le pire pour la fin

BD HARA.jpgUne saga, énorme, celle d’un journal qui se voulait bête et méchant qui a porté très haut comme jamais depuis la liberté de penser et d’écrire. Mort aux tabous, dans Le Pire de Hara-Kiri (Hoëbeke 30 €) on a un condensé qui montre ce que la rédaction pouvait oser sans états d’âme. En vingt-cinq ans de parution Hara-Kiri a flirté souvent mais volontairement avec la vulgarité, l’irrespect.. Le politiquement correct d’aujourd’hui n’aurait pas tenu une seconde avec Cavanna, Choron, Cabu ou Wolinski.Le pire c’est peu dire quand on feuillette ces photos accompagnées de textes dévastateurs mais il reste réjouissant. Hara-Kiri aura été et restera une référence.

14/12/2010

Hugault, roi de la BD aéronautique en dédicace à Montpellier

BD HUGAULT.jpgIl est le plus talentueux dessinateur de BD aéronautique. Romain Hugault a redonné au genre son souffle et permit à de jeunes auteurs de se faire une place dans ce monde très fermé.
Suivi par un grand nombre de lecteurs enthousiastes Hugault sort le tome 3 de sa série Le Grand Duc chez Paquet où il est aussi directeur de collection. Pour l’occasion il sera de passage vendredi 17 décembre à la librairie Azimuts.

Pilote lui-même Romain Hugault a été élevé dans une famille où l’aviation est reine. Très vite Hugault décide de dessiner ces avions qui le font rêver, Spitfire, Me 109 ou autre Yak que l’on retrouve dans Wulf et Lilya, tome 3 de la série. Incollable sur tous les avions qui ont été conçus depuis le début de la conquête des airs, Romain Hugault a un faible pour la seconde guerre mondiale. C’est dans ce contexte que se déroule le scénario signé par Yann pour Le Grand Duc, surnom des avions qui équipent la chasse de nuit. On sait peu que des femmes russes ont été pilotes sur le front de l’est.

Hugault a mis en images le destin de l’une d’elles et la vie au quotidien des escadrilles qui s’affrontent. Un dessin riche, superbe, réaliste bien sûr mais dont le style lui est propre, Hugault a le ciel pour domaine. Dédicace libraire Azimuts tel 04 67 66 35 81 à partir de 14 h 30. Réservation conseillée

13/12/2010

Franquin, les originaux de Gaston

BD GASTON.jpgLa magie du plus génial des auteurs, celle de Franquin éclate dans ces pages en fac-similés de ses originaux. Dans la collection V.O. en grand format sont regroupés de 1957 à 1966 les premières années de Gaston Lagaffe, petit personnage secondaire dans les aventures de Spirou puis héros à part entière.

Gaston fera la Une de Spirou, flemmard ou philosophe congénital qui fait devenir fou Fantasio et ensuite le doux Prunelle. Recherches, illustrations, on retrouve en vrai Gaston et Franquin au sommet de son art (Marsu Productions, exemplaires numérotés, 119 €).

Druillet,  Salammbô en intégrale

BD DRUILLET.jpgIl y a des retrouvailles qu’il faut honorer. En sortant l’intégrale de Salammbô c’est Druillet toujours aussi moderne, novateur que l’on retrouve, flamboyant. Flaubert et Druillet, Carthage transposée en S.F., la fille d’Hamilcar qui aura fait rêver les enfants des années soixante-dix est trente ans plus tard la reine de cet album mythique (Drugstore, 35 €).

Et pour que le plaisir soit complet Druillet a rassemblé dans Salammbô, les nus 42 portraits de sa reine bleue, sa déesse éclatants de force et de sensualité publiés avec les études préliminaires crayonnées (Drugstore, 30 €).

Jazz Maynard,  grand format noir et blanc

BD JAZZ.jpgCe tirage spécial de Jazz Maynard en noir et blanc, format planche originale, dos toilé et couverture poignante ne doit pas échapper aux fans de Raule et Roger. Les deux auteurs de Barcelone ont signé l’une des plus fortes séries de ces dernières années.

Trois copains d’enfance tournent mal. L’un d’entre-eux deviendra un parrain du milieu. Les deux autres, Téo un brin raté et Jazz Maynard devenu cambrioleur musicien, vont voir leur routes se recroiser. Un marché où leurs vies et celles de ceux qu’ils aiment sont le prix. Des asiatiques manieurs de sabre, des coups fourrés, des dialogues de choc, un dessin qui explose à chaque case, l’intégrale rassemble les trois premiers albums (Dargaud, 29 €).

11/12/2010

Aventuriers, le nouveau monde

R2NOUVEAU_jpg.jpgUne saga de boucaniers innovante. Un équipage s’échoue sur les rives d’une Amérique où se battent Anglais et Français. Emie est leur chef, une jeune femme à la recherche de ses enfants. Les tribus indiennes qui s’allient aux plus forts et pourchassent Emie, des comparses qui n’ont plus rien à perdre, un village qui doit être un refuge idéal.

Filippi et Mezzomo au dessin ont su donner au premier tome de cette nouvelle saga toute la force nécessaire et l’envie de découvrir ce que deviendront Emie et ses amis. Un vrai roman d’aventure entre Stevenson et Fenimore Cooper. Nouveau Monde T1, Glénat, 13,50 €.

09/12/2010

Intégrales, la vague de fin d’année

R2 INTEGRALE.jpgC’est le mois des intégrales ou des recueils thématiques. A Spirou la vedette avec le fac-similé de Spirou et l’aventure, l’album paru en 1948 (Dupuis, 35 €). Jijé est au dessin. À la Libération il reprend Spirou et crée Fantasio. Les histoires sont drôles, le dessin enthousiasmant sur le mode du feuilleton. Jijé encore avec le tome 18 de Tout Jijé (Dupuis, 28 €). Cette fois, même si on retrouve encore Spirou, ce sont aussi les débuts de Valhardi sur la période 1942 à 1945. Une maîtrise inégalée.

En noir et blanc les planches de Le Rêve de Jérusalem prennent toute leur force dans ce tirage spécial (Dupuis, 35 €). Une épopée au temps des Croisades signée Marty et Thirault. On retrouve le président 2011 d’Angoulême, Baru avec l’intégrale de L’Enragé, histoire d’un jeune boxeur qui passe de la gloire à la prison. Du grand Baru (Dupuis, 24 €). Des enfants livrés à eux-mêmes dans un monde dont les adultes ont disparu, Seuls de Gazzotti et Vehlmann (Dupuis, 30 €) deviendra un classique. Tout y est, suspense, action, sentiments et anticipation. On retiendra pour les amoureux de Doyle ou Agatha Christie Green Manor (Dupuis, 35 €), des adorables histoires noires rassemblées en un volume au look XIXe. Vehlmann encore, brillant scénariste et Bodart au dessin manient humour et trahisons.

Enfin chez Delcourt voici Le Temps des Stryges (25 €), inquiétants prédateurs qui ont infiltré les gouvernements et Sillage (tomes 4 à 6 de la série, 25 €) de Morvan et Buchet. Science-fiction et beau dessin.

Folie de guerre

R2TRANCHEES_jpg.jpgC’est un sujet méconnu voire volontairement oublié. Dans toutes les guerres mais surtout en 14-18 des soldats sont devenus fous confrontés à l’horreur qu’ils vivaient au quotidien. Dans Vies Tranchées Hubert Bieser, Morvan et Yann Le Gal ont écrit cet album où tout est vrai.

On suit le destin d’hommes intacts dans leurs chairs, mais détruits dans leurs têtes. La psychiatrie balbutie. Les médecins hésitent parfois à reconnaître les signes de la folie. Les traitements sont d’un autre siècle. On frémit aux témoignages recueillis et mis en image par un pool de dessinateurs. À lire pour savoir. Vies Tranchées, Delcourt, 19,90 €.

05/12/2010

Renault dit non aux dieux ... et au diable

R2RENAULT.jpgIconoclaste, courageux, un ouvrage de combat, comme il le définit. En rassemblant dans Non de dieux une sélection internationale des meilleurs - et des plus forts - dessins de presse sur le thème des religions, Jean-Michel Renault veut « allumer des mèches. Ras le bol du politiquement correct. La France est un pays laïque. On ne peut accepter que le délit de blasphème revienne, que des dessinateurs soient poursuivis pour leurs idées ».

Clair et net. Aussi, que ce soit les Chrétiens, les Musulmans ou les Juifs, voire les Bouddhistes, chaque religion a droit à sa croix, en quelque sorte, dans cet ouvrage. « J’ai choisi parmi le travail de soixante-douze dessinateurs. Sans censure. J’ai bien prévenu tous ceux qui croient en un quelconque au-delà que l’album n’était pas pour eux. Ils sont prévenus mais je m’attends à des réactions bien sûr. » 

Comme disait Desproges et le répète Renault, « la liberté ne s’use que si l’on ne s’en sert pas ». De l’utilisation du préservatif en passant par le conflit israélo-palestinien, le créationnisme ou la burqua, les dessinateurs de presse veulent pouvoir laisser « les mécréants rire de bon cœur et en chœur », ajoute Renault, qui signe lui-aussi quelques dessins de ce recueil en forme de pamphlet qui ne laisse pas indifférent. “Non de dieux“, Pat à Pan, 20 €.

17:28 Publié dans Interviews | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : religion |  Facebook |