Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

31/10/2010

Après Croisade, Xavier et Dufaux offrent Nomade

BD NOMADE.jpgAvec Croisade, Jean Dufaux, talentueux conteur, avait donné à Xavier une superbe histoire que son dessin avait sublimée. Nomade, nous replonge en Terre Sainte ou se mèlent grande Histoire et le destin du chevalier Gauthier. Un esprit maléfique, El Hadj, va brouiller les cartes.

Gauthier devient le héros qui saura seul affronter les maléfices aidée par la belle mais cruelle Lhianes. Un mystérieux chevalier rejoint la troupe.

On est emporté par le souffle de cette seconde époque. Un cahier de croquis permet de savourer toute l’originalité du dessin de Xavier à la fin de l’album. Nomade, T1 Gauthier de Flandres, Le Lombard, 13, 50 €.

18:28 Publié dans Parutions BD | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : lombard |  Facebook |

29/10/2010

Philippe Francq : Largo Winch, témoin d'un monde en crise

BD FRANCQ.jpgPhilippe Francq, dessinateur de la BD Largo Winch (Dupuis) était l’invité de Midi Libre. Une avant-première, en quelque sorte, avant qu’on ne fête les vingt ans de la série.

 

Largo a vingt ans. Vous formez un couple parfait avec votre personnage ?

On ne dessine bien que ce que l’on connaît. C’est vrai qu’il y a de moi dans Largo Winch, le milliardaire aventurier. Au moins au niveau de ses attitudes. On a mis en commun avec Jean Van Hamme, le scénariste, ce qui nous plaisait en nous pour construire notre héros.

Et puis, si le scénario est écrit en trois mois, je passe au moins dix mois par an à ma table à dessin pour réaliser un album. Faites le compte. Une vraie vie de couple oui, mais je sais parfaitement me détacher du personnage. Il n’y a aucune identification malgré cette belle aventure de vingt ans avec Largo et le monde bâti autour de lui.

 

Le 17e album sortle 12 novembre. Comment vivez-vous cette longévité et le succès qui l’accompagne ?

Je pense que nous arrivons à un tournant des aventures du jeune milliardaire. Nous avions le même âge avec Largo quand le premier album est sorti. Lui, en vingt ans il n’a vieilli que de trois ans. Moi par contre... Nous avions vingt-sept ans et finalement la naïveté de notre jeunesse.

Aujourd’hui nous avons cerné la personnalité de Largo avec Jean Van Hamme. Sa passion de patron du Groupe Winch, un brin utopiste, c’est, par tous les moyens, de trouver des solutions aux secousses des crises économiques ou des OPA qui peuvent mettre en danger l’emploi de ses collaborateurs. Plus son côté aventurier, défenseur de la veuve et de l’orphelin, fidèle en amitié mais pragmatique et capable d’aller loin quand on l’attaque. Il est le témoin mais acteur d’un monde en crise.

Quant au succès il s’est affirmé au fil des albums mais tout en l’espérant on ne pouvait pas se douter il y a vingt ans qu’en 2010 le tome 17 serait tiré à 450 000 exemplaires à sa sortie. Nos lecteurs ont envie de lire des histoires qui les sortent du quotidien mais qui collent à l’actualité.

 

Vos lecteurs ont finalement grandi avec Largo.

Absolument. D’adolescents ils sont devenus adultes et leurs enfants ont suivi. Vous savez, en BD pour enfants, les cycles sont de cinq ans. Ensuite ils passent à des BD plus réalistes.Le 17e album est un album charnière dans votre œuvre ?

Oui car je vais faire évoluer les décors de Largo Winch. Je vais dessiner un nouveau siège, une nouvelle tour pour le groupe W, sûrement dans l’environnement urbain de Chicago. Même ambition pour l’avion personnel de Largo Winch.

Et enfin les personnages secondaires, très importants, restent et seront de plus en plus des figures majeures et fortes de nos histoires. Parfois ils sont plus vitaux que le héros lui-même.

Cet album, intitulé Mer Noire, émaillé de retrouvailles, de personnages dont les destins se recroisent est peut-être plus humain que les précédents. La psychologie de Largo s’affirme. On le verra encore plus avec la suite mais il faudra attendre début 2012.

 

Comment donnez-vous un visage à vos personnages ?

Simplement en prenant pour modèles des proches. Je vais vous confier un secret. Dans le tome 17, la très belle mais dangereuse Sybil m’a été inspirée par une amie montpelliéraine, Maryse.On ne peut pas créer un personnage secondaire avec n’importe qui. Il y a aussi le regard, capital, qui rend le dessin d’un visage vivant, sublime le corps. Le texte vient couronner le tout pour enfin donner la planche définitive.

Une alchimie parfois mystérieuse.

 

Philippe Francq, homme de passion.

Exemple, cet Héraultais d’adoption a son brevet de pilote d’hélicoptère et peut passer des heures à décrire technologie et engins à pales du futur.

Comme Largo Winch, Philippe Franck sait à la fois être convaincant, d’une redoutable franchise : « On me dit parfois que je ne travaille pas ou au moins que je m’amuse en dessinant sous prétexte que mon studio est chez moi. C’est vrai que je ne pars pas au boulot tous les matins mais personne ne se doute vraiment du temps qu’un auteur consacre à son art. Uderzo confiait qu’il avait passé sa vie attaché à sa planche à dessin. »

Quand on lui demande ce qu’il lit en BD, la réponse fuse  : « De moins en moins d’albums. Je préfère les romans ou des ouvrages scientifiques. Mais je peux vous dire toute l’admiration que j’ai pour un auteur comme Manu Larcenet et son Retour à la terre . » Et d’ajouter que «  la BD est une activité industrielle qui fait vivre beaucoup de gens, plus qu’un peintre avec une toile. L’éditeur prend des risques, investit sur un auteur. Quand le succès est au rendez-vous l’argent gagné doit être réinvestie sur un jeune talent ».

Philippe Francq et le manga ? « Ils accentuent les problèmes des personnages et en particulier ceux des adolescents qui se reconnaissent dans les scénarios. Une BD qui marche en France c’est 60 à 100 000 albums. Au Japon un manga qui a du succès ce sont plusieurs millions d’exemplaires d’un titre.  » Le cinéma  ? « La BD essaye d’en faire mais pas avec les mêmes moyens.  »

 

28/10/2010

Philippe Francq présente le dernier Largo Winch

22/10/2010

Gauguin et Tahiti, les femmes et la couleur

BD GAUGUIN.jpgC’est le peintre qui a révolutionné l’utilisation de la couleur, a apporté la fraîcheur et l’ambiguïté de sa passion pour Tahiti. En racontant les voyages de Gauguin dans les Îles, Li-An rend toute son humanité au peintre. On découvre qu’il était marié, qu’il aimait les femmes bien sûr et que Degas était son ami.

Mais où est la frontière entre réalité et roman dans l’album de Li-An ? Gauguin, un aventurier face aux méchants étrangers qui veulent envahir Tahiti ? Gauguin, le destin d'un incompris génial et sans égal, à coup sûr.

On plonge à sa suite avec délices, sur les traces de ses portraits et de ses ambiances éclatantes de soleil. Gauguin, deux voyages à Tahiti, Vents d’Ouest, 15 €.

 

Savoir vivre, tout un art

 

Catherine Meurisse aimerait donc les bonnes manières, ce délicat apprentissage des pratiques qui permettent de ne pas passer pour un plouc en bonne compagnie. Et franchement elle a bien raison. Son recueil, qui pourrait bien devenir un guide, sait allier humour et enquête dans une école du bon goût, celle de la baronne de Rothschild.

Catherine Meurisse, dont Drôles de femmes a été un bonheur, récidive avec tout autant d’efficacité. Mine de rien, on apprend beaucoup dans ces planches comme recracher un noyau d’olive ou couper les asperges. L’indispensable, quoi ! Savoir-vivre ou mourir, Les Échappés, Fluide Glacial, 13 €.

16/10/2010

Moebius : le retour d'Azrak

BD AZRAK.jpgArzak revit. A la base il était muet. Jean Giraud Moebius a décidé de redonner vie et la parole à son héros. Premier volet d'un tryptique où cet arpenteur sera confronté à des situations différentes avec des indices sur l'histoire du monde.

Bataille galactique, trafic d'esclaves, Arzak traque les anomalies et assure l'ordre chez les humains. Le travail de Giraud est incomparable. Arzak était un mythe auquel, en lui redonnant vie, Moebius montre son exception dans le monde de la BD. IL fait exploser les rites et les habitudes. Arzak voulait vivre confie Moebius. A noter l'exposition Moebius Transforme à la Fondation Cartier à Paris jusqu'au 12 mars 2011. Arzak T1, Moebius productions, Glénat, 18 €.

15/10/2010

Lucky Luke : un scénario brillant et à quatre mains

BD PINKERTON.jpgC'est la bonne nouvelle de cette fin d'année. Lucky Luke revient et en force. Les dernières aventures du célèbre cow-boy sont signées par deux maîtres du roman noir, Pennac et Benacquista avec Achdé au dessin. Un seul mot pour cette reprise à quatre mains: pari gagné. Rarement le scénario de la série a été aussi nerveux, écrit, drôle et réaliste. Les idées fusent, enchantent, étonannety.

Le rythme est soutenu. Luke affronte le génial mais arriviste Pinkerton, fondateur de l'agence de détectives. Plusieurs degrés de lecture sont possibles. La tentation sécuritaire déjà, la tolérance zéro, les dossiers secrets ou une aventure avec Dalton libérés, Luke à la retraite. L'esprit Morris et Goscinny est retrouvé, celui de Joss Jamon. Bravo. Lucky Luke contre Pinkerton, Lucky Comics, 9,95 €.

14/10/2010

Bolides, monuments : des légendes et des hommes

BD PROST.jpgDes légendes, des hommes, des bolides, une tour devenue le symbole de la ville Lumière, il y a de quoi ravir ceux qui ont la nostalgie chevillée au coeur.

Avec le Dossier Alain Prost, (Graton, 19 €) pilote quatre fois champion du monde, ce n'est pas que de légende dont on parle mais aussi de combat, de volonté, de vie. Dans ce dossier de la collection Michel Vaillant, on redécouvre toutes les facettes du Professeur. Jeunesse au volant d'un kart, la monoplace puis les débuts en F1, Prost c'est la volonté et le talent, la complexité d'un caractère et la passion. L'album composé d'histoires courtes, de photos, de dessins est très complet sous la plume de Lionel Froissart.

Automobile encore avec 60 Voitures des années 60 (Dupuis, 35 €). Les chroniques de Starter parues dans Spirou forment un somptueux ensemble de bolides ou de berlines devenues mythiques. Facel Vega, Triumph TR4, Simca 1000, Carroll Shelby ou DS 21, la Type E, que du bonheur et du rêve d'une époque révolue que la crise pétrolière ne touchait pas encore.

Autre légende d'acier, la Tour Eiffel. Armand Guérin et Fabien Lacaf avec beaucoup d'idées font revivre sa construction et révèlent la vérité sur Le Mystère de la Tour Eiffel (Glénat, 15 €). Un jeune apprenti forgeron venu de sa campagne sera le héros qui va empêcher un attentat anarchiste le jour de l'inauguration. Une superbe rétrospective avec des personnages célèbres, des décors parfaits de Lacaf dont le trait colle bien, une intrigue mouvementée et la Tour reine du monde.

09/10/2010

Troisième testament : Julius et le sauveur

BD TESTAJU.jpgLe Troisième testament a été une vraie bouffée d'oxygène pour la BD historique panachée d'ésotérisme. Alice et Dorison accompagné par Robin Recht au dessin repartent dans une nouvelle déclinaison de leur histoire qui a pour cadre les origines de la série mère, la Judée sous occupation romaine après la mort du Christ.

Un légat romain, Julius, condamné pour trahison contre Rome, sera accompagné dans sa chute par un chrétien qui prône la non violence. Ils finiront par faire cause commune pour tenter de permettre au peuple juif de se libérer. Un excellent suspense. Dorison est vraiment très fort. Le Troisième testament, Julius livre 1 ; Glénat, 13,50 €.

11:02 Publié dans Parutions BD | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : glénat |  Facebook |

08/10/2010

Pirates : Barracuda et le destin de trois adolescents

BD BARRAC.jpgPirates encore La veine est un filon. Les pirates sont encore, et avec talent, les héros de cette nouvelle série avec au scénario Jean Dufaux et au dessin Jérémy. Trois adolescents vont voir leurs destins se croiser pour le pire. Le fils du capitaine Blackdog est blessé pendant l'attaque du navire qui transporte la fille d'un riche aristocrate.

Faite prisonnière avec son serviteur ils seront vendus comme esclaves. Mais pendant le combat Blackdog a découvert où se cachait le plus gros diamant du monde. Une histoire au bout du sabre, noire et violente, parfaitement menée. Jérémy a signé les couleurs de Murena. On sent l'empreinte de Delaby. Barracuda T1 ; Dargaud, 13,50 €.

07/10/2010

Fnac : Sokal a dévoilé "Kraa", la saga de l'aigle et l'enfant

BD SOKAL.jpgIl est le père de Canardo, un privé premier rôle d'une BD animalière au succès jamais démenti et devenue un classique.

Benoît Sokal était à Montpellier, pour une rencontre dédicace à la Fnac. Sokal n'a pas quitté, avec son dernier album, le monde animal. Dans Kraa (Casterman), il propose le premier tome d'une aventure où un enfant et un aigle vont vivre une histoire d'amitié mais aussi de vengeance.

C'est dans le Grand Nord que va naître la saga de Kraa, une terre sauvage et rude où des tribus indiennes vivent en communauté avec la nature. Yuma est un jeune garçon qui sauvera Kraa, l'aigle géant grièvement blessé. Une amitié sans faille désormais les rassemble. Quand la famille de Yuma est massacrée par les hommes de main d'une société minière, Kraa, devenu un aigle à la force prodigieuse, suivra le jeune Indien et l'aidera à se venger des tueurs.

Plus qu'une simple aventure sur fond de grands espaces, Kraa est un plaidoyer contre la bêtise humaine. L'aigle en est le symbole innocent. Sokal est aussi un créateur de jeux vidéo. Il avait eu l'idée d'un programme dont le héros serait un oiseau. Son envie de se remettre à la BD en parallèle des aventures de Canardo l'a poussé à utiliser son héros sur papier et non pas sur écran. Kraa a donc vu le jour dans un Grand Nord que n'aurait pas renié Jack London. Une ruée vers l'or, une ville sans foi ni loi et les gêneurs, les Indiens, sacrifiés. Yuma va résister et, avec lui, l'aigle géant capable de l'enlever dans ses serres.

BD KRAA.jpgLe premier tome, La vallée perdue, met en scène le drame, élimine peu à peu les personnages secondaires. Le paradis du jeune Yuma se transforme en enfer. Sokal a donné un vrai souffle à son Kraa. L'action s'enchaîne. On sait que l'issue est sans appel. Le dessin de Sokal est superbe.

Internet, jeux vidéo, Sokal a pu présenter avec beaucoup de gentillesse à ses lecteurs sa façon d'appréhender le monde qui nous entoure. Kraa est pour lui un retour aux sources, celui de ses débuts. Il faudra attendre pour savoir comment son couple de héros, l'aigle et l'enfant, pourront tirer leur épingle d'un jeu qui les dépasse.