Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

26/06/2010

Les belles aventures de trois femmes de choc

BD TROIS FILLES.jpgElles sont trois, des femmes héroïnes de trois albums très différents mais qui ont en commun qualité et originalité.  Margot Saint-Benoît est la première à entrer en lice dans une aventure qui a pour cadre Eyglière au XIIe siècle. On y construit une abbaye et Margot y est envoyée pour remplacer le maître-bâtisseur mort dans des circonstances bizarres. Ambiance pesante, meurtres diaboliques, Margot doit à la fois assurer le chantier et tenter de percer l'énigme d'Eyglière.

Avec ce tome I du Sang des bâtisseurs, Michel Le Galli a écrit une histoire avec tous les bons ingrédients. Marie Jaffredo au dessin nous attire à la suite de Margot. Sa couleur directe est superbe (Vents d'Ouest, 13 €). Un autre univers, celui des glaces du Yukon, pour le tome I de Valentine Pitié, une jeune femme qui a suivi ses parents sur les lieux où ils ont fait fortune. Un drame et Valentine est seule, perdue dans le Grand Nord. Un chasseur Inuit la sauve et Valentine va vivre dans son village une histoire violente et bouleversante. Benn a su rendre dans l'album la rudesse des glaces et créer une Valentine dont on sent tout le potentiel (Dargaud, 15,50 €). A Paris, pendant l'Occupation, le père de Jeanne Chiavarino disparaît dans les Catacombes. Elle se risque dans ce dédale qui sillonne le sol de Paris. La légende du diable vert lui revient en mémoire. Un jeune homme, Lucien, débarque dans sa vie. Hasard ? Pas sûr. Manini et Chevereau au dessin lancent une série où le suspense marche bien (Glénat, 13 €).

 

 

25/06/2010

Il avait ouvert la première galerie consacrée à la BD et à ses grands noms , Christian Desbois n'est plus

Christian Desbois qui vient de nous quitter était un précursseur. Il avait compris très vite que la BD était un art à part entière et que comme tel la BD devait s'exposer, créer un marché et s'ouvrir pour aussi permettre une vraie reconnaissance à ses auteurs. 
 
Christian Desbois s’était fait connaître dans le monde de la bande dessinée en ouvrant dans le VIIe arrondissement à Paris la première galerie consacrée au 9e art, Escale à Paris, devenue plus tard Galerie Christian Desbois. Sa connaissance du monde des arts et sa culture graphique lui ont permis d’imposer sa galerie comme un lieu incontournable où de nombreux auteurs majeurs (souvent issus de la famille Pilote) avaient exposé dont Enki Bilal, Jacques Tardi, Florence Cestac, François Schuiten, Zep, Jean-Claude Mézières, Lorenzo Mattotti, André Juillard, Claire Bretécher, Juanjo Guarnido, Ted Benoît, Annie Goetzinger, Philippe Bertrand, Pierre Christin, Avril, Rochette, Max Cabanes, Nicollet, Kelek, Corbasson, Gotting, Loustal ou Larcenet qui, à l’occasion de la sortie de Blast, avait accepté pour la première fois qu’une exposition soit organisée sur son travail.

Christian Desbois avait prolongé son activité de galeriste en devenant éditeur, proposant des sérigraphies, des estampes, des lithographies, des sculptures et même des ouvrages autour d’Enki Bilal et de plusieurs auteurs dont il était proche et qui lui accordaient une confiance totale.
 
Ses choix témoignaient d’un goût certain et d’un souci profond de valoriser le travail des auteurs, ce qu’il faisait aussi en s’associant avec d’autres éditeurs (Casterman et Dargaud essentiellement) pour coéditer des ouvrages de grande qualité. L’un d’entre eux était en préparation autour des roughs aquarelles de Guarnido réalisés pour Blacksad (un premier volume avait vu le jour en 2005).
 
Inspiré par la ligne claire, il avait su enrichir son travail de galeriste et d’éditeur, refusant de s’enfermer dans la bande dessinée, en développant notamment ses activités dans les arts plastiques et en devenant commissaire de nombreuses expositions à Paris, Cherbourg, etc.
 
Son élégance, son tact parfois désarmant, son sens de l’humour subtil, sa disponibilité naturelle, sa délicatesse, sa vivacité, sa fidélité faisaient de Christian un être précieux. 


Un phare diabolique

BD PHARE.jpgUn phare pour décor, c'est le choix d'Alcante au scénario pour raconter le destin de Jack, aide du gardien qui, peu à peu, va découvrir que le diable peut prendre face humaine. Muté sur un phare de terre, le South Stack, Jack y rejoint Bowen au comportement curieux. Des meurtres, des signes gravés sur une pierre, Jack finira par comprendre mais trop tard peut-être. Et après lui des témoins auront une  fin peu enviable.

Alcante et Matteo ont fignolé un album digne des grands films d'épouvante. On est pris aux tripes par le destin de Jack, jeune homme innocent mais perspicace qui affronte des forces occultes . La terreur est bien réelle face aux vagues géantes."Les Gardiens des enfers", Glénat, 13 €

Paris sous la botte soviétique

BD JOURJ.jpgAvec ce second volume de la série, Duval, Pécau et Séjourné pour le dessin embarquent à nouveau le lecteur dans une utopie. Ils ont changé le cours de l'Histoire. Paris est à moitié occupée par l'Armée Rouge qui, en 1945, a été plus rapide que les Alliés. Et pourtant, les Soviétiques ont besoin de l'aide de la police française pour résoudre une affaire de meurtres en série.

Le commissaire Saint-Elme est chargé d'aller à l'Est et ce qu'il va découvrir risque de devenir une affaire d'Etat. On est dans un monde où toutes les inventions sont libres. L'ensemble est sympa et bien ficelé. "Jour J, Paris secteur soviétique", Delcourt, 13 €

23/06/2010

20 albums incontournables pour l'été séléctionnés par les journalistes spécialisés

Alors que la production de bande dessinée ne cesse d'augmenter et que les lecteurs ont de plus en plus de mal à s'y retrouver, les journalistes spécialisés jouent leur rôle d'éclaireurs publics !

BD BLAST.jpgÀ partir de la liste de toutes les nouveautés bandes dessinées parues entre le 1er novembre 2009 et le 10 juin 2010 (2305 titres), les 63 membres actifs de l'ACBD ont sélectionné 20 titres que l’Association des Critiques et journalistes de Bande Dessinée met en avant pour l’été.

 

 

Voici cette sélection présentée par ordre alphabétique des titres retenus :

 

  • « Blast T1 : Grasse carcasse » de Manu Larcenet, Dargaud
  • « Le Bleu est une couleur chaude » de Julie Maroh, Glénat
  • « Coney Island Baby » de Nine Antico, L'Association
  • « Le Dernier des Mohicans » de Cromwell et CatMalou [d'après James Fenimore Cooper], Soleil
  • « Dolor » de Catel et Philippe Paringaux, Casterman
  • « Gaza 1956. En marge de l'histoire » de Joe Sacco, Futuropolis
  • « George Sprott : 1894-1975 » de Seth, Delcourt
  • « Jack Palmer T14 : Enquête au paradis » de René Pétillon, Dargaud
  • « J'ai pas tué de Gaulle mais ça a bien failli... » de Bruno Heitz, Gallimard-Bayou
  • « Long John Silver T3 : Le Labyrinthe d'émeraude » de Mathieu Lauffray et Xavier Dorison, Dargaud
  • « Lulu femme nue T2 : Second livre » d’Étienne Davodeau, Futuropolis
  • « Lydie » de Jordi Lafebre et Zidrou, Dargaud Bénélux
  • « Magasin général T5 : Montréal » de Régis Loisel et Jean-Louis Tripp, Casterman
  • « Le Montespan » de Philippe Bertrand et Jean Teulé, Delcourt
  • « Les Passagers du vent T6.2 : La Petite fille Bois-Caïman Livre II » de François Bourgeon, 12 bis
  • « Pluto T1 à T3 » de Naoki Urasawa [d'après Osamu Tezuka], Kana
  • « Quai d'Orsay T1 : Chroniques diplomatiques » de Christophe Blain et Abel Lanzac, Dargaud
  • « Secrets : L'Angélus T1 » de José Homs et Frank Giroud, Dupuis
  • « Tous à Matha T1 : Première partie » de Jean-Claude Denis, Futuropolis
  • « Un long destin de sang T1 : Acte 1 » de Fabien Bedouel et Laurent-Frédéric Bollée, 12 bis

 

Bonnes lectures ! C'est l'été : lisez des BD !

18:16 Publié dans Actualité | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : acbd |  Facebook |

22/06/2010

Résistance sur tous les fronts

BD RESISTANCES.jpgLa période s'y prête. En ce mois de juin qui commémore le 70e anniversaire de l'appel du général De Gaulle trois albums sortent sur le thème de la Seconde Guerre mondiale.

Avec "Résistances" on est dans le vif du sujet. Cette série sous la signature de Derrien et de Plumail au dessin ouvre son premier tome sur la défaite de juin 1940. Trois personnages vont suivre leur destin mais toujours en résistant à leur manière. Difficultés des choix, moraux, politiques, Derrien a su mettre en place un canevas objectif et passionnant sans tomber dans la facilité (Le Lombard, 13 €).

On franchit le Rhin avec "Rue des Chiens marins" signé Constant. Cette fois c'est un jeune marin allemand, Josef qui est le héros de ce périple. Tout au long de ses combats, de ses angoisses face à l'horreur, Josef pense à son enfance, à son frère et à une jolie jeune fille, Emma, sa voisine. Mais Emma est juive. Josef et Emma vont-ils survivre et se retrouver ? Constant a réussi à parfaitement rendre d'une part la vie terrible à bord d'un sous-marin et surtout la tendresse et l'amour de deux êtres pris au piège d'une idéologie (Le Lombard, 15 €). Enfin, dérision et pas de complexe pour Pieter de Poortere avec "Le Fils d'Hitler". Il reprend son héros favori, Dickie, petit gros moustachu et le plonge dans une extravagante aventure. Hitler découvre que Dickie est son fils et va s'en servir comme doublure. Le dessin est dans la lignée de Charlie. Pas de textes. Il y a du Calvo dans cette parodie jubilatoire et décalée (Glénat, 15 €).

 

Montpellier : trois filles à la Fnac et un garçon chez Azimuts

BD REBETIKO.jpgDeux rendez-vous à Montpellier pour les amateurs de BD. Le premier aura lieu mercredi 23 juin, à la Fnac, dès 15 h, avec trois dessinatrices qui ont le vent en poupe. Après avoir exercé leurs talents graphiques sur leurs blogs, ce qui est de plus en plus fréquent, elles sont passées au papier grâce aux éditions Paquet. Une collection leur est même totalement consacrée, Le (presque) Guide.

Avec Serial Shoppeuse, c'est la carte bancaire dans tous ses états que nous offre la dessinatrice Tokyobanhbao. Un petit côté manga pour le dessin, la série joue la carte de l'humour et du décalage en matière d'achat entre homme et femme. On reste dans le ton de la dépense sans compter avec Lingerie Addict d'Olivia. On rêve devant les envies de dentelle ou des regrets de satin affriolant de nos jeunes femmes. Et puis il y a Manga girl de Loren Oysta. Pour les accros de tout ce qui a un rapport avec l'univers de la BD japonaise, et aussi pour les autres, histoire de ne pas passer pour un demeuré. Ce guide est un superbe raccourci drôle et savoureux.

Ces trois drôles de dames céderont la place jeudi 24 juin à David Prudhomme chez Azimuts, la librairie de la rue Saint-Guilhem, pour une dédicace à partir de 15 h 30. Son Rébétiko, sorti chez Futuropolis, primé à Angoulême en janvier dernier, aurait mérité le prix du meilleur album.

Avec une jubilation de chaque instant, Prudhomme trace le destin peu connu de ces musiciens grecs, les Rébétes, qui, dans les années trente, racontaient en chantant la nuit leur vie dissolue de la journée. Hommes libres et sans limites, ils improvisaient en se moquant du lendemain. Toujours à la frontière de la légalité, charmeurs et devenus l'âme de leur pays, ces dandies que nous fait découvrir Prudhomme sont des hommes d'une autre époque, désinvoltes.

Le dessin est à la hauteur du sujet, convaincant, envoûtant comme l'ambiance du Rébétiko, nom de cette musique populaire désormais devenue traditionnelle en Grèce. Prudhomme a une décontraction élégante, un charme qui apporte à son album une touche supplémentaire.

21/06/2010

Le beau retour de Dany

BD GUERRIERES.jpgIl a un des plus beaux dessins du 9e art. Dany sait en prime, parce qu'il les aime, dessiner à merveille les femmes. Sur un scénario d'Arleston bien sûr avec Melanyn Dany a donné vie aux guerrières de Troy. On décline une fois de plus l'univers mais cette fois le talent de Dany est de la partie. Lynche et Raya sont rejointes par Ysann. Les trois jeunes femmes sont des mercenaires qui vont être prises au piège machiavélique qu'a monté Yquem, un prétendu gourou qui dirige une caravane humanitaire. On est partie pour une série très typée mais qui fonctionne grâce à Dany. "Les Guerrières de Troy", Tome 1, Soleil, 14,90 €.

Noire Belleville

BD BELLEVILLE.jpgUne sombre balade meurtrière et sans pitié dans la jungle de Belleville, un quartier de Paris où la criminalité se mondialise, il y a de quoi avoir des frissons dans le dos. Un voyou déjanté, Freddy, un gang de Polonais, des Chinois tortionnaires, un certain Zhu qui a tout d'un caïd, on va en voir de belles sous la plume de Malherbe et le crayon de Perriot. Ce tome I place le décor. Belleville donne le blues. Freddy va choisir son camp par amour. L'étrange Zhu l'entraîne à sa suite. Univers glauque, trait sombre et violent, le constat d'un monde qui nous est proche sur lequel on ferme les yeux. "Belleville Story", Avant minuit, Dargaud, 15,50 €.

 

A fond la course avec Marvano

BD GRANDPRIX.jpgMarvano, après l'aviation et sa saga sur Berlin, s'empare de la course automobile comme cadre de sa nouvelle série. Dans les années trente, l'Allemagne nazie a besoin de symboles. Porsche, Mercedes, il faut des succès sur les circuits. Avec un dessin toujours aussi clair, précis et élégant, Marvano nous emmène avec ces pilotes dans leurs bolides qui jouent avec la mort. Sur une trame historique aux personnages, et pour cause, bien connue, Marvano apporte sa part de romantisme à un milieu qui s'y prête. Le sport au service de la politique, on sait la suite mais le sujet reste d'actualité dans certains pays. "Grand Prix, T1", Dargaud, 13,50 €

Une balade forcée

BD PRETEXTE.jpgMarc a trente ans et une copine qui a peut-être le sida. Largué, il plaque tout et part faire le tour du monde. On avait adoré Effleurés, le premier album de Sylvain Limousi et Isabelle Bauthian. Avec ce deuxième album, ils font mouche. La balade de Marc, sa grande gueule, ses étapes et ses découvertes de New York, Shanghai, Istanbul sont autant d'épreuves dont il sortira à son avantage. Ses rencontres, ses échecs, lui donneront une autre vision de la vie, lui apporteront une paix qu'il pensait ne jamais trouver. On suit Marc, on s'y attache. Très écrit, l'album est bourré de tendresse. "Le Prétexte", Dargaud, 14,50 €

17:57 Publié dans Parutions BD | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : marvano, dargaud |  Facebook |

03/06/2010

A Sérignan, Vittorio Giardino, le talent rare d'un auteur mythique

BD Sérignan 10 006.jpgVittorio Giardino était non seulement le président du jury du 15e festival de Sérignan mais aussi l'invité d'honneur. Une rencontre et une occasion rare car Vittorio Giardino est rarement venu dans la région.

Il a pu comme on le voit sur ces photos apprécier la sélection de sept albums parmi lesquels il fallait faire un choix. Et c'est Nicolas Debon qui a finalement remporté le prix de le ville.

Très demandé en dédicace par ses lecteurs (photo du bas) BD Sérignan 10 013.jpgVittorio Giardino, avec cette sensibilité et cette gentillesse qui le caractérise, s'est aussi ouvert sur ses projets. On sait que la suite, le troisième album de Jonas Finck est très attendue. Mais ce sera plutôt une intégrale de Max Fridman, la période guerre d'Espagne qui verra le jour en 2011. Cette intégrale sera enrichie et peut-être accompagnée d'un DVD et accompagnée d'épisodes inédits.

 Max Fridman pourrait aussi revenir dans une prochaine aventure qui aurait pour cadre la Palestine avant la création d'Israël. Et puis Giardino c'est un fantastique illustrateur qui a plein d'idées en tête et de futures bonnes surprises pour ses lecteurs.