Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

31/05/2010

Quand sonne l'Angélus et arrive Shéol

BD ANGELUS.jpgUn duo d'albums en teintes grises pour l'intrigue bien sûr, et même noires, voilà de quoi satisfaire ceux qui aiment les histoires bien écrites et les énigmes tourmentées qui flirtent avec l'irrationnel. On connaît tous l'Angélus de Millet, mais que fait vraiment le couple de braves paysans du tableau perdu dans ses prières ? Dans la collection Secrets, Frank Giroud embarque Clovis, un brave type pas compliqué, à se demander, par instinct, ce que cache le fameux Angélus.

Il va apprendre, et c'est vrai, que Dalí a passé sa vie à décliner le thème, lui aussi inspiré par le tableau. Et Clovis peu à peu repasse sa propre vie au filtre de l'énigme. Du très bon Giroud sur une base authentique avec des personnages attachants pour ce premier tome. Le dessin parfait, réaliste de José Homs place ce dessinateur parmi les révélations de l'année (L'Angélus, T1, Dupuis, 13,50 €).

BD SHEOL.jpgUne descente aux enfers, dans un monde parallèle entre la vie et la mort : Dogado, jeune auteur coréen à la forte maîtrise du récit, signe avec Sheol un roman fantastique impressionnant. Une jeune amnésique veut savoir à tout prix ce qu'a été sa vie et comprendre les images qui l'assaillent. Elle fait appel à Esse, seul capable d'interférer dans cet univers entre les deux mondes. L'angoisse et le suspense vont crescendo appuyés sur un dessin époustouflant. On est pris aux tripes par le destin de la jeune fille. Et horrifiés par la vérité. Un mélange percutant (Shéol, Delcourt, 14,95 €).

17:46 Publié dans Parutions BD | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : dupuis, delcourt |  Facebook |

29/05/2010

Folie pas douce et retour au Mexique

BD LUI.jpgUn curieux huis clos entre un homme, Lui, et trois femmes, c'est Jean-Philippe Peyraud qui met en scène un brillant écrivain, Philippe Djian. Face à sa femme qui lui reproche d'avoir des yeux langoureux pour son ancienne maîtresse, Lui va tenter de se justifier, prêt à tout. Et quand sa jeune voisine investit la scène, il sera obligé d'aller au bout de sa lâcheté. Impossible de savoir la part du réel et du fantasme dans cette confrontation, dans cette digression d'un homme qui devient fou. Etonnant travail, trait sobre, cadrage subtil pour un roman illustré plus qu'une BD. Lui, Futuropolis, 17 €.

BD PELLEJERO.jpgAvec ce deuxième volet qui raconte l'euphorie politique qui règne au Mexique dans les années 20, Lapière et Pellejero au dessin tracent les contours d'un monde perdu. Basé sur la vie des photographes Edward Weston et Tina Modotti, c'est une ambiance, un espoir que narre cet Impertinence d'un été. Le narrateur pointe les divergences entre ambitions politiques, artistiques et amoureuses. On se croit dans un roman d'Hemingway. Le Mexique et sa violence retenue est parfait comme cadre et offre à Pellejero, qui sera à la Comédie du Livre à Montpellier, un décor unique pour son dessin. L'Impertinence d'un été, T2, Dupuis, 14, 50 €.

 

27/05/2010

Polar très noir sur fond de soul et Zep redevient adolescent

BD SOUL.jpgL'âme de la soul Un vrai bon polar, avec tous les ingrédients, arnaques, manipulations, truands sans pitié, humour noir : Chauvel et Denys ont bâti un modèle du genre. Le casse du siècle, des millions de dollars piqués il y a des lustres à la mafia. Un seul homme sait où est le magot, mais il est en prison et tue ses codétenus. Le neveu d'un parrain de la mafia joue les infiltrés et réussit à embobiner le témoin, un fou de soul musique. Tout pourrait être simple mais ce ne serait pas amusant. Du cousu main avec coups de théâtre à découvrir sur un dessin de Denys qui colle au scénario, bourré de force brute. Le Casse, Soul Man, Delcourt, 13, 95 €.

BD HAPPY.jpgIl est très fort le papa de Titeuf, tendre et capable de se moquer gentiment de lui en racontant la vie tourmentée de Robert, un adolescent dont la vie amoureuse a ressemblé un peu à la sienne. Après Happy Sex, Zep part à l'assaut des aventures rocambolesques mais si vraies que vivent les garçons adolescents. Toujours un train de retard sur les filles que l'on dit plus matures au même âge. Robert va souffrir, ses copains aussi. Fantasmes en vrac, erreurs de casting, Zep lui en fait voir de toutes les couleurs à ce Robert, condensé très drôle de plusieurs générations masculines. Happy Girls, Delcourt, 12,90 €.

26/05/2010

Comédie du Livre à Montpellier : la BD se met aussi aux couleurs des USA

BD SALE.jpgHonneur aux USA, pour cette nouvelle édition de la Comédie du Livre de Montpellier qui se tiendra tout le week-end. Et donc, pour la BD, les auteurs de comics seront les invités remarqués.

Sur la Comédie, Tim Sale (photo), le dessinateur de super-héros comme Batman ou Superman, auteur également de la série 9th Wonders, sera aux côtés de Gabrielle Bell. Jeune auteur de BD alternative, elle est connue pour ses histoires courtes aux connotations autobiographiques. Une exposition de leurs travaux, Comics in Comédie , à découvrir absolument, se tiendra jusqu’au 6 juin au Pavillon Populaire.

 

Mais si les USA sont le thème de cette Comédie 2010 la BD francophone est aussi de la fête. Les libraires montpelliérains proposent des plateaux intelligents, copieux et différents. Plus d’une cinquantaine d’auteurs seront en dédicace sur le pôle BD.

On y retrouvera bien sûr les régionaux. Montpellier est devenu un port d’attache de plus en plus rejoint par les auteurs, dessinateurs ou scénaristes. De Trondheim à Guy Delisle, Jim, Manu Nhieu, Fenech, Fane ou Fabrice Tarrin qui présentera son dernier album, il y aura de quoi savourer de belles bulles sur des thèmes les plus variés possibles.

 

Et puis, comme chaque année, on aura le plaisir de rencontres rares, de celles dont on garde précieusement le souvenir. Pétillon sera de la Comédie. De Jack Palmer à L’Affaire Corse ou à celle du Voile il est l’un des plus pertinents, courageux, talentueux auteurs français au trait vif, à l’humour juste, ironique.

Michel Faure pour sa série Samsara sera aux côtés de Pellejero dont le tome II de L’Impertinence d’un été qui a pour cadre le Mexique des années vingt est en librairie. Bob de Groot pour Léonard, Didier Crisse, Elsa Brants et Jul à ne pas oublier avec son A bout de soufre sont à voir. Nicolas Otero auteur d’AmeriKKKa est l’une des valeurs sûres de la BD. Son travail sur le Ku Klu Klan est à découvrir.

 

Le manga est désormais un incontournable de la Comédie. Nami Akimoto qui animera une master class sur la genèse d’un manga, Keiichi Koike, Maliki, Reno évidemment auront leurs fans. Un Cosplay manga se tiendra au kiosque Bosc samedi à 17 h 30. Les amateurs pourront porter le costume de leur héros favori.

Un champ très large, la Comédie 2010 offre une palette colorée et chaleureuse.

23/05/2010

Nicolas Debon primé à Sérignan pour le Tour des Géants

Nicolas Debon a été primé samedi soir à Sérignan dans le cadre du 15e festival. Il a reçu le prix de la ville qui récompense traditionnellement un premier album. C'est le maître italien de la ligne claire qui lui a remis le prix. Vittorio Giardino, auteur entre autres de Max Fridman, était l'invité d'honneur de Sérignan. Et en rappel la chronique parue sur le Tour des Géants il y a un an pour le Tour de France alors dans la région.

BD Sérignan 10 014.jpgAlors que la Grande Boucle passe dans la région, la saga du Tour s'offre une première, une BD qui raconte par le détail une édition mythique, celle de 1910.
Ils étaient 110 au départ du huitième Tour de France. Quarante seulement seront à l'arrivée des 4 735 kilomètres parcourus par le peloton en passant par Nîmes et Perpignan. Et pour la première fois dans son histoire le Tour allait gravir les cols des Pyrénées. Un défi incroyable pour l'époque. Nicolas Debon, scénariste et dessinateur de ce Tour des Géants (Dargaud, 14,50 €) s'est lancé « sans vraiment réfléchir dans l'aventure et sans connaissances particulières en cyclisme ». Un novice, Debon qui a traité son sujet « comme une enquête pour que le côté humain fonctionne ».

Il raconte étape par étape les péripéties de ce Tour mythique dans lequel vont s'affronter deux « géants », Faber le Luxembourgeois et Lapize surnommé Tatane, sous l'oeil d'un troisième larron, Garrigou alias le Dandy. Pour ses débuts en BD, Nicolas Debon déroule son Tour avec brio et panache comme celui de ces forçats du vélo dont il nous raconte l'épopée faite de souffrance et d'abnégation.

Incroyables les conditions dans lesquelles les coureurs en 1910 s'élançaient sur le Tour. « Qui se souvient, renchérit Debon, que les vélos commençaient à peine à bénéficier des innovations techniques, les freins, la roue libre et, incroyable, la roue arrière que l'on retourne dans les montées pour démultiplier les pignons. » Debon montre les contrôles draconiens malgré l'absence de signalisation et des routes abominables. Si on aide les coureurs ils sont mis à l'amende. A eux de réparer en cas de crevaison. Et fleurissent déjà sur le Tour, hormis l'alcool, des produits dopants.

Une vraie leçon d'Histoire et un grand coup de chapeau aux fous de la petite reine de 1910 dont la plupart seront tués en 1914.

17/05/2010

BD et théâtre, Philippe Bertrand qui a signé Le Montespan n'est plus

BD MONTES.jpgPhilippe Bertrand est mort à 61 ans. Parmi une production importante, en quelques albums, il aura marqué de façon incontournable le monde de l’art et celui de la BD en particulier.

Philippe Bertrand venait de publier l’adaptation du roman de Jean Teulé, Le Montespan chez Delcourt. En donnant vie sous son crayon au mari de la célèbre marquise, Philippe Bertrand avait signé son album le plus fort, le plus construit et aussi le plus difficile.

Jean Teulé, très triste aujourd’hui, lui avait donné carte blanche pour mettre en images le parcours exemplaire face à un Louis XIV despotique d’un homme qui ne cédera jamais et aimera jusqu’à son dernier souffle sa peu loyale marquise de femme. Bertrand avait dessiné une marquise de Montespan (photo du haut) irrésistible, amoureuse d’un trait sobre et chaleureux. On sentait dans ses décors toute l’ampleur de son expérience du théâtre.

Mais bien avant cet album qui restera malheureusement son dernier Philippe Bertrand avait apporté un bon nombre de jolies pièces au 9e art. C’est Wolinski qui lui fait faire ses premières armes dans le magazine Charlie Mensuel. Bertrand, touche-à-tout ouvert à tous les styles, à toutes les expériences artistiques travaillera au même moment pour la presse alternative.

BD BERTRAND-PHILIPPE-1.JPGViendra dans la foulée sa période Pilote et la publication de Linda aime l’art chez Dargaud en quatre volumes. Bertrand se prend de passion pour l’édition jeunesse et dessinera une cinquantaine d’albums. Il mettra la BD en parenthèse et réalisera des décors de théâtre, la verrière de la Fnac Etoile à Paris, des dessins animés et un jeu vidéo.

Amoureux des femmes, son adaptation du Montespan le prouve, Bertrand écrira des romans légers et reviendra à la BD sur un scénario de Frédéric Beigbeder, Rester normal à Saint-Tropez, un brin tendance, et en 2008 l’excellent L’Amour cash avec Tonino Benacquista.

Philippe Bertrand était un homme tendre et chaleureux, curieux et passionnant.

Du 21 au 23 mai : Festival de Sérignan, l'adaptation pout thème et Vittorio Giardino président

BDFRIDMAN.jpgLe festival de BD de Sérignan près de Béziers en est, les 21, 22 et 23 mai, à sa quinzième édition. Le thème de 2010 sera l’adaptation qu’elle soit cinématographique ou littéraire en BD.

Devenu le rendez-vous printanier des amateurs de bulles Sérignan sera présidé par l’un des grands maîtres de la ligne claire, l’italien Vittorio Giardino. Un événement d’autant plus rare que Giardino se déplace rarement.

Auteur des aventures du détective Sam Pezzo ou de l’album Little Ego libre adaptation érotique de Little Nemo, Vittorio Giardino a lancé deux séries devenues incontournables. Dans Jonas Fink c’est l’ex-Tchécoslovaquie qui lui sert de décor. Dans Max Fridman (notre photo) édité chez Glénat, Giardino embarque son héros, journaliste, dans la guerre d’Espagne à la recherche d’un ami engagé dans les brigades internationales.

Avec un sens inné de la ligne claire, un trait sensuel et réaliste Giardino a imposé sa marque. Excellent illustrateur, il a signé les Unes de Glamour International ou de L’Unita.

A ses côtés on retrouve Guillaume Bouzard et le tome­ I de son Autobiography of a mitroll, Matt Konture, Guillaume Guerse cofondateur des éditions Les Requins Marteaux qui auront droit à Sérignan à un coup de projecteur avec une exposition à la Médiathèque.

A rencontrer également Pierre Duba et Edmond Baudoin accompagné de son fils Hugues scénariste de son dernier album Le Parfum des Oliviers, Killofer et Fabcaro. Un fidèle, Daniel Bardet, scénariste des aventures de la série Les Chemins de Malefossse sera aussi sous les platanes.

Une mention spéciale pour deux auteurs de Fluide Glacial, Hugot qui dédicacera Pépé malin et Edika avec Clark Gaybeul T 1.

Le jury aura à désigner samedi 22 mai le prix de la ville du meilleur premier album proclamé le soir même. Six très bons titres sont nominés : Le Tour des géants de Nicolas Debon, Lydie de Jordi Lafébre, Ma vie de Wouf  de Mic, Jules Vernes, mode d’emploi d’Eric Nosal, La Vengeance d’une femme de Lilao et Le Bleu est une couleur chaude de Julie Maroh.

Animations et expositions ponctueront cette quinzième édition. Dans un espace intitulé Black Dox des auteurs s’affronteront avec des batailles amicales de dessins et des concerts auront lieu. Un festival très ouvert, en perpétuelle évolution, Sérignan maintient son niveau.

14/05/2010

Burqua, de quoi réfléchir avec des bulles

BD BURLE.jpgLe sujet est grave. La burqa doit-elle être interdite en France ? Les politiques s'agitent et une loi va être votée. Et, bien sûr, il était inévitable que des dessinateurs se mêlent du débat avec humour et détermination et prennent position. C'est leur droit et leur devoir. 

Le premier c'est Luz qui, avec Burqalembours (Charlie Hebdo, 10 €) se fait un malin plaisir de décliner les mille et un jeux de mots possibles avec la burqa. Chaque dessin est une devinette dont la solution est imprimée à l'envers au bas de la page.

Le livret a lui-même la forme d'une burqa. Quelques exemples à la sauce Luz : burqality street, burqarambolage, burqarlos, burqavanna ou burqacophonie. Luz s'engage : « à débat idiot, réponse idiote » affirme le dessinateur de Charlie Hebdo.

BD BURFA.jpgPeter de Wit prend le relais avec un très drôle album à l'italienne Burqa fashionita (Presses de la Cité, 9,90 €). De Wit a décidé de rire du phénomène. Ses dessins simples font mouche dans ce petit livre jeu qui rassemble une compilation de caricatures très travaillées.

En 60 dessins, il égratigne, dénonce, décline ce que pourrait être la mode burqa, en découvre les dessous. Il y a aussi de l'émotion chez De Wit qui sait affronter la réalité de la femme qui porte la burqa mais rien ne l'arrête dans la plus pure tradition du dessin de presse. Le trait est simple mais efficace.

Les dessins de De Wit publiés dans un quotidien ont été un grand succès d'édition en librairie aux Pays-Bas. Il y a vraiment matière à réflexion.

Une vraie amitié

BD INVITATION.jpgCe sont deux Montpelliérains, Jim et Mermoux au dessin qui publient une très belle digression en images sur l'amitié masculine. Un coup de téléphone la nuit, un appel à l'aide pour une banale (et fausse) panne en campagne, Raphaël va voler au secours de son ami Léo qui teste ainsi sa réaction à l'aider. C'est le début d'un échange entre les deux amis qui va se dérouler en plusieurs actes. Raphaël renverra la balle à Léo. Ce sera ensuite le divorce de Léo pour conclure cette belle et sobre histoire, tout en finesse, humaine comme Jim sait les écrire. Mermoux en a investi toutes les facettes. "L'Invitation", Vents d'Ouest, 17,99 €

Bomb road : décollage immédiat

BD BOMB.jpgLes éditions Paquet se sont fait avec succès une spécialité de la BD aéronautique. Romain Hugault a ouvert la voie. En prenant la guerre du Vietnam comme toile de fond de la série Bomb Road, Michel Koeniguer innove au moins pour la BD francophone plus portée sur la Seconde Guerre mondiale. Son héros est un pilote de Phantom qui revient pour un deuxième séjour au Vietnam. On suit ses missions, le destin des équipages, le tout dans le contexte d'un conflit dont on connaît le traumatisme encore vivace sur les Américains. Le dessin de Koeniguer est parfait, le scénario aussi. "Bomb Road T 1", Da Nang, Paquet, 13 €

 

17:32 Publié dans Parutions BD | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : burqa, luz, de wit |  Facebook |

10/05/2010

Nicolas Sarkozy, un héros président

BD SARKO.jpgC'est bien le premier président à devenir un personnage de BD. Comme quoi Nicolas Sarkozy a plus d'une corde à son arc. Très régulièrement, le bouillant Nicolas s'offre la couverture d'un album. Cette fois le pastiche est rigolo. Nicolas et sa tribu se retrouvent dans l'univers gaulois cher à Uderzo. Une parodie, car le mot a son emploi afin de ne pas s'attirer les foudres du papa d'Astérix, qui met en scène "Les Aventures de Sarkozix" (Delcourt, 9,95 €). Le titre de l'album est un programme à lui tout seul, Tout pour ma Gaule. On y voit donc Nicolas avec Rachida et sa tigresse, Hortefix en porte-glaive, l'agaçant Jean-François Copix, la belle Carlabrunix ou encore l'ineffable Fillus. En planches gags l'album fait dans l'humour décalé sur fond d'actualité à la sauce gauloise. Assez bien vu dans l'ensemble par Bazile au dessin, Lupano et Guy Delcourt au scénario, même si l'exercice n'est pas toujours concluant.

Seconde sortie, "Robokozy" signée par Luz (Charlie Hebdo, 15 €). On ne fait plus dans la dentelle. Nicolas s'offre un robot pour éviter la pression. Sauf que le clone est encore pire que son modèle. Humour lourd mais puissant, on aime ou pas ce style. Mais il y a de la force dans le trait de Luz. Dernier album en date car d'autres bien sûr sortiront, Nicolas et sa progéniture sont les héros de "S et Fils" de Delépine et Aranega (Dargaud, 7,95 €). Un album en forme de carnet de chèque. Argent toujours, le nerf de la guerre chez les S. Le fils donne bien du tracas à Nicolas. Et nous fait rire.

De Spirou au Louvre

Spirou en Parme

BD PARME.jpgAprès Bravo ou Schwartz, c'est au tour de Parme de signer son Spirou avec au scénario Lewis Trondheim. On retrouve Spirou viré de l'hôtel Moustic à bord d'un paquebot avec Fantasio. Aidés de Champignac, ils vont sauver les passagers et découvrir le secret de la disparition d'un autre navire. Panique en Atlantique - même si on a un faible pour le travail de Parme, le délié de son dessin, son côté dessin animé des années soixante - manque de punch. L'histoire se veut à la fois délirante et réaliste, faussement burlesque. En fait elle se cherche en permanence. Le résultat, et c'est dommage, s'en ressent. "Spirou, Panique en Atlantique", Dupuis, 13, 50 €.

 

Noir c'est noir

BD LOUVRE.jpgC'est le cinquième tome réalisé en collaboration avec le musée du Louvre. En osant le manga, c'est un coup de maître qui a été ainsi signé. Hirohiko Araki est un célèbre mangaka. Normal qu'il ait pris pour héros un dessinateur japonais, Rohan, pris au piège du souvenir d'une jeune femme qui lui a vanté la beauté d'un tableau du Louvre. Quand le jeune homme vient à Paris pour voir ce tableau il ne se doute pas du risque qu'il prend. Peint avec un noir maléfique, le tableau est caché dans les réserves. Le dessin de Araki est superbe, enlevé, sculptural aussi. L'album est un vrai bonheur. "Rohan au Louvre", Futuropolis, 19, 50 €.