Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

31/03/2010

Rabagliati le Québécois à Montpellier en visite chez Azimuts

BD RABA.jpgMichel Rabagliati est québécois. Devenu en quelques albums la figure de proue de la BD de la Belle Province, il a traversé l'Atlantique pour une tournée de dédicaces qui va le mener jeudi 1er avril à Montpellier, chez Azimuts.

Adepte d'une ligne claire, Michel Rabagliati a un dessin qui, tout en lui appartenant, a un petit air de Dupuy et Berberian sans oublier l'influence des cartoonists. On aurait même un petit pincement au coeur en retrouvant dans le dessin de Rabagliati le souvenir d'Aggie Mack, jeune héroïne américaine dans les années cinquante dont la vie était une succession d'épreuves sous la coupe de Mona, demi-soeur caractérielle.

Avec sa chronique au quotidien de Paul, son personnage principal, Rabagliati a su avec beaucoup de coeur, d'émotion et de tendresse raconter ses petits bonheurs et ses malheurs. Dans Paul au Québec, son dernier album paru aux éditions La Pastèque, Rabagliati nous fait vivre la fin de vie de son beau-père et raconte le destin d'un homme, d'une famille à travers le siècle.

Primé à Angoulême par le public, pudique et authentique, Rabagliati sait faire communiquer lecteurs et personnages. On s'attache à Paul, sensible comme son créateur.

Dédicace à partir de 15 h, jeudi 1er avril, librairie Azimuts, rue Saint-Guilhem.

25/03/2010

Un Nîmois lance sa BD payante sur internet

La BD fait se armes sur le net. Un auteur Nîmois, Thomas Cadène lance un site pour abonnés sur lequel on pourra suivre au quotidien un feuilleton dessiné à plusieurs. Un lancement qui intervient au moment même où 350 auteurs de BD ont décidé de ne plus autoriser la mise à disposition de leurs albums sur le net sans un accord avec les éditeurs.

Lire la suite

18/03/2010

Nietzsche, Carroll, un dictionnaire : des sorties littéraires

BD NIETZ.jpgDes auteurs classiques et non des moindres font l'actualité. En racontant la vie de Nietzsche, Michel Onfray, docteur en philosophie, et Maximilien Le Roy, au dessin, faisaient un pari risqué. Plus sur le fond que sur la forme. Avec des étiquettes diverses dont celle d'avoir été le maître à penser (à tort) de régimes totalitaires dont l'Allemagne nazie, Nietzsche est aussi considéré comme un auteur hermétique. Erreur que Michel Onfray a voulu nous faire reconsidérer. Si le travail sur 128 pages d'adaptation de son livre, Nietzsche : se créer liberté (Le Lombard, 19 €) apporte un éclairage nouveau, plus humain sur l'auteur du Gai savoir reste que l'aventure propose un propos parfois trop simpliste. Nietzsche, une victime, un incompris ? A voir.

Second grand nom, Lewis Carroll et son Alice au pays des merveilles (Drugstore Glénat, 15 €) adaptée en BD par Chauvel et Colette au moment même où Disney sort son film avec Johnny Depp. Et c'est un beau moment de BD, de créativité, d'invention que cette version enrichie, émouvante et inventive du conte de Carroll. Alice rêve, imagine un univers extraordinaire que Chauvel et Collette ont envahi avec talent. Un superbe album.

Enfin pour tout savoir sur les auteurs, les albums, plongez-vous dans l'édition 2010 du Dictionnaire mondial de la BD (Larousse, 45 €) de Patrick Gaumer. Indispensable et complet, avec 1 200 images, un cahier couleur de 96, un beau bouquin que l'on feuillette comme une... BD.

L'inconnu de Roswell et le reconnu Berthet

BD NICO.jpgOn le retrouve toujours avec plaisir. Berthet, incontournable père de Pin-Up, de Poison Ivy et du dernier XIII Mistery se lance dans la science-fiction pour une nouvelle série sur un scénario de Duval. Avec pour base l'inconnu de Roswell, ils nous embarquent dans une aventure où notre futur n'aurait pas eu le même passé. Staline est vivant depuis qu'un autre vaisseau spatial se serait posé en URSS au même moment que celui de Roswell en 1947. Nico, une jeune femme qui travaille pour la CIA, a été l'un des témoins de Roswell. Un mélange détonnant d'espionnage et de fantastique sous le trait racé de Berthet qui donne tout le relief nécessaire aux décors, à l'ambiance de cette série atypique qui débute bien Nico, T1, Dargaud, 13,50 €.

Jul, sacré diable

BD JUL.jpgIl est déstabilisant, volontairement, et ne s'impose aucun tabou. Mais toujours avec humour comme dans l'excellent Silex and the city. Jul revient à la charge et passe plein de couches à nos bonnes consciences, à notre politiquement correct, à notre bienséance de façade, en un mot, à notre naturelle hypocrisie. Brèves de comptoirs, président hyperactif, post-colonialisme ou écologie terroriste, Jul dessine et signe des textes qui font mouche. Le Petit Prince est un vrai ringard, les banquiers des escrocs de la crise. Un jeu de massacre à mourir de rire pour nous remettre un instant sur les rails. A bout de soufre, Dargaud, 13,50 €.

 

15/03/2010

Sauramps Odyssée avec De Groot fêtent Léonard

BD LEONARD.jpgBob de Groot est le scénariste de la BD Léonard. Pour les 35 ans du génie et le tome 40 de la série, il sera mercredi à Montpellier C'est en 1975 que Léonard, invincible et imperturbable génie fait ses premières armes. De personnage secondaire dans Robin Dubois, une autre série signée De Groot et Turk au dessin, il devient un héros à part entière. Avec quarante albums, Léonard a fait du chemin. « C'est un vrai personnage tout public », confiait au dernier festival d'Angoulême Bob de Groot.

Et pour cause car Léonard, caricature sympathique et parfois un brin caractériel de De Vinci bien sûr, est un jeune vieillard énergique et bouillonnant d'idées. Il est capable d'inventer avant la date, téléphone, machine à vapeur ou autre ascenseur révolutionnaire, scaphandre et aéroplane. Et c'est là que De Groot et Turk ont eu aussi un coup de génie, réussir à mélanger petite et grande histoire sans se soucier un instant évidemment de savoir si les situations étaient anachroniques. Avec un humour décapant, décalé, parfois à la Keaton, De Groot a su s'amuser tout en faisant mourir de rire son public.

BD LEONARD 1.jpgEn ajoutant le personnage du Disciple, souffre-douleur que l'on aime voir prendre sa revanche sur son tyrannique maître Léonard, les auteurs recréaient une forme de Laurel et Hardy de papier et pouvaient ainsi laisser dériver leur imagination. « Nous avions donné vie à deux personnages très riches qui nous autorisaient pratiquement toutes les libertés », confirme De Groot.

Une vraie complicité en fait, celle qui lie depuis tant d'années les deux auteurs mais aussi celle qu'ils ont désormais nouée avec ce Léonard qui a fait l'actualité à Angoulême, en janvier dernier. Une exposition, "Y'a-t-il un génie pour sauver la planète ?" lui a donné la vedette et il s'est fait le farouche (et drôle) défenseur de l'écologie. Une troupe de comédiens interprétait les personnages de la BD, Léonard en tête, à travers un parcours initiatique et éducatif. Déchets, tri sélectif, économie d'énergie, Léonard avait toujours la bonne solution. Cette exposition, qui a fait le plein pendant tout le festival, pourrait devenir itinérante.

Autre actualité, celle des dessins animés tirés de la série, 78 épisodes de sept minutes diffusés sur Canal J. Mais c'est surtout pour la sortie du tome 40 des aventures édifiantes et savoureuses de Léonard que Bob De Groot sera, mercredi, à Montpellier. Dans "Trésor de génie" (Le Lombard), on retrouve Léonard en pleine forme. Il découvre que son Disciple a pris la fâcheuse habitude de revendre ses inventions pour se faire de l'argent de poche. Un cas ce Disciple qui va encore être une victime toute trouvée, grandiose serviteur méconnu de la science.

Humour débridé, à plusieurs degrés, Léonard se lit et se relit, touche un public de tout âge. Et l'imagination de De Groot ajoutée au dessin de Turk fait le reste. Dédicace mercredi 17 mars chez Sauramps Odyssée, à Odysseum Montpellier, à partir de 15 h.

04/03/2010

Alpha, les débuts d'un héros

BD ALPHA.jpgC'est un retour en arrière, une jeunesse que proposent Loutte au dessin, un spécialiste de l'aviation, et Herzet. Héros d'une belle série, Alpha, l'agent secret Dwight Delano Tyler fait ses débuts dans une affaire d'espionnage électronique. Une société a réussi par chantage et corruption à intégrer dans tous les ordinateurs une puce espion. Sauf qu'un petit curieux dévoile le complot. Sur le coup, le futur agent Alpha va avec son équipe de commandos remonter la filière et se faire embaucher par la CIA. Fin du premier tome très bien mis en scène et réaliste à souhait. Un bel avenir. "Alpha, le baptême du feu", Le Lombard, 10,95 €

Dépression : à la Steinbeck

BD POUSSIERE.jpgLe contexte est celui de la grande dépression au début des années trente aux USA. Sur les routes, des milliers de pauvres gens ruinés à la recherche d'un boulot qui se glissent dans des trains dont on les chasse à coups de matraques. Parmi eux, Tom qui a tout perdu et qui se voit confier par un mourant la mission de retrouver son fils disparu. Tom rencontrera alors la mort, la violence et un homme qui fuit la justice accompagné par un jeune garçon. Les destins se croisent dans cet album puissant signé par le Brésilien Antunes et dessiné par l'Espagnol Martin. Steinbeck n'est pas loin. "Toute la poussière du chemin", Dupuis Aire Libre, 15,30 €

01/03/2010

Des femmes d'exception et de talent

BD FEMME.jpgDix femmes, actrices, dessinatrices, romancières. Julie Birmant et Catherine Meurisse ont souhaité rendre hommage à des pionnières qui ont ouvert des voies (Drôles de femmes, Dargaud, 19,50 €). Et d'expliquer lors du festival d'Angoulême : « On a voulu connaître leur secret. Comment une Maria Pacome avait fait le choix scandaleux pour une femme à l'époque de faire rire. » Alors Julie et Catherine sont allées les voir. Claire Brétecher est « une femme très belle au charme fou, brillante. » Sur Amélie Nothomb « il y a trop de préjugés ». Aucune ne se prend au sérieux affirment la scénariste et la dessinatrice de ces portraits en quelques planches qui sont brillants, simples et construits. On est charmé par Sylvie Joly « dont la vie a basculé en un instant », souligne Julie Birmant ou celui de Tsilla Chelton « la mémoire de l'histoire du théâtre, un personnage qui m'a vraiment touché », renchérit Catherine Meurisse.

BD FEMMES.jpgIl fallait recueillir ces paroles de femmes, elles en sont certaines et on ne peut que les en remercier. On redécouvre avec elles Anémone « qui n'a jamais accepté que l'on fasse du fric sur son dos et finalement a eu une carrière complètement atypique ».

Pour choisir celles dont elles allaient faire le portrait, Julie et Catherine devaient être d'accord. D'où l'authenticité qui se dégage de Michèle Bernier, Yolande Moreau et Florence Cestac. L'exercice n'était pas sans risque mais finalement totalement réussi. L'écriture est à la fois journalistique et romanesque. Pas question de faire une suite mais une autre collaboration peut-être.

Méliès inconnu

BD MELIES.jpgIl est le premier génie du cinéma. Il finira ruiné, vendeur de jouets. Ce sont les films qu'aurait pu tourner Georges Méliès que Vehlmann, au scénario, et Duchazeau, au dessin, ont, sous forme d'histoires courtes, rassemblées en un album. Ils y ont ajouté leur part de poésie et de rêve. On y retrouve une trapéziste escamotée dont est amoureux un lutteur de foire qui finira dans les bras de la Baker. On y rencontre aussi le zouave du pont de l'Alma qui joue un tour, un comble, à Houdini. Et on finit par un Méliès qui accuse le cinéma de tuer le fantastique. Une balade surréaliste et enivrante, une réussite. Le Diable amoureux, Dargaud, 14,50 €.

Triste printemps

BD PRINTEMPS.jpgC'est une auteure complète. Johanna avait séduit avec ses Phosphées puis avec Six Cygnes. Elle revient avec un huis clos dans un train dans l'Allemagne nazie de 1937. Alfred Prinz, juif polonais, tente de rentrer dans son pays après vingt ans passés en Allemagne et peut-être y retrouver un fils. Le train de Prinz est bloqué en pleine campagne. Il y a autour de lui tout l'échantillonnage possible, du SS stupide et violent, au jeune homme qui ne jure que par Hitler, des anonymes qui font le dos rond. Un bivouac s'improvise et le drame se noue. Une tension extrême et un dessin clair, prenant. Le Printemps refleurira T1, Futuropolis, 15€.