Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

18/12/2009

Noël, des cadeaux de Sfar à Gotlib ou Fred

BD CAD.jpgVoici une sélection de beaux albums à quelques jours de Noël. Et c'est Sfar qui ouvre le bal avec son "Gainsbourg" (Dargaud, 39 €), un pavé somptueux qui annonce le film que Sfar a dédié au chanteur mythique qui sortira en janvier. L'album n'est pas un résumé du film mais une digression en traits et couleurs, textes et portraits, cases et gros plans. On en suit le chemin fantasque et on comprend, subjugué par la force et la beauté de l'album, que Sfar a atteint une totale maturité. Un livre d'art pur à offrir en priorité.

"Où le regard ne porte pas" avait été la découverte du début des années 2000. Deux albums racontaient l'enfance de quatre gamins puis leur devenir adultes. Un coup de coeur du grand public que l'on peut retrouver dans un coffret qui en retrace la genèse. "Dans les cartons de où le regard" (Dargaud, 29 €) est un double boîtier qui contient carnet de croquis, album et story-board signés Pont et Abolin.

BD ADAMOV.jpgPour les fans de Cosey, l'intégrale de "Jonathan" relie les trois premiers albums. Cosey raconte en prime dans ce beau dos toile (Le Lombard, 20 €) son approche de la BD et dévoile ses carnets de voyages.

Les intégrales de Jean Dufaux se proposent chez Glénat. "L'Impératrice Rouge" avec Adamov au dessin et quatorze planches inédites (40 €), "Les Révoltés" avec Malès, "Voleurs d'empire" avec Jamar, on n'a que l'embarras du choix. Et deux classiques enfin : "Une Evasion" en coffret avec Fred le père de Philémon (Dargaud, 54 €) et "Trucs en vrac", l'intégrale de Goltlib bien sûr (20 €).

Classiques à offrir

BD CLASSIC.jpgLewis Carroll, Herman Melville, la collection Classics Illustrated rassemble les plus célèbres noms de la littérature anglo-saxonne mis en images sous forme de comics. On peut trouver désormais six titres traduits en français enrichis d'un CD de musique qui apporte un environnement musical à l'oeuvre graphique, ouvrant ainsi une nouvelle porte aux amateurs de livres objets et de BD. Joseph Conrad avec L'Agent secret, Moby Dick, Dr Jekyll et M. Hyde de Stevenson, chaque album est inédit en France. Une trentaine de titres sont prévus à terme. Une belle et intelligente initiative. "Classics Illustrated", iéditions, 14 €.

Des fées pour une belle encyclopédie

BD FEE.jpgLe monde des fées a désormais son encyclopédie ou au moins le premier tome. Pierre Dubois en est le roi, spécialiste de tous les mystères féeriques. C'est en effet un elficologue et il nous ouvre ce royaume inconnu par la lettre A. Mohamed Aouamri en est le magicien dessinateur de La Quête de l'Oiseau du temps, qui trace les contours des Azémma, Agnan (un gobelin du Brésil) ou autre Akhelarre, la lande du bouc où on rencontre le diable. Une très forte poésie enveloppe cette encyclopédie faite de rêve et de mythes, de textes savants, de légendes à lire le soir à la veillée près de la cheminée. "Encyclopédie de la Féérie, Lettre A", Dargaud, 35 €.

 

14/12/2009

Le souffle du "Blast" de Larcenet est passé chez Sauramps à Montpellier

BD BLAST.jpgAprès "Le Retour à la Terre" ou "Le Combat ordinaire", Manu Larcenet a écrit "Blast". Il était samedi, à Montpellier Un bouquin énorme, dans tous les sens du terme, un pavé superbe, brillant, généreux, incontournable, Manu Larcenet a mis toute son âme et son talent dans Blast, son dernier album, une garde à vue en noir et blanc qui va se décliner en trois volumes. Et pour l'occasion, Manu Larcenet a été, samedi, l'invité d'une rencontre exceptionnelle organisée par Sauramps Polygone, à la médiathèque Federico-Fellini, et a dédicacé ensuite.

Mais qui est donc Polza Mancini que "cuisinent" deux flics ? Il est gros, très gros Polza et on l'interroge sur le sort d'une certaine Carole dont on ne saura pas plus pour l'instant mais à qui il a fait des misères graves. Pour le faire parler, il va falloir la manière. Pour cerner le personnage, les deux enquêteurs s'y prennent avec douceur et fermeté alternée. Quand Polza leur raconte son enfance, sa vie avec son père dont il aura à gérer les derniers instants, quand Polza leur décrit ce "blast" qui l'a soudainement frappé à la vue de son corps décharné tel le souffle coloré d'une bombe, ils savent que le fil qu'ils déroulent peut casser à tout moment. Et Larcenet le sait aussi, lui, qui est le quatrième personnage, l'auteur et témoin, de ce voyage au bout d'une vie anodine transformée en road-movie picaresque et angoissant avec pour destination finale l'Île de Pâques. Qui est le manipulateur ? Polza veut-il se raconter ou y est-il forcé par les deux flics ? Quel besoin a-t-il de mettre sur la table de la salle d'interrogatoire ses souvenirs, son absence de bonheur, lui, l'ancien critique gastronomique devenu clochard alcoolique qui se goinfre à en mourir de barres chocolatées ? Justification, explication, constat ? Et que va-t-on découvrir dans les albums à venir ?

Manu Larcenet a transformé sa façon de travailler. Plus de planches traditionnelles. Il les découpe case par case, travaillée une par une puis scannée et remontée sur écran. Des gris, des noirs à l'aquarelle, des couleurs ponctuelles quand le héros, Polza, a ses flashs. Manu Larcenet s'est investi totalement dans son Blast, a traduit ses propres angoisses, ses peurs, peut-être, dans le personnage du glouton Polza. Et la pire aussi, on s'en doute quand on connaît Manu Larcenet l'inquiet, le sentimental du Combat ordinaire, celle de savoir comment ses lecteurs allaient recevoir son travail. Il peut être rassuré. Blast est un chef-d'oeuvre à plus d'un titre. On y plonge avec lui en apnée, ébloui par son esthétisme, la poésie aussi du récit, du graphisme, sa tendresse et la puissance, bien sûr, inégalée de son souffle.

Bonhomme vogue avec Esteban et bientôt Trondheim

BD ESTEBAN.jpgMatthieu Bonhomme fait partie de la nouvelle vague de la BD réaliste. Dessinateur de l'excellent Marquis d'Anaon que scénarise Velhmann, Bonhomme sort chez Dupuis le troisième album d'une envoûtante saga maritime, Esteban, qui a pour cadre les équipages de chasse à la baleine vers 1900. Détail amusant, Frédéric Niffle, son éditeur qui le soutient dans son projet, vit aujourd'hui à Montpellier. Il est de plus rédacteur en chef de Spirou que, désormais, il réalise grâce à l'informatique depuis la préfecture héraultaise. « C'est effectivement grâce à Frédéric que la série "Esteban" a pu être à partir de ce troisième album prépublié dans "Spirou". Je voulais en fait me prouver que je pouvais être un auteur complet, faire parler mes personnages » complète Bonhomme. Un défi réussi qui a pourtant failli mal tourner quand à la fin du tome II d'Esteban le journal Capsule Cosmique qui publiait alors la série ferme ses pages. « Je suis passé chez Dupuis où j'avais aussi une autre série, "Messire Guillaume", scénarisée par mon ami Gwen de Bonneval avec laquelle on était cette fois très loin des mers glacées en plein Moyen âge avec une part belle faite au fantastique. On en sort une intégrale entièrement revue en noir et blanc avec des inédits. »

Toujours des aventures à échelle humaines dans lesquelles les destins se recoupent. Dans le tome III d'Esteban qui est le plus jeune de l'équipage les marins doivent abandonner le bateau pris dans les glaces et tenter de rejoindre un port dans les baleinières, à la rame. Ils seront sauvés mais jetés en prison accusés par un capitaine félon. « Je suis très inspiré par les grands écrivains qui ont traité ce sujet. Melville mais d'autres aussi ». Le plaisir de l'aventure guide Bonhomme qui dans le prochain Esteban restera plus terrien que marin. Sans oublier que si Esteban occupe beaucoup Bonhomme il travaille aussi sur le prochain Marquis d'Anaon : « Toujours le XVIIIe siècle et ses peurs, ses légendes mais après l'Égypte nous allons l'envoyer en Russie ». Et ce n'est pas fini car avec encore un Montpelliérain Lewis Trondheim au scénario il y a du projet dans l'air : « Un one-shot réaliste, une histoire urbaine de nos jours, un héros à qui il arrive un truc étonnant le tout sur 150 pages en demi-format. »

Vampirella

BD VAMPIRELLA.jpgLes vampires ont la cote. Au cinéma ou en BD. Pascal Croci ne cède pourtant pas à la mode en faisant le portrait de Elisabeth Bathory qui, en Hongrie au XVIe siècle, a défrayé la chronique. Avec ce trait si subtil, parfois angoissant, poétique surtout, Croci, sur des dialogues de Françoise Sylvie Pauly, raconte le journal de Jonathan Harker, qui a pu prendre connaissance des écrits de la comtesse Bathory. Il découvrira que, Barbe Bleue en jupons, la comtesse avait tué des dizaines de jeunes femmes à la recherche de l'éternelle jeunesse. Une femme terrifiante. Elisabeth a bien existé et Croci la réveille. "Elisabeth Bathory", Emmanuel Proust, 19, 90 €.

Qui est Sprott ?
BD SPROTT.jpgQui était vraiment George Sprott ? Faux présentateur vedette d'une émission languissante dans le Grand Nord à la télévision canadienne, Sprott a eu une vie bien remplie depuis sa naissance en 1894. Et c'est le dessinateur Seth qui se charge de nous la raconter dans un superbe livre album grand format. Publiée à l'origine dans le magazine du New York Times, la vie de Sprott est une chronique dure et pas si drôle d'un homme qui ressemble beaucoup à ceux qui lisent ses aventures au quotidien. Le dessin de Seth est clair et on ressent la nostalgie de l'auteur pour les années cinquante. A découvrir. "George Sprott", Delcourt, 35 €.