Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

18/12/2008

Hugault et Dauger à tire d'ailes chez Azimuts

BD AIR.jpgIls sont devenus, avec une poignée d'albums, des références. La BD aéronautique a avec eux retrouvé ses lettres de noblesse. Romain Hugault, pour le premier tome du Grand duc, et Olivier Dauger, pour le deuxième volume de Ciel en ruine, étaient en dédicace chez Azimuts à Montpellier. Après Buck Danny ou Biggles, Tanguy et Laverdure, la BD d'inspiration aéronautique avait marqué le pas. C'est Romain Hugault, en collaboration avec les éditions Paquet, qui a réussi le tour de force de lui permettre de revenir parmi les meilleures ventes d'albums. Un dessin superbe, précis, travaillé et basé sur l'histoire de la guerre aérienne pendant le second conflit mondial, Romain Hugault avait commencé à montrer son talent dans Au-delà des nuages et Le dernier envol. Cette fois, il s'est associé au scénariste Yann pour raconter l'histoire du Grand duc, célèbre bimoteur qui avait permis à l'aviation allemande d'acquérir la suprématie en chasse de nuit sur le front russe.

BD HUGAULT 013.jpgAvec intelligence, Yann et Hugault ont su mélanger grande histoire et passions de pilotes, même s'ils portent un uniforme. Face au Grand duc, une escadrille de pilotes russes, des femmes, surnommées les "sorcières de la nuit", qui, rapidement, dépasseront leurs homologues masculins en combat aérien. Histoire qui vrombit au rythme des moteurs à hélice, avions de légende, Hugault est aujourd'hui le maître en la matière.

A ses côtés chez Azimuts, Olivier Dauger (à gauche sur la photo, dr JLT) pour la suite de Ciel en ruine. On y retrouve le vrai héros de la série, le premier chasseur à réaction, le Me 262 qui, malgré quelques défauts, allait semer la panique parmi les bombardiers alliés. Sur un scénario de Philippe Pinard, Dauger a mis en scène une histoire encore une fois de pilotes qui s'agrémente d'une référence au mythe de Faust. Un réalisme basé sur une ligne claire très efficace, un dessin éblouissant de pureté te de perfection, une légère dose de fantastique, Dauger a lui aussi rejoint les quelques grands dessinateurs de BD d'aviation. Un duo exceptionnel pour une rencontre rare.

Thorgal, père et fils unis pour le meilleur

BD THORGAL.jpgIls sont toujours aussi complices. Rosinski et Yves Sente continuent leur route avec Thorgal, héros mythique de l'une des plus connues des séries BD. Mais depuis que Van Hamme en a abandonné le scénario c'est Jolan, le fils de Thorgal, qui est devenu le fil rouge de la nouvelle saga.Dans Le Bouclier de Thor (Le Lombard, 15 €), dernier volume de la série, Jolan poursuit sa quête initiatique. Et comme le disait décemment Rosinski « La force de Thorgal c'est sa facilité de lecture. Je n'ai pas de coquetteries côté graphique. Par contre je peux avoir des problèmes de distances avec le scénario. L'histoire était plus réaliste avant ce virage un peu fantastique ». Cette fois, pourtant, même si Jolan que l'on connaît depuis longtemps tient l'affiche, Thorgal ce héros « qui ne recherche que la tranquillité et se bat pour elle » selon Sente, se prépare à reprendre du service. Autre facette du Bouclier de Thor, les personnages secondaires qui se façonnent, les challengers de Jolan, ses compagnons de route que l'on pourrait, selon Sente, retrouver dans d'autres albums.

On retiendra aussi ces soldats de chiffons qui apparaissent dans l'histoire. Une belle idée de Sente que Rosinski s'est appropriée graphiquement. Jolan a su s'imposer. Mais quel sera son destin ? On le saura dans le prochain tome qui clôturera le cycle. Reste que Rosinski envoûte toujours autant, que son dessin a un souffle et une ampleur qui s'impose. Le virage pris avec Jolan a redonné une seconde jeunesse à Thorgal. Tant mieux.

Remords, regrets

BD JARDIN.jpgUn jardin, un homme qui approche de sa mort, une jeune étudiante, un mystère, Servais a cousu de fil noir son nouvel album. Et pourtant, tout respire au début calme, sérénité, tendresse. Sauf que le jardinier mourant, ancien explorateur des étendues glacées, a des remords. Sa femme, elle, a des regrets. La jeunette va réussir à entrevoir la vérité et à dompter les états d'âme du vieillard, l'aider à faire la paix avec lui-même. La nature est omniprésente dans ce Jardin des glaces. On respire le parfum de la pluie sur l'herbe qui se mêle à l'intrigue suave de Servais et à son toujours aussi beau dessin. "Le Jardin des Glaces", Aire Libre Dupuis, 13, 50 €.

Futur angoissant

BD AVENIR.jpgTirée du roman de Jacques Attali, cette nouvelle série, dont le premier tome ouvre ses pages, a de quoi faire frémir. Ce serait donc cela notre futur incarné par quatre jeunes gens qui ont été les témoins de l'explosion nucléaire qui a détruit Jérusalem ? Le monde a changé de visage. Ils vont en être désormais les acteurs plus ou moins consentants sous la houlette de Pécau au scénario et de Damien au dessin. Une écriture très efficace, un petit air de Rollerball et de Matrix réunis, le tout se tient bien et donne la chair de poule. On ne regarde plus son PC et son portable de la même façon. "Une Brève histoire de l'avenir T1", Delcourt, 12, 50 €.

11/12/2008

Kent et Plus, dessins en musique chez Azimuts pour une dédicace

BD DOG.jpgUn duo atypique avec Kent, musicien et auteur du livre disque L'homme de Mars, et Thierry Plus pour son premier album Dog et moi, ils sont à l'affiche d'Azimuts, demain vendredi 12 pour une dédicace. Kent a inventé une histoire en chansons et illustrations. Mars comme source d'inspiration, un brin de science-fiction, Kent a ajouté orchestre et cuivres. Comme cela ne lui suffisait pas, il dessine ses textes. D'où un objet intelligent, un livre disque, L'homme de Mars (Actes Sud) qui se savoure. Après la dédicace, Kent sera à la médiathèque centrale Émile-Zola, vers 18 h 30, pour une rencontre suivie d'un concert acoustique. Autre talent, celui de Thierry Plus, un ex-Montpellérain qui signe Dog et moi (Bayou), un album coup de poing, une cavale en forme de rencontre entre deux personnages qui n'ont rien, a priori, en commun. Thierry Plus a écrit une balade cadrée, des dialogues percutants, souvent incisifs. Son héros s'est fait la malle avec quatre millions dans un sac. Et sa rencontre avec Dog, vieil aventurier moustachu, est un bonheur. Une ambiance colorée, Dog et moi, est la vraie et belle surprise de cette fin d'année. Dessins en musique, la rencontre sera étonnante. Dédicace demain, dès 15 h, chez Azimuts, rue Saint-Guilhem.

 Sacré destin

BD JOURS.jpgIl a tout pour lui. Xavier a 35 ans et a fait fortune. Un snob qui a tout pour déplaire. Quand il apprend qu’il est le père d’un ado de 13 ans il se fait une raison. Sauf que son fils Julien est atteint d’une maladie rare qui lui donne l’aspect d’un vieillard dont les jours sont comptés. Fanny Montgermont au dessin et Alcante au scénario ne sont pas tombés dans le piège du larmoyant. Leur récit est sensible et repose sur une parfaite maîtrise du trait. On croit totalement à l’histoire, pudique et touchante.  Xavier et Julien resteront longtemps ancrés dans notre mémoire. Quelques jours ensemble, Dupuis, 18 €.

Belle la vie

BD BEZIAN.jpgDes petites tranches, de vie bien sûr, Bézian a mis en scène des histoires vécues, les siennes. Le quotidien a toujours ses héros. Un dessinateur de BD, un chômeur, un couple et son enfant, Bézian se raconte et nous raconte. On sent bien que l'auteur de Chien Rouge et Garde-fous a voulu un peu rompre le rythme de ses univers habituels. Il y a de l'humeur dans l'air, de l'humour aussi et un ton volontiers décontracté. Ce qui n'enlève en rien à la teneur parfois acide des propos. Pas de caricature mais des traits d'esprit et des traits de crayon enlevés, enjoués. Bézian sera à Montpellier chez Azimuts le 19 décembre. La Belle Vie, Delcourt, 13,95 €.

Parole à la défense

BD AVOCATS.jpgIl habite Frontignan et taille une robe aux maîtres du barreau. Pierre Laforêt s'en donne à coeur joie et décrit par le menu les tracas des prétoires. Ils y passent tous, de l'avocat haut de gamme prêt à tout pour faire fructifier son image au président de cour d'assises qui conseille à un jeune confrère de consulter une voyante avant de juger. Pierre Laforêt manie l'humour à la hache. Nos avocats sont devenus incontournables tant nous aimons ou sommes obligés d'aller en justice. Déjà le caricaturiste Daumier en traçait des portraits acerbes. Avec son album constitué de gags Laforêt s'inscrit dans la lignée. Les Avocats, Joker, 9,95 €.

05/12/2008

Les voyages asiatiques de Cosey et de Jonathan

BD COSEY.jpgL'actualité immédiate a rejoint Cosey. L'auteur mythique et rare de Jonathan a envoyé dans son dernier album, Elle ou dix mille lucioles, son héros bourlinguer en Birmanie, un pays d'Asie qui, comme aujourd'hui la Thaïlande, est agité de convulsions. Mais Cosey reste un habitué. Tibet, Chine, il se définit comme un dessinateur voyageur. « J'évoque les problèmes politiques malgré moi. Je n'en ai pas une vraie vision dans mes albums qui sont simplement, et depuis le début, une recherche de ce que je peux faire de mieux, une quête permanente. Jonathan est en partie l'homme que j'aurais aimé être, ce voyageur qui raconte une histoire, celle que j'aurais aimé lire. » Dans Elle (Le Lombard), Cosey a pris pour base ses deux voyages en Birmanie avec en arrière-plan la présence omniprésente d'un pouvoir totalitaire. « Je reste volontairement suggestif, pas démonstratif. Je veux que le lecteur participe. Mon héros, Jonathan, va être l'instrument d'un mouvement de résistance et la jeune femme qu'il rencontre à la fois un coup de coeur mais aussi celle qui explique toute l'histoire, qui va lui donner son sens. »

BD ELLE.jpgToujours dans ce contexte asiatique dont le bouddhisme est la clé. « Les religions occidentales sont en manque. Le bouddhisme est plus facile d'accès tout en étant une véritable interrogation, plus qu'une foi », suggère Cosey. Cinq séjours au Tibet, le Vietnam, Cosey reste ébahi par le potentiel de l'Inde, autre pays touché de plein fouet ces derniers jours par le terrorisme. Reportage en BD ? Pas vraiment. L'oeuvre de Cosey n'est pas un témoignage. « L'album idéal c'est toujours le prochain. Avec "Elle", j'ai cette fois privilégié le texte et l'ambiguïté entre l'auteur, moi, et mon personnage, Jonathan, qui m'écrit. » Alchimie délicate mais réussie pour Cosey, dont Franquin et Pratt ont été les maîtres.

Franquin en livrée de fêtes

BD FRANQUIN.jpgC'est un vrai bonheur. Franquin revient sur scène avec plusieurs ouvrages dont le splendide tirage de QRN sur Bretzeburg en format d'origine. Après Le Nid des Marsupilamis, c'est au tour de la dernière aventure de Spirou sous le crayon de Franquin de s'offrir une livrée de fêtes (Marsu Productions, 119 €). Album difficile à réaliser par Franquin, QRN a connu une gestation longue et mouvementée. Il reste aujourd'hui le vrai tournant de l'oeuvre de Franquin, qui passe ensuite aux Idées Noires et abandonne Spirou. On retrouve les planches originales grand format, les annotations en marge, les gouaches d'essais pour la couverture. Superbe et artistiquement la perfection.

Autre sortie rare, celle de Noël et l'Elaoin en version originale, toujours chez Marsu (79 €). Une édition travaillée pour les aventures du petit Noël, personnage d'histoires courtes de Franquin pour le journal de Spirou. Il y a eu pourtant un 42 pages dans lequel Noël aidait son entourage grâce à une curieuse machine. Un joli conte tendre et touchant. A ne pas oublier non plus la sortie du tome 6 de l'Intégrale de Spirou et Fantasio (Dupuis, 17 €). Avec Le Prisonnier du Boudha, Franquin, complètement débordé, fait appel à Greg pour le scénario, à Jidéhem et à Roba pour les décors. L'épopée asiatique de Spirou pour délivrer un savant aux mains des Chinois est incontournable et, avec le recul, en avance politiquement sur son temps. A relire avec Les Hommes Bulles, Les Petits formats (un bijou fantastique) et Tembo Tabou.

Portraits, un art

BD PORTRAITS.jpgCe sont des stars. Et donc dignes d'avoir leurs portraits. Ou de légender les portraits de leurs héros favoris en BD. Laetitia Casta et Falbala, Sophie Marceau et Laureline, Fabrice Luchini et Titeuf, Christine Ockrent et Seccotine, Antoine de Caunes grand bédéphile et Lucky Luke, autant de portraits étonnants signés Frank Pé, dont le pinceau et le travail ont donné un relief et une vie certaine à ces personnages de papier. Evocations tendres et amicales, souriantes, Jacques Chirac s'enflamme pour Corto Maltese. Et nous pour ces portraits rassemblés dans un album luxueux qui restera un collector. "Les Portraits héroïques", Dupuis, 20 €.

Spielgelman et MarchBD NUITS.jpg

On ne présente plus Art Spielgelman, auteur de Maus, dessinateur au New Yorker, Pulitzer en 1992. En illustrant La Nuit d'enfer de Joseph Moncure March, on plonge dans un univers noir digne des plus grands moments du cinéma des années 50. Ecrit en vers, scandé comme une partition, percutant les mots et les images, le texte de March est accompagné par Spielgelman. Nul n'aurait jamais reparlé sinon de March et de son oeuvre, qui date de 1926. Ce qui aurait été une faute. Sur une mise en page très ouverte, cette nuit est aussi une descente aux enfers mais bourrée de talent. "La Nuit d'enfer", Flammarion, 23 €.

Empire convoité

BD EMPIRES.jpgL'Empire Céleste n'en finit pas d'intéresser les puissances occidentales. Bien avant que l'on parle de décentralisation et bien après les voyages de Marco Polo. La France et l'Angleterre veulent s'en partager les richesses. Dans cette nouvelle série qui se déroule au XIXe siècle, un émissaire français part rencontrer le prince T'su, représentant de l'empereur. Sa route va croiser celle d'une curieuse brocanteuse très efficace au sabre et celle d'un moine étrange. Une bonne histoire de Hautière qui s'appuie sur un dessin en pleine évolution de Bruckner sur ce premier album. "Trois Empires, T1", La Route de Tsiang Hé, Soleil, 12,90 €.

Larcenet au foyer

BD RETOUR.jpgUn tome V du Retour à la Terre dans la lignée des épisodes précédents. Cette fois Manu, héros de choc scénarisé par Ferri, fait le dur apprentissage du père au foyer. Sa chère et tendre a repris le chemin de la fac et lui laisse un petit bout charmant mais pas facile à gérer. Capucine saute sur ses genoux, s'évade dans les champs, gazouille et prend sa place dans la famille. Manu s'empêtre, appréhende, stresse et se débrouille, accueille son copain Ferri. Autobiographie, tranches de vie en strips, Larcenet et Ferri excellent et nous ressemblent. On est toujours sous le charme du duo. "Retour à la terre", T5, Les Révolutions, Dargaud, 10,40 €.