Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

27/09/2008

Binet : Les Bidochon sont des philosophes du quotidien

59322f6cc37e10f700cb36f822d293e9.jpgBinet à Montpellier avec sous le bras son dernier bébé, c’est émouvant. Et un grand moment à la fois de sérénité, de détente et d’amitié. Les Bidochon internautes (Fluide Glacial, 9,95 Euros) , pas croyable mais vrai. Robert et Raymonde tâtent de la souris comme des grands, font leurs course à La Redoute , reçoivent des spams et font des recherches. Le tout en noir et blanc car comme le dit Binet « je suis plus à l’aise avec les gris. La couleur me fait perdre de l’acuité, empêche mon dessin d’être naturel ».

 

 

4b164a23dec45aed1a764b0ce733bc67.jpgMême Dieu sera de la fête, enfin sur l’album. Car qui cherche Dieu le trouve. Que des expériences vécues ou entendues chez des copains. Quand on se plonge dans les histoires courtes de ces Bidochon sur le net on se reconnaît souvent. « J’écris tout avant dedessiner. Chaque case a sa raison d’être. De plus je suis un homme à tiroirs. Une trentaine dans lesquels je mets au fur et à mesure mes idées ». Les Bidochon c’est un condensé de Monsieur Jourdain de Molière affirme Binet, des philosophes du quotidien. Come Binet dont le calme, l’amour du cinéma des années quarante, la passion des dialogues de grands scénaristes sont un plaisir, source inépuisables de discussion. Au point presque d’en oublier la BD.

 

 Reste que la prochaine étape le tome 20  « devra sortir de l’ordinaire, parler de ce monde dont on comprend aujourd’hui qu’on l’a détruit. Les Bidochon et le tri sélectif ? Pourquoi pas ? »

 

 

 

26/09/2008

Nhieu et ses cow-boys zombies

En deux séries Emmanuel Nhieu, montpelliérain d'adoption, a su prendre sa place aussi bien en dessin qu'en scénario. Après avoir fait ses premières armes avec Arleston, scénariste prolifique dont Lanfeust est la pierre angulaire, Nhieu a fini par adapter en BD l'une des histoires qu'il gardait en réserve et qui mettait en scène de bien curieux vampires. C'est ainsi que Nocturnes Rouges a vu le jour.

a3906a7e8e4e74811b61380aaf9cdad1.jpgUn contexte connu mais dans un univers d'héroic-fantasy cher bien sûr à la maison d'éditions Soleil, Nhieu lance sur les traces des monstres aux longues canines May, la chasseuse de vampires (dessin de droite). Mais quand les plus hautes sphères politiques du monde d'Ethyl s'en mêlent, tout se complique. Dès ses premières planches et tout au long des différents albums parus Nhieu a cadré son dessin et ses personnages. Avec lui aussi, on a compris que le manga avait joué un rôle dans ses influences sans pour autant restreindre son talent.

Avec sa deuxième série Post Morten Pacific, Nhieu reprend une partie des thèmes qui lui sont proches mais cette fois avec comme toile de fond un western délirant mais mine de rien parfaitement construit.

Du fantastique des cow-boys qui se transforment en morts vivants, un trésor de guerre que beaucoup aimeraient récupérer, un convoi braqué, Nhieu a mis sur la piste deux nouveaux héros, Frank Geist et son copain Jim Polter, un chaman exorciste à la détente facile. Nhieu a fait évoluer et a affirmé son dessin tout en gardant son originalité et une grande souplesse dans le trait. Le tome II, Guadalupe, est tout chaud sorti des presses.

Artica : Kovacevic impose son style

163156bdda2ba9f707c11de438729b7a.jpgIl fait partie de cette vague de dessinateurs venus de l'Est. Et confirme que le style réaliste, il sait faire. Sur un scénario de Pecqueur, Kovacevic a donné vie à Dakota un ancien destructeur de satellites et d'icebergs. Il a découvert une fillette inanimée, prisonnière des glaces, qui bientôt montre d'étranges pouvoirs. Univers de glace, science-fiction, ses personnages s'imposent en force. Il mène l'action avec une connotation cinématographique appuyée. Kovacevic, qui vient rarement en France, est l'un des grands noms à ne pas rater de passage à Montpellier. Artica T2, Delcourt.

Okhéania : Alice Picard envoûte

eeadcabdc0905713c0849a8dce0dbd0f.jpgAvec Corbeyran scénariste aux mille talents, Alice Picard a mis en images un joli couple de jeunes héros. Jon et Jaspers, inséparables, vivent sur une planète dont la surface est de l'herbe, un tapis magique de feuilles sur lequel ils surfent comme sur de l'eau. Dans le tome II qui vient de sortir, Alice Picard a enfermé les deux adolescents dans les profondeurs de la planète Okhéania. Cette ancienne graphiste des studios Disney a su donner à son univers un ton et un dessin à la fois engagé et accrocheur. Ecologie, amitié, dépassement de soi... parfait. Okhéania, Dargaud.

Nova : la planète interdite de Jaouen

daab8ec03a814600d3373f9a8670b1a7.jpgUn monde sauvage, une cité portuaire et une population maintenue dans l'ignorance par une caste religieuse, Jaouen au desin sur un scénario de Blondel s'aventure sur le terrain difficile de la saga dans laquelle se mélangent les genres. Un futur ou un passé qui fait penser à La Planète des Singes, des puissances extra-terrestres, des héros décidés épris de liberté, le tout fonctionne et on en redemande. Le trait est clair, réaliste avec parfois des influences que l'on pourrait attribuer au style de Léo. Peu importe car on s'embarque sans hésiter pour Nova. Nova T2, Soleil.

Passion Rugby : essai pour Fenech

a6bea632ef5916411959a69db30b9b57.jpgLe Fabréguois a marqué son essai. Avec les aventures de Léo, un jeune garçon dont le rêve est de devenir un grand joueur de rugby Fenech a constitué une équipe de personnages tous plus sympas les uns que les autres autour du nouvel entraîneur de l'équipe de Grineval-sur-Lez. Beaucoup de fans du ballon ovale vont sourire et s'amuser aux faits d'armes de Léo. De l'enthousiasme, de l'amitié et du fair-play bien sûr, Léo que dessine Fenech est scénarisé par Nicoloff. Une BD rafraîchissante pour tous les publics, ce qui est un plus. Léo, passion rugby, Soleil.

Binet et ses Bidochon surfent en dédicace à la Fnac

Christian Binet a plein de talents. En BD, il est le père des Bidochon, ineffable couple de français moyens dont les albums se vendent comme des petits pains. Mais Binet, c'est aussi un scénariste, un auteur de théâtre, un peintre, en un mot un type qu'il va faire bon rencontrer samedi 27 septembre à la Fnac pour une rare étape dédicace.

785e8206a3fa53ca67d34393eb33fd1e.jpgCe père fondateur de Fluide Glacial a la dent dure et le coeur tendre. Son humour, comme dit Marcel Gotlieb de lui, « est celui d'un type qui sait faire l'andouille avec du recul .» Avec les Bidochon il s'offre nos têtes à tous. Robert Bidochon, son béret basque et sa tendre épouse Raymonde, pour leur 19e album, s'offrent un ordinateur.

Les Bidochon Internautes rassemble, en noir et blanc, pour le meilleur et pour le pire, tout le vécu de celles et ceux qui, un beau jour, se sont mis à la souris. Le bonheur à l'état pur, le mail ravageur, le commerce sur la toile, les spams érectiles, Binet est un poète qui a écrit une ode à l'internaute. Il y a du vécu ou, pour le moins, du témoignage authentique dans ces histoires courtes. Binet reporter, à chaque album des Bidochon, raconte nos vies, nos malheurs, nos joies. Même Dieu est de la farce, assis sur le fauteuil de Robert Bidochon qui a fait une recherche sur Lui, le tout puissant. Un coup de net à le faire douter, Dieu.

On trouve tout sur le web et les Bidochon s'y mettent vite. L'humour de Binet décape, attaque, constate, témoigne. Simplicité du trait et du texte, Binet sait toucher au coeur, émouvoir et faire rire.

On découvrira un autre Binet dans son album Carnets Intimes où s'alignent ses portraits. Il s'y livre totalement, étonne, désarçonne par ses dessins, ses couleurs. Une autre facette d'un homme qui prend le temps de lire des BD, celles des autres. Margerin, Pétillon, Tronchet, Larcenet, ils font rire Binet, pas chien. Normal, ils sont unis par la sincérité. Samedi 27 septembre, dédicace à l'espace BD de la Fnac Polygone à partir de 15 h.

Hermann monte à l'abordage

f89bf5bf66d91bc6071071525599d109.jpgHermann, avec la fougue qu'on lui connaît, a décidé en s'appuyant sur un très bon scénario d'Yves H. de s'aventurer dans le monde de la flibuste. Pavillon noir bien affiché, Le Diable des sept mers rassemble pour des aventures de sac et de corde une belle brochette de forbans.

Le méchant et riche propriétaire d'une plantation de Caroline, au début du XVIIIe siècle, chasse sa fille qui s'est mariée à un jeune aventurier. Robert Murdoch, pirate sanguinaire droit sorti de l'enfer, va régler ses comptes et embaucher un jeune capitaine avant de partir à la chasse au trésor et d'y laisser sa tête.

e23c7e646fb27179f95a756a52081de6.jpgIl y a bien sûr des combats, des frégates, des pendaisons diverses, enfin tout ce qu'il faut et même plus pour se trouver projeté dans une BD à grand spectacle. Hermann a un dessin d'une telle force, d'un tel souffle qu'on se croit à bord du galion, toutes voiles dehors. Homme de grand talent, aucun style ne peut lui résister, pirates ou pas. Hermann le prouve encore une fois avec ce premier tome (Dupuis, Aire Libre, 18 €, édition spéciale avec des illustrations inédites). À noter aussi la réédition de Caatinga, un western social et politique, avec les Cangaceiros comme héros (Le Lombard, 14 €).

On notera aussi la sortie du tome 2 du Grand Siècle de Simon Andriveau (Delcourt, 12,90 €). Un roi illégitime, en l'occurrence Louis XIV, un enfant sauvé de justesse, une troupe tsigane, un trois mats qui accoste chez les boucaniers, on vit aussi la grande aventure. Andriveau en auteur complet, texte et dessin, a réussi un coup de maître. Un talent à suivre de près.

Chaland atout coeur

b057b5ee77918cddf4600413d5d4827f.jpgC'est l'un des plus grands mais il a malheureusement, comme on dit, trop tôt disparu. Chaland avait tout pour lui. Son talent transpire à travers chacun de ses ouvrages. En lui rendant hommage et en rééditant le Spirou qu'il avait sorti en 1990 les éditions Champaka vont ravir tous ceux pour qui Chaland est irremplaçable. Coeurs d'acier réunit les deux volumes de la première édition en couleur, dans un format plus grand. Le premier est composé des strips. Le second reprend le texte de Yann et les illustrations de Chaland. Il faut relire Chaland, zoomer sur ses dessins, en découvrir toutes les subtilités et la maîtrise. Un vrai plaisir. Coeurs d'acier, Champaka ; 16 €.

Odyssée sauvage

5fcd2a8a89adca0792e9c2d4e5a59d17.jpgFred Bernard, depuis Lily Love Peacok puis La Tendresse des crocodiles, ne fait que séduire, de plus en plus par la poésie et aussi le réalisme de ses ouvrages. Un mélange détonnant que Bernard a su doser avec bonheur pour raconter l'odyssée de ses héros Pline et Aristote sur leurs motos gonflées. Sous la houlette du vieux sage Diogène, caché dans la cambrousse en attendant la mort, les deux frères croquent la vie à pleines dents. Pénélope, leur muse, partira sur la moto pour voir la mer et les ruines antiques. Bernard raconte une histoire d'aujourd'hui, dans laquelle on a envie d'être. Son dessin, ses noirs sont superbes. Little Odyssée, KSTR ; 15 €.

18/09/2008

Trois jours pour "buller" à Odysseum-Montpellier, dédicaces, expositions et conférences pour "O Tour de la Bulle"

Pendant trois jours, de vendredi 19 à dimanche 21 septembre, le quartier d'Odysseum à Montpellier va devenir un village consacré à la BD.

Un festival comme un autre, encore un, diront les blasés ou les mauvaises langues. Pas sûr, car en peu de temps, Montpellier Agglomération, avec la participation de la Ville et de la Région et en collaboration avec deux des meilleurs libraires montpelliérains, a su créer l'événement de la rentrée. Et donner à la BD et au manga une jolie place dans le panorama des événements littéraires locaux. Car, oui, la BD aujourd'hui est incontournable et indissociable du marché du livre avec des tirages d'exception.

94d76ba2775824b3b50606399edcff86.jpgIl y en aura donc pour tous les goûts. Nom de ces trois jours : "O Tour de la bulle". Avec tout un village consacré à la BD, le quartier Odysseum de Montpellier ouvre ses allées et ses placettes à une trentaine d'auteurs rassemblés par les librairies Sauramps et Azimuts. Tous les genres seront représentés. Aventure, science-fiction, humour, thriller ou manga, des chapiteaux rassembleront les dessinateurs par quatre afin de faciliter l'accès et mieux répartir les flots de visiteurs.

Le Montpelliérain Fabrice Tarrin, dont le Tombeau des Champignac, une aventure de Spirou et le Journal intime d'un lémurien font un tabac, sera un peu le parrain de ce premier village. Après lui, politesse oblige, commençons par la dizaine de dessinatrices qui feront le déplacement avec leurs albums. Pas besoin de préciser en effet que les femmes se sont imposées avec talent en BD. Alice Picard pour Okhéania, Johanna pour Nos Âmes sauvages, Mathilde Domecq pour le drôlissime Basile et Melba ou encore Anne Rouvin pour le thriller Akademy et Chloé Crudochet pour Groenland Manhattan vont, avec d'autres, accompagner leurs confrères masculins.

Là aussi, le choix des librairesa été particulièrement judicieux. Bojan Kovacevic, qui est l'un des plus brillants représentants des dessinateurs originaires des ex-pays de l'Est, une nouvelle école graphique au trait réaliste, sera présent pour le tome II d'Artica qui mélange action et écologie. Les Montpelliérains Emmanuel Nhieu et Dominique Mermoux, Jason, Christian Cailleaux pour R97 réalisé avec l'acteur Bernard Giraudeau, Caza pour le Monde d'Arkadi, Fabrice Erre, Fenech et sa Passion Rugby, Pierre Duba, Bill, Raf, Jaouen Eric Henninot pour Carthago sont tous inscrits au programme de ce premier village BD d'Odysseum.

Mais il n'y aura pas que des dédicaces. Des ateliers pédagogiques pour les scolaires seront animés par les auteurs. Initiation à la BD, rencontres, conférences, séances spéciales de cinéma, expositions seront proposés. Avec notamment Le Journal de Lou ou un zoom sur R97 de Cailleaux. De belles journées à "buller" assurées...

Deux descentes aux enfers : le retour de Gibrat au scénario

Deux destins et à deux époques qui n'ont pratiquement aucun rapport entre elles. Pour deux albums qui décortiquent le processus lent mais irréversible d'une descente aux enfers.

aee5f8502eb64edfcfb1945a6ce5acdb.jpgPremier destin, celui d'un brave type de nos jours, Philippe, 53 ans. Il est heureux, a des copains, une famille sympa, fait du vélo et dans la foulée se fait virer de son boulot. Délocalisation oblige, Philippe perd ses repères en un instant.

Gibrat au scénario et Durieux au dessin ont mis leur coeur dans Les Gens honnêtes (Dupuis, 14 €) dont le premier tome campe le décor. Philippe c'est un peu tout le monde, une synthèse de ce qui peut nous arriver sans prévenir. On savait Gibrat (Le Sursis dont l'intégrale vient de sortir chez Dupuis, 29 €) pétri d'humanité, flamboyant défenseur des faibles. Durieux coule son dessin rond et nerveux dans le texte de Gibrat qui signe un album prenant, acide, drôle et touchant. Opération Vent printanier (1re partie, Casterman, 15 €) raconte une page noire, terrible de notre histoire, la rafle du Vel d'Hiv pendant l'Occupation. Curieusement, Gibrat a été lui aussi l'un des meilleurs narrateurs BD de cette époque. Wachs et Richelle ont choisi une poignée de personnages dont les routes vont se croiser dans un Paris rationné livré à la collaboration. Charlotte, son père gardien de la paix honnête et courageux, Mercadier militant communiste, la chasse aux juifs, le port de l'étoile, chacun va s'engager à sa façon selon ses convictions. Un rendu parfait de l'ambiance de l'époque.

Fortune fantôme

7fe905d1a02d53754a610541bee51acc.jpgEt si le 11 septembre avait permis à Al-Qaida d'amasser un trésor de guerre fabuleux en jouant en Bourse ? Vingt ans plus tard à Londres, deux jeunes femmes se rencontrent alors qu'une bombe explose en pleine rue.

Chamza, richissime et surveillée par les services secrets, entraîne sa nouvelle amie Lindsey dans une vie de luxe et de plaisirs ponctuée pourtant d'attentats violents. Mais en 2020, la technologie permet même de lire les souvenirs cachés dans la mémoire. Smolderen (Gipsy, McCay) est un habile scénariste. On sait que Bertail depuis Shandy est un dessinateur efficace au trait parfait. Ghost Money, T1, La Dame de Dubaï, Dargaud 13 €.

De retour chez soi

0d8c6478cd9902105ccea8f3bfb5c6c2.jpgElie Miller rentre chez lui, un bled paumé du Vermont, Red Bridge. Ce jeune représentant en parapluie ne sait pas encore que la plupart de ses copains et amies de sa promotion du collège se font trucider les uns après les autres.

Un retraité au chat agressif, un enquêteur du FBI discret et une galerie de personnages secondaires viennent ajouter leur poids à cette intrigue menée par Maryse et Jean-François Charles. Gabriele Gamberini gouache ses dessins et impose sa propre ambiance à ce huis clos qui trouvera sa suite et sa conclusion dans le tome II. Red Bridge, T1, Mister Joe et Willoagby, Casterman 12,50 €.

Pauvre Joséphine

23b16fd0a6e40003bf1c4257c4bdc2cb.jpgElle a trente ans, est célibataire, urbaine convaincue et complètement paumée sentimentalement. Joséphine est un condensé réussi des jeunes femmes d'aujourd'hui. Enfin pas toutes, d'accord, mais bon, on ne va pas bouder notre plaisir de découvrir planche après gag ses aventures sous le crayon (autobiographique parfois ?) de Pénélope Bagieu. La meilleure copine, les kilos en trop, la soeur parfaite et les parents apitoyés sur son sort, la longiligne Joséphine nous fait sourire et sait aussi nous émouvoir avec talent. Allez jeter un cil sur le blog penelope.jolicoeur.com. Rigolo. Joséphine, Gawsewitch, 15 €.

Coeurs paumés

6b05e9016a7199f838b858990ff440c7.jpgIls forment un duo dont chaque album est un moment de bonheur. Cette fois, Warnauts et Raives, dont on a aimé Fleurs d'ébène ou La Contorsionniste, mettent en scène deux strip- teaseuses, Shannon et Girl.  On sait tout de suite que le hasard qui les a réunis va les obliger à confronter leurs destins. Avec un sens prononcé du suspense, Warnauts et Raives nous promènent dans ce one-shot au gré de leurs envies, de leur écriture si typique et de leur dessin à quatre mains. En prime, ils savent ajouter une sensualité, partie intégrante de leur talent. On est surpris, manipulé. Avec art. A coeurs perdus, Casterman, 14 €.

Chaillet et Léonard de Vinci réunis par la BD à Fabrègues

Pour ses dix ans, le festival BD héraultais de Fabrègues a eu a un président à l'âme définitivement italienne, Gilles Chaillet.

b961d2c8e19683352d330876ddea61e0.jpgC'est avec Jacques Martin qu'il fait ses premières armes. « Il m'a appris la rigueur », confirme Chaillet. Mais travailler avec le père d'Alix (Rome déjà), qui avait envoûté le jeune Gilles enfant, et de Lefranc sur neuf albums au total peut donner des envies d'indépendance. Chaillet crée donc Vasco, un héros vénitien et se lance en solo. On va suivre Vasco à la trace dans une Europe du Moyen Âge en proie à tous les tourments, des Cathares de Montségur à la Chine de Marco Polo.

« J'ai eu envie de passer à autre chose tout en gardant seulement le scénario de Vasco », avoue Chaillet. Et c'est un joli bébé que va dévoiler en exclusivité à Fabrègues le plus italien dans l'âme des auteurs de BD. Léonard de Vinci, personnage mythique, génie qui navigue entre ombre et lumière est le héros de son nouvel album (Vinci, T1, L'ange Brisé, Glénat). Le scénario est de Didier Convard, l'un des meilleurs raconteurs d'histoire à grand spectacle de sa génération. « J'ai été emballé. Vinci est un personnage fascinant mais inquiétant. C'est un inventeur, pas seulement le peintre de La Joconde. On est dans un vrai thriller avec un enquêteur qui essaye de trouver un meurtrier en série et Vinci qui joue avec lui au chat et à la souris. Et rien à voir avec le Da Vinci Code bien sûr ». Du cousu main et un dessin que Chaillet a sublimé travaillant le texte de Convard pour en faire deux tomes de 54 pages : « J'ai abandonné le dessin au feutre et repris la plume aidé par un encreur, Marc Jailloux. » Du beau travail, soigné, enlevé. Convard et Chaillet ont désormais donné une autre dimension au maître italien. Il n'y aura que deux albums. Pas de suite. Chaillet a déjà terminé un scénario. Rome encore avec Les Boucliers de Mars, une sorte de western à la romaine pour son ami Gine, le dessinateur sétois.

Après le festival lozérien de BD médiévale de Sainte-Énimie, où il a été adoubé en juillet (voir photo ci-contre), le chevalier Chaillet a, sans le costume, assumé la présidence très républicaine d'un festival riche de plus de quarante auteurs.