Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

11/07/2008

Le marquis d'Anaon a ouvert la porte de Khéops

Certes, l'Égypte a déjà son classique en BD, Le Mystère de la Grande Pyramide. Souvenez-vous. Les incontournables Blake et Mortimer découvraient un trésor, le méchant Olrik devenait fou. Jacobs avait mis tout son talent au service de l'un des plus grands albums du 9e art.

caf84bf2d75dea95ceb7be8f0181fda5.jpgEt pourtant, deux jeunes inconscients ont relevé avec bonheur le défi. Ils ont envoyé en balade leur héros, le marquis d'Anaon, une valeur sûre des bons tirages de l'été, en plein XVIIIe, vers ses rivages lointains. Jean-Baptiste Poulain, le marquis, va recueillir en Egypte un héritage pour le moins étonnant et au passage tenter de résoudre le fameux mystère de La Chambre de Khéops (Dargaud), au centre de la pyramide qui donne son nom à cet épisode.

On savait le scénariste Fabien Vehlman imaginatif et curieux. Suivi par Matthieu Bonhomme au dessin, il a embarqué leur héros, qui en général n'attire que les ennuis, dans une aventure plus décontractée. « Ce brave marquis a connu des tueurs, des monstres, un bateau fantôme, il a cette fois dans le tome V une aventure au soleil au ton plus léger », confirme Bonhomme en souriant.

« Nous voulions de la fantaisie et qu'il décide de son sort, de son destin. On a cassé la dynamique du marquis solitaire et victime ». Ce n'est pas tout. Le marquis va découvrir une société coloniale, celle des expatriés français au Caire vers 1720. Il y arrive parce qu'un inconnu le désigne comme héritier d'une petite fortune. Son généreux donateur se serait fait dévorer par trois crocodiles, pas un de moins, en Egypte. Bonhomme de préciser que « le marquis est un voyageur, un curieux et un aventurier. Il va au Caire par envie et il est soupçonné de connaître le secret de la pyramide qui lui aurait aussi été légué ».

Un univers foisonnant de couleurs, des intrigues machiavéliques voire politiques, Bonhomme a mis en scène un scénario atypique. « Le marquis va être confronté à l'esclavage, tombe amoureux d'une jeune noire qu'il ramènera en Europe et bien sûr va découvrir le fameux trésor, dévoiler le mystère. Vous verrez. C'est étonnant ».

Un vrai bonheur cette expédition égyptienne. Bonhomme n'a pas d'idée précise pour la suite des aventures du marquis. « Tout est ouvert. Je vais aussi travailler avec une nouvelle approche de dessin sur un scénario d'un Montpelliérain, un certain Lewis Trondheim. Vous connaissez ? »

Adler, l'intégrale et des regrets

2d21fd6a8ceb49e5851996b1dd32e2be.jpgRené Sterne était un brillant dessinateur. C'est lui qui aurait dû reprendre Blake et Mortimer. Le destin en a décidé autrement. Cet adepte éclairé de la ligne claire avait lancé l'un des héros les plus chevaleresques de la BD. Adler, dont le premier volume de l'intégrale sort en ce début d'été, raconte les aventures d'un pilote allemand qui a déserté en 1942 pour se mettre au service en Asie des populations persécutées. Midi Libre avait publié dans ses pages deux albums de Adler qui sont repris parmi cinq autres dans l'intégrale. Un beau dessin, des personnages cadrés, des avions parfaits. Et beaucoup de regrets pour Sterne. Adler, T 1, Le Lombard ; 47 €.

De main en main

64b122321e7a0cb99fc10917d7a5d8a4.jpgAnna Miralles, sublime dessinatrice de la série Djinn avec Dufaux, est revenue à son scénariste préféré, Emilio Ruiz avec lequel elle signe l'édifiante histoire d'un billet de vingt euros. Un vrai destin que celui de cette petite coupure qui va passer de main en main dans une Espagne contemporaine où se bousculent des personnages très proches de nous. Miralles a fait évoluer son dessin, toujours aussi fort, adapté aux ambiances, aux décors, subtil. Une bonne idée de scénario déjà exploitée certes mais bien menée. A noter la sortie de l'intégrale A la recherche de la licorne des mêmes auteurs. Mano en Mano, Dargaud ; 12,35 €.

07/07/2008

Léo et Rodolphe pour la saga africaine de l'été

Des animaux préhistoriques disparus qui réapparaissent en 1947, un safari qui tourne mal au pied du Kilimandjaro, des services secrets qui s'affrontent en pleine guerre froide, Kenya est la saga par excellence, chaude et colorée, qu'il va faire bon lire cet été. D'autant que le dernier tome, le cinquième, Illusions (Dargaud), vient de sortir et permet de s'embarquer d'une seule traite dans ces aventures épiques signées Léo au dessin et Rodolphe au scénario. Ils se sont retrouvés côte à côte exceptionnellement pour en dire plus sur leur série. « L'Afrique était le point de départ incontournable. Un titre qui "claque", des points géographiques forts avec un lac, le Victoria, un sommet, le Kilimandjaro, pour asseoir le décor et la crédibilité, Léo et moi avons d'abord échangé nos idées, fait bouger nos neurones. » Rodolphe écrira ensuite cette histoire dans laquelle le fantastique apporte une saveur particulière.

c260d256575320edda9ebeb971609816.jpgLes deux auteurs qui cosignaient Trent, un western dans le Grand Nord canadien dont l'intégrale vient de sortir, voulaient changer d'univers, d'ambiance. « Nous avons la même sensibilité avec Rodolphe. Nos personnages sont un mélange de nos influences, le grand chasseur à la Hemingway, une femme héroïne solitaire Kathy Austin, un monde disparu à la Conan Doyle où il peut se passer beaucoup de choses », renchérit Léo.

Et de l'action, il y en a dans Kenya. Quand des gros bestiaux pas vraiment sympas se mettent à parcourir la savane et se font les dents sur les membres d'une partie de chasse aux fauves - un juste retour des choses - les espions des grandes nations se penchent sur le sujet. « L'époque à la veille de la création de l'Etat d'Israël est très riche esthétiquement. Les avions ont encore des hélices et j'adore les dessiner. » Un plaisir donc pour Léo même s'il faut conserver le suspense. Ce tome V donne les clés du mystère avec l'hypothèse que nous ne sommes peut-être pas seul dans l'univers. Banal comme conclusion ? Pas quand mis à la sauce Léo et Rodolphe, dont l'imagination sait reposer sur une bonne dose de réalisme.

Leur histoire se referme mais elle n'est pas verrouillée comme ils disent. Avec ce trait qui a fait le succès de ses deux autres séries, Aldébaran et Bételgeuse, Léo apporte relief et souffle. Il ne sera pas le dessinateur de la suite de Kenya qu'a déjà écrite Rodolphe, Namibie, tout en restant un peu le gardien. On y retrouvera la jeune miss Austin bien sûr, espionne discrète de la perfide Albion.

Oscar Wilde et Edgar Poe à l'honneur

Une collection qui continue contre vents et marées la mise en images des classiques de la littérature, c'est à souligner. Avec Edgar Allan Poe et Oscar Wilde, Ex-Libris ajoute deux fleurons à son catalogue : Le Portrait de Dorian Gray de Wilde a été adapté par Stanislas Gros.

5dc39dfe37a93dac593b8aa12b950a37.jpgAvec un dessin clair sans pour autant tomber dans une certaine facilité, Gros raconte cette version du mythe de Faust. Immortalité et âme en échange, éternelle jeunesse, Gray est un jeune dandy londonien d'une rare beauté. Quand son ami Hallward décide de faire le portrait de Gray ce dernier tombe amoureux de son image. Il est désormais prêt à tout pour la conserver. C'est le portrait qui veillera à sa place. Jusqu'au jour où Gray ne pourra plus supporter son double. Un très beau travail même si le texte n'est pas facile à insérer dans un album qui fait quand même 64 pages et qui contient un flip-flop du portrait (Delcourt, 9,80 €).

Double Assassinat dans la rue Morgue d'Edgar Allan Poe est l'une de ses nouvelles policières les plus connues. Jean-David Morvan, éditeur de la collection Ex-Libris, s'est réservé l'adaptation de ce morceau d'anthologie. Fabrice Druet est au dessin. On y découvre comment le héros Auguste Dupin résout l'énigme d'un double meurtre commis dans une pièce fermée de l'intérieur. Déduction, indices, logique et évidences, Poe maîtrise le suspense. Hitchcock suivra sa piste comme Gaston Leroux et bon nombre d'auteurs modernes, Agatha Christie en tête. Un dessin réaliste, cadré, qui accroche, un beau travail.

Veuve noire

ffd66d9c838c93f811eb6c791a787720.jpgVoila un titre qui lance parfaitement le dernier épisode du western le plus singulier de ces dernières années. Le Bouncer est un héros manchot qui a déjà eu des aventures hors du commun dans un Far-West revisité par Boucq et Jodorowsky. Il est confronté cette fois à la Veuve noire, une riche propriétaire qui veut exterminer les derniers Apaches qui survivent dans leurs réserves. Des tueurs impitoyables, un incroyable chef de bande qui se balade avec un fer de hache planté dans le crâne, un dessin que Boucq amène au summum de l'efficacité, une histoire picaresque, un album redoutable. Bouncer T 6, Humanoïdes Associés, 12,90 €.

Testament fou

6147e76ce8cab5aad81a20069f3031e8.jpgQuand un amnésique s'échappe et erre dans la nature en accumulant les cadavres sur son chemin il y a de quoi agacer l'inspectrice Habou surnommée Miss Dracula.

Et quand le dingue se met à vouloir vendre une image inédite découpée dans un film disparu de Fritz Lang, le cumul brouille les pistes et donne cet excellent Testament du Docteur M dont le tome I, Les Araignées, met en place avec force et violence la série. Pécau, Damour au dessin, Froissard à la couleur signent un petit modèle de polar grinçant, fou, fantasque. On suit les traces de ce bon docteur Mabuse, peut-être ? Le Testament du Docteur M, T 1, Delcourt, 12,90 €.

Tout est bon

aeb82a91a1433b2a6f03abc856844d6e.jpgDans le cochon bien sûr. Et c'est le Montpelliérain Ptiluc qui a décidé de réincarner en cochons les plus célèbres tyrans ou politiques de l'Histoire. Adolf, Benito, Franco, Staline, Néron pour les méchants face à Churchill voire De Gaulle dissertent sur l'art, confrontent leurs idées, le tout dans des histoires courtes pour le moins décapantes. Il y a aussi des canards pas très clairs et des truies dont on vous laisse découvrir les origines. Ptiluc trace une superbe galerie de demeurés dont le naturel revient au galop. Vous ne regarderez jamais plus un cochon de la même façon. Le Vent de l'histoire a tourné, Echo des Savanes, 12,50 €.

Voyage temporel

5a8e2c40a741d3727fbb73f16cea73bf.jpgEst-ce un délit de tuer les plus grands criminels de l'Histoire ? Vaste débat mais qui est la base d'une nouvelle série dont le tome I, Piégés, sort sous la signature de Chanoinat et de Castaza au dessin. Mais pour pouvoir agir sur l'avenir il faut pouvoir voyager dans le passé. Une équipe de choc de trois spécialistes est rassemblée pour partir sur les traces de la tueuse de criminels qui a réussi à voler une puce pour changer d'époque et après Caligula s'apprête à tuer Attila. Si elle réussit l'avenir du monde peut en être changé. Un petit air de Valérian à ses débuts même côté dessin mais un bon point. Les Aventuriers du temps, Lombard, 10,40 €.

06/07/2008

Les prix intelligents du festival de Sainte-Enimie

Pour sa deuxième édition le festival de BD médiévale de Sainte-Enimie en Lozère a atteint une superbe vitesse de croisière. Flanquée au bord du Tarn Sainte-Enimie est l’un des plus beaux villages moyenâgeux de France restauré et conservé et où il existe une véritable tradition de perpétuer l’histoire, grande ou petite, celle des seigneurs et des manants, des gueux et des serfs en respectant scrupuleusement l’authentique sans jamais tomber dans la caricature ou la facilité.

 

c8a1607327da5c62c0cbe26836360d59.jpgAvec la passion réunie de Gérard Coromines grand ordonnateur des manifestations médiévales président de l’association Burlatine et de Sophie Bosc présidente de Sainte-Enimie BD une vingtaine d’auteurs avaient répondu à l’appel pour passer ce premier week-end de juillet en Lozère.

 

 

256f7acd274de827252cd69691b5daa5.jpgGilles Chaillet était le prince de ces journées, lui qui il y a déjà près de vingt ans avait pris Sainte-Enimie comme cadre de l’une des aventures de son héros Vasco. A ses côtés comme autant de troubadours, Goepfert et sa très bonne reprise des Chemins de Malefosse, Caneschi, Théo primé l'an dernier pour le Trône d'argile, Eriamel, Hübsch, Critone, Peirri et d’autres encore, scénaristes ou dessinateurs.

 

da2cee41f179a5f2bd73ca372611c070.jpgTrois albums ont été primés cette année : Sept missionnaires (Delcourt) de Ayroles et Critone, les aventures picaresques d’une poignée de moines chargés de convertir une bande de Vikings perturbateurs, Les Contes du Korrigan (Soleil), une série qui rassemble des histoires courtes écrites et dessinées à plusieurs mains et enfin, et c’est une récompense très justifiée pour son talent la série d’Eric Hübsch  Le Chant d’Excalibur sur un scénario d’Arleston.

 

 

c66a576e781c0c2ef4be5ec7c9fa08b3.jpgEt en point d’orgue de ce festival venu s'ajouter à la convivialité, à la gentillesse et au dévouement des organisateurs et des bénévoles, Maître Chaillet est devenu le chevalier Chaillet, adoubé très officiellement par l’astronaute français Philippe Perrin. Désormais le sire de Chaillet se devra d'honorer sa charge en portant en toute circonstance officielle son épée et son très joli chapeau (Voir l'album photos).