Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

27/03/2008

Les aventures africaines de Blake et Mortimer

Pour leur retour, Blake et Mortimer ont repris la piste ouverte par le plus célèbre de leurs aînés. Direction l'Afrique. Blake et son fidèle ami ne partent pas au Congo comme Tintin, mais au Kenya et en Tanzanie. Leur dernière aventure, Le Sanctuaire de Gondwana (Dargaud), sort demain. André Juillard est au dessin et Yves Sente au scénario.

Dans le calme de son atelier parisien, André Juillard feuillette les planches de son nouvel album : « Je ne suis pas très à l'aise avec la science-fiction, mais j'adore les années cinquante, le côté british. Dessiner cet album a été très plaisant. » La SF revient en effet en force dans ces aventures africaines. « L'archéologie également dans un contexte de mondes perdus dans la droite ligne de Jacobs. Souvenez-vous de l'Atlantide, de La Marque Jaune. » Une évidence : ces aventures au Gondwana ont une saveur subtile, celle de la maturité. « Yves Sente a toujours voulu faire voyager Blake et Mortimer. Il a eu l'idée de mettre des petits drapeaux sur une mappemonde pour matérialiser leurs voyages. Et l'Afrique oubliée s'est imposée comme destination. » Du coup, Juillard s'est lancé dans des paysages de savanes avec éléphants, lions ou lycaons. « J'avais beaucoup aimé le film Hatari avec John Wayne. » Un clin d'oeil.

771f1d47a81f3ea39bfcfd7057bc4b97.jpgMais l'Afrique n'est pas seule au rendez-vous. « On va retrouver dans cet album des personnages secondaires, parfois oubliés, créés soit par Jacobs lui-même ou par Ted Benoit. Cela a été agréable de les faire revivre. » Une piste de plus pour confirmer qu'il y a beaucoup de surprises dans ce tome qui suit de près le dernier album, Les Sarcophages du 6e continent, dans lequel des pistes avaient été ouvertes pour la suite.

Pas un mot de plus, by Jove, comme dirait Mortimer, car le suspense est seul maître à bord. Yves Sente a bien ficelé son scénario. « Il prévoit tout avec un découpage scrupuleux. Car si on oublie le moindre boulon, la mécanique se grippe », poursuit Juillard. On apprendra aussi que Mortimer écrit ses mémoires. Juillard se consacre pour l'heure à la suite des aventures de son autre personnage, Lana, sur un scénario de Christin : « Elle sera l'héroïne d'une histoire d'espionnage moins feutrée. Je ne peux pas sortir d'une histoire quand je la commence, ni travailler sur deux albums à la fois. Côté projets, j'en ai mais je prends mon temps. » Difficile de le lui reprocher quand on se penche sur le dessin de Juillard à la fois léché, précis et réaliste. En parallèle à la sortie du S anctuaire de Gondwana est également publié un spécial Dans les Coulisses qui rassemble ses travaux préparatoires. Sans oublier une exposition de ses originaux à la galerie Desbois à Paris et une exceptionnelle vente aux enchères le 29 mars chez Artcurial qui va rassembler des oeuvres d'Hergé (un projet de couverture de Tintin en Amérique estimé à 280 000 €), de Bilal, Druillet, Guarnido, Pratt, Mattotti. Et Juillard bien sûr.

Lémurien intime

86e5d03c6357133ceec4797138fb6eff.jpgFabrice Tarrin n'a pas une vie de tout repos. Quand il décide de venir s'installer à Montpellier le dessinateur de Violine et du dernier Spirou ne se doute pas que cela allait lui inspirer un nouveau personnage, lui-même sous les traits d'un lémurien. L'adorable bestiole fera ses premiers pas sur son blog pour devenir enfin le héros d'un journal intime dans lequel Tarrin raconte sa vie mouvementée, sentimentale, amicale. En alignant une galerie de portraits animaliers parfaitement cernés, du recul et un humour que son trait rehausse Fabrice Tarrin nous offre un joli détour tendre et séduisant. Journal intime d'un lémurien, Shampoing Delcourt, 13,95 €.

Eva se cherche

abe488e6ba7cd401a7e294cbca59bca5.jpgElle est dans l'air du temps, Eva. Trentenaire sympa, un brin brouillon, à la dérive parfois, Eva a un gros coeur à prendre. Alors quand elle déprime côté boulot ou amour, Eva se laisse aller sous la couette ou achète des fringues.

Flanquée de sa copine Olivia et de son portable (vital), Eva déroule sa vie au fil des planches que signe Aude Picault avec beaucoup de lucidité, de réalisme et d'humour. On sent qu'il y a du vécu dans cette Eva, qu'Aude Picault s'est inspirée de ses copines. La solitude, elle n'en veut pas, Eva. Aude Picault a trouvé une Eva qui se cherche, on le souhaite, encore longtemps. Eva, Glénat, 10,90 €.

20/03/2008

Place aux jeunes

310c1867ac0953dfd90c90c4868bcb58.jpgC'est le printemps, celui de la jeunesse qui, en plusieurs albums de qualité, nous propose de faire un beau voyage parmi le monde des jeunes adultes comme on dit, devenus des héros. On commencera par La Porte au ciel (Aire Libre / Dupuis, 14 €) dont le tome I met en place le parcours erratique de trois mineures en fugue, Manu, Julie et Anna. Elles vont se réfugier dans la vieille maison familiale en Bretagne dont la cave est un endroit d'où l'on peut parler aux êtres chers disparus. Avec leurs angoisses personnelles chevillées au corps, les trois jeunes filles, mal dans leur peau, vont trouver dans ce lieu une possibilité de renouveau. Sicomoro offre un dessin d'une puissance réaliste évidente qui colle au scénario de Makyo, très élaboré, avec sa part de romantisme dramatique. On enchaînera avec En sautant dans le vide (Dargaud, 12,50 €) où un trio de "parkoureurs", deux garçons et une fille, ouvre le feu pour une nouvelle série urbaine. Ils sautent de mur en toit, évitent si possible les coups mais se font des ennemis en pagaille. Une BD dans l'air du temps signé par Man qui a rendu, en y ajoutant son style, l'univers du manga. Ses acrobates urbains sont, eux aussi, à la recherche de leur identité. L'histoire tient la route. Cadrage nerveux et accrocheur. Enfin, une mention pour Aïda (Dargaud 9,50 €) par Vinci. Une jeune étudiante s'installe dans la maison familiale et communi que avec ses grands-parents décédés. Une fable poétique en finesse et séduisante avec une belle maîtrise graphique.

La vie est à lui

6cae3e33eb5a1cdd10aa89cf722b503b.jpgPico est un petit garçon philosophe qui mène sa vie d'un oeil critique. Il a des parents un brin bobos et une petite soeur qui revendique haut et fort son indépendance. Pico a tout ce qu'il faut pour devenir un héros, certes un peu intello mais avec une vraie nature. Pico a été créé par un drôle de tandem, la mère Dominique Roques au scénario et le fils, Alexis Dormal au dessin. Pico n'est pas un Petit Nicolas en puissance. On ne lui fait pas à Pico. Même que parfois, quand il parle, il est un peu haut de gamme. Mais c'est un petit travers car Pico est drôle, émouvant, ironique si besoin. Et joliment dessiné. "Pico Bogue, La vie et moi" ; Dargaud, 10,40 €.

Nuit noire

cbc4d98b30259831c6f9ffd13221a181.jpgDes vampires vendeurs dans un drugstore ouvert la nuit. Ce thriller au ton résolument décalé est une découverte agréable. Signé par Abel, Soria et Warren Pleece au dessin, on assiste à l'oeuvre dévastatrice d'un Nosfératu chicano, patron de supérette, qui transforme ses jeunes employés en Dracula. L'ennui, c'est qu'il va tomber sur Dave qui est végétarien et va, en plus, tomber amoureux d'une brunette au look gothique. Ce qui l'oblige à se forcer un peu. On se prend au jeu de cette nuit noire où il s'en passe de très drôles mais entre vampires exclusivement. Ils ont leurs petits soucis, les dents pointues. Comme les autres. "Ouvert la nuit" ; Dargaud, 17 €.

18/03/2008

Giardino tire ses leçons de l'Histoire

BD Vittorio Giardino présentait au Salon le dernier tome de Max Fridman (1), son héros pris au piège de la guerre civile espagnole. Avec l'élégance subtile d'un auteur dont les travaux sont rares. Le premier Fridman est paru aux débuts des années 80, le cinquième aujourd'hui. Un homme tout en finesse qui a le charme de son Italie natale et sait à merveille parler de son art. 

Pourquoi avoir choisi la guerre d'Espagne, un conflit un peu oublié de nos jours ?

Parce que justement on a oublié que l'Espagne en 1938 a été le « terrain de jeux » du fascisme qui y a testé sa vision de la guerre moderne en bombardant les populations civiles. Parce que plus récemment le siège de Sarajevo a ressemblé à celui de Madrid. Ou encore que les démocraties ferment aujourd'hui les yeux sur le Darfour. L'Histoire donne des leçons qu'il faut savoir retenir.

Fridman est français, ancien agent des services secrets. Il est juif et a combattu dans les Brigades Internationales. Giardino est-il un auteur engagé qui ressemble à son héros ?

43d64e9a0c07370677310ad3094e56af.jpgC'est très important pour moi que Fridman soit juif. Ils ont toujours été confrontés aux persécutions depuis des siècles. Fridman comprend ainsi mieux que tout autre en 1938 ce que les nazis risquent de faire. Je suis allé récemment en Israël et je pense qu'une prochaine aventure de Fridman s'y déroulera à la veille de l'indépendance en 1948. Et un autre épisode en 1940, en France, pendant la "drôle de guerre", au moment où on se refuse à envisager malgré tout qu'une tuerie comme celle de 14-18 puisse se reproduire. Enfin, oui, Fridman me ressemble beaucoup. Barbe, pipe (sourire).

Votre dessin très réaliste est prenant, envoûtant. On plonge directement dans l'intrigue.

Le spectateur doit être acteur. J'écris de très longues histoires dans lesquelles je coupe largement. Je prolonge par des croquis en même temps de façon à me mettre à la place de chacun de mes personnages. Je suis d'une précision cependant rigoureuse. C'est le secret. Une BD ce n'est pas un reportage photo. Mes décors urbains sont souvent en fait inventés.

 

Les femmes tiennent une place très importante dans votre oeuvre. Vous avez illustré pour Vogue ou Glamour. Dans Fridman il y a toujours un second rôle féminin.

J'aime les femmes et en particulier la mienne et mes deux filles. J'aime les dessiner mais je suis incapable de me mettre vraiment dans leur peau. Comme il m'est impossible de dessiner de la science-fiction. Moebius est inégalable dans ce domaine. Non, ce qui me manque c'est le temps pour dessiner tous mes projets et en particulier le tome 3 de Jonas Fink qui raconte la vie d'un jeune homme juif sous un régime communiste d'un pays de l'est. Je vais m'y mettre, promis. (1) Max Fridman, Sin illusion, T5, Glénat, 13 €.

17/03/2008

Biker fou

788fa5e302f0dd0dfd94dcaae906adf0.jpgAuteur montpelliérain Fane a signé, il y a un an, avec Téhy, l'un des meilleurs romans graphiques de la saison, Petites Eclipses, saga estivale de couples en crise.

Avec la reprise de son héros Tunny Head, un biker fou et surréaliste dans la déraison, c'est une autre facette de son talent qui fait découvrir Fane en toute liberté conceptrice.

Tunny Head est sanguinaire, un brin abruti mais capable quand même de brefs éclairs de lucidité. Les cadavres jonchent sa route. Fane fait de Tunny une sorte de chevalier de l'apocalypse rigolo et philosophe cynique. Un agréable retour. "Tunny Head", Editions 12 Bis, 19 €

Piège à loup

263d43f5c9c6029f946421e37e6061bd.jpgDidier Tronchet nous offre une superbe histoire noire et tendre, une comédie dramatique à rebondissements, un polar social qui se découvre et se déguste avec délices.

Un gynécologue en mal d'aventures amoureuses s'associe à un brave type paumé avec un gros coeur et une Roumaine charmante qui va balader son petit monde pour la bonne cause. François, Jacky et Iléna se heurtent à une mafia de la prostitution. Et découvrent amour vrai et amitié.

Un beau suspense, un Tronchet en plein élan créatif, un humour acerbe, 120 pages de talent aux héros romantiques. "La Gueule du loup", Futuropolis, 19 €

07/03/2008

Un joli lot de drôles de dames

b95dddc27eebde38a6d15d4cf6dcd3ea.jpgLa parité serait-elle en train de montrer le bout de ses cases en BD ? Les héroïnes sont en effet de plus en plus nombreuses au fil des nouveautés. Dernière en date Ely, qui dans la série Damoclès (Dupuis, 10,40 €) est à la tête d'une équipe de gardes du corps chargés de la protection rapprochée de personnalités.

Les agents de Damoclès font dans le haut de gamme et n'ont pas droit à l'erreur. C'est à Londres dans un futur proche que Ely et son équipe vont avoir à protéger Saïd, le fils d'un magnat de l'armement qui sera enlevé si son père ne met pas un terme à ses trafics.

Callède au scénario et Henriet au dessin ont mis en place une héroïne certes de choc mais avec ses faiblesses et ses doutes. Efficacité dans le dessin et l'histoire, des personnages bien campés, Damoclès a le rythme des bons thrillers.

c24456cc0954dbbd070f5369df026981.jpgAvec le tome V d'Agence Hardy (Dargaud, 10,40 €) on retrouve Edith, détective privé à la fin des années cinquante. La dessinatrice Annie Goetzinger et son complice Pierre Christin au scénario ont envoyé Edith enquêter à Berlin qui sera bientôt coupé en deux par le fameux mur. Elle va y retrouver un agent américain qui lui fait les yeux doux. Belle ambiance et reconstitution parfaite des années de guerre froide pour Edith qui, elle aussi, doit éviter que le fils d'une personnalité soit enlevée.

cf4bbeabed9f8d7178d860b1158a15c6.jpgEnfin, un coup de coeur pour la brune Poison Ivy (Dargaud, 10,40 €) et ses copines signées Berthet et Yann. Dans le tome V, Baraka à Bir Hakeim elles vont voler un convoi d'or pour Roosevelt. Bel humour historique pour ces drôles de dames qui vont affronter, pas moins, l'Afrika Korps de Rommel en plein désert, se moquer avec le sourire des Français. Une série qui est arrivée à maturité en particulier au nivau scénario avec plein de clins d'oeil entre autres cinématographiques. Un vrai plaisir et un Berthet toujours aussi agréable au dessin.

Dans le Delta

dd90d2be625dfd6fa89e87d2b3b8e8b6.jpgDes pirates sanguinaires, le fils un peu niais mais bon coeur d'un noble fort riche, une jeune indienne, Lina, esclave des boucaniers, voici les protagonistes de cette nouvelle série. Gabriel, l'héritier, sera libéré par Lina qui a des pouvoirs magiques et va lui apprendre à vivre.

Les deux jeunes gens feront cause commune après avoir pris la juste mesure de leurs conditions. On adhère à ce mélange d'aventures classiques et de fantastiques à la Pirates des Caraïbes. Fonteneau a écrit une histoire qui tient la route et le dessin de Ricci et Simonacci sont parfaits dans leur réalisme coloré. Delta, T 1 L'Anse aux crânes, Humanoïdes Associés, 12,90 €.

Johan et Pirlouit, l'intégrale

6eefb664e90d63104a3f5f0bdd4c5a3d.jpgOn a oublié que Peyo avait inventé les Schtroumpfs comme personnages secondaires de sa série Johan et Pirlouit. Au tout début des années cinquante Peyo publie dans Spirou les premières planches de Johan, page du Roy, un jeune homme courageux qui va déjouer complots et trahisons. Johan sera rejoint bientôt par le nain Pirlouit, un joyeux luron qui apporte une touche d'humour à la série. Avec la réédition du premier volume des aventures de Johan et Pirlouit on a redécouvre toute une époque de la BD, celle d'un dessin superbe, vivant, touchant dont Peyo était l'un des maÎtres. Intégrale Johan et Pirlouit, T 1, Dupuis, 17 €.