Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

20/04/2007

Des mondes nouveaux pour Léo et Bec

Ce sont de nouveaux mondes vers lesquels aussi bien la dernière série de Léo, Antarès (Dargaud, 9,80 €) que celle de Bec et Henninot, Carthago (Humanoïdes, 12,90 €) nous entraînent par la magie de la BD. Avec Léo, on poursuit les cycles futuristes entamés avec Aldébaran et Bételgeuse. La belle Kim que l'on a vu grandir et devenir femme sur ces planètes lointaines espoirs des Terriens à l'étroit reprend du service.

medium_BDLEO.2.jpgSur Antarès qui pourrait devenir une colonie des événements curieux risquent de tout remettre en question. Kim va devoir accepter d'aller y faire un tour et découvre en prime qu'elle est enceinte à la veille de son départ. Léo a pris le rythme. Antarès s'inscrit dès le premier volume dans la logique des autres titres. Une grande maîtrise de l'ensemble, dessin compris bien sûr.

Avec Carthago, c'est au fond des océans que l'aventure prend forme. Bec est au scénario après avoir signé Sanctuaire au dessin qu'il laisse pour cette nouvelle série à Henninot. Il y a un petit côté dents de la mer mais à une échelle encore plus monstrueuse dans cette découverte d'une fosse dans laquelle des animaux marins préhistoriques auraient survécu.

Le Mégalodon refait surface et l'équilibre écologique de la planète est en danger. Une enfant capable de respirer sous l'eau, un financier sans scrupules, un trait très fort et réaliste, tout est réuni pour que Carthago s'impose.

Le bestiaire de Sfar

 medium_BDSFAR.jpgDes vampires amoureux, des fantômes qui ont cessé de grandir une bonne fois pour toutes à leur mort, un loup-garou sentimental, Joann Sfar offre un regard à la fois poétique, drôle et délicat sur un bestiaire hors normes. Aspirine est une jeunette morte au XVIIIe siècle. Depuis, elle hante le monde à la recherche du grand amour. Elle va trouver Edmundo, vampire de La Havane, en survêtement. Sa soeur, Josacine, une grande dévoreuse, finira elle-aussi par trouver le bonheur. C'est tout simplement enthousiasmant ce petit monde romantique au trait léger. Le Bestiaire amoureux, l'âge où on est mort, Delcourt, 14,95 €

Des enfants très seuls

Toujours sympa quand un tome 2 est à la hauteur. Une poignée d'enfants et d'ados se retrouvaient seuls un beau matin dans une grande ville déserte. Enfin presque. Condamnés à survivre, les cinq abandonnés dans ce second volume de la série vont avoir à faire face à un mystérieux agresseur masqué bardé de couteaux et qui n'engendre pas à première vue la sympathie.

medium_BDSEULS.jpgAmbiance éprouvante garantie, très visuelle sur le dessin de Gazotti et le scénario de Vehlmann toujours inspiré. Cohésion du récit, belle déclinaison de personnages et de décors, on est dans le bain jusqu'au cou. Vite la suite car on est pris aux tripes par les. Seuls T 2, le maître des couteaux, Dupuis, 9,80 €

13/04/2007

Dominique Hé, toute la palette du réalisme

Dominique Hé a la classe naturelle des dessinateurs capables de s'adapter à tous les univers. En signant dans la série Secrets Bancaires l'album Blanchiments qui vient de sortir chez Glénat, Hé ne quitte pas pour autant le style réaliste qu'il affectionne.

medium_BDHE.jpgMais comme il s'empresse de le dire « c'est autre chose que mes albums plus anciens. Je me suis beaucoup plus attaché aux expressions des personnages, à leurs attitudes car contrairement à une série historique le décor n'est pas aussi riche. Et tous les petits personnages secondaires de cette arnaque contemporaine, une première pour moi à dessiner, devaient apporter leur pierre à l'édifice en ne s'appuyant que r le scénario ».

On va donc découvrir comment des citoyens bien tranquilles, une banque honorable et un flic grognon ont en commun des millions d'euros en lingots d'or qui se baladent. Et des secrets pas faciles et dangereux à avouer.

Dans ces précédents albums Dominique Hé avait privilégié la documentation « qui est une vraie partie de plaisir autant que le dessin. Pour la femme pirate qui sévit en Indochine à la fin du XIXe dans Mémoires d'un aventurier j'ai hanté la Bibliothèque Nationale et le Musée de la Marine. En fait c'est dans des numéros de l'Illustration que j'ai trouvé mon bonheur ». Idem pour Sophaletta qui a pour cadre la révolution russe. « Je m'adapte au scénario. J'ai mon style, c'est tout, inspiré entre autres de Martin ou Jacobs et qui a évolué. Ne jamais copier, on se tue », assène Dominique Hé comme un défi.

medium_BDHE2.JPGEn octobre Hé va sortir l'une des premières BD sous la bannière des éditions Robert Laffont avec lesquelles il faudra désormais compter. Un retour au roman historique avec Rodolphe au scénario pour adapter Les Contrebandiers de Moonfleet dont Fritz Lang avait fait un fil et un beau défi : « Toujours se remettre en question, cela permet de se juger soi-même ».

Down, la frontière à ne pas franchir

Une femme flic qui est à chaque instant prête à franchir la ligne jaune qui sépare le monde des truands et celui des flics, Warren Ellis et Tony Harris au dessin signent un comics très abouti et dérangeant.

medium_BDDOWN.jpgDeanna Ransome est infiltrée dans la maffia. Et elle a la gâchette facile en souvenir d'un vieux souvenir de jeunesse. En plus elle ne peut faire confiance à personne car son propre service a des fuites. Pour être crédible par les truands Deanna va y laisser peu à peu son âme. Plus noir que ce Down c'est difficile. La jeune femme est le juge et le bourreau sans nuances évidentes. Reste que ce polar est bien fait. Violence omniprésente et dessin d'une efficacité redoutable. Down, Delcourt, 12,90 €.

Manara et la belle au regard d'acier

C'est le retour d'un brillant dessinateur. Milo Manara s'est cette fois embarqué - le mot est faible - dans une sombre affaire de paternité sur fond de polar à connotations vaguement érotiques. Une belle brune qui a de temps en temps des sautes d'humeur est enlevée à ses parents nourriciers et après un périple européen découvre qu'elle est la fille d'un truand notoire.

medium_BDMANARA.jpgPapa et fillette ont le même regard un brin jobard d'ailleurs. On passe sur les jupettes qui volent et les suggestions érotiques chères à Manara. Tout reste soft. Rien à dire pour le dessin toujours aussi élégant de Manara. Le scénario de Cerami, auteur au demeurant très connu en Italie, est aussi léger qu'inconsistant. Dommage car le retour d'un talent comme Manara méritait mieux. Les Yeux de Pandora, Humanoïdes Associés, 12,90 €.

02/04/2007

Morvan a bien revisité ses classiques

Jean-David Morvan, scénariste comblé et désormais directeur de collection chez Delcourt lance toute une série de classiques en BD, des oeuvres qui l'ont marqué, un choix vaste et sans parti-pris. « Donner envie de lire l’œuvre originale, la faire redécouvrir et y être fidèle dans son adaptation, voila mes ambitions ».

medium_BDTROIS.jpgTrès clair Morvan avec sa collection Ex-Libris qui propose dans un premier temps Les Trois Mousquetaires de Dumas, Robinson Crusoé de Defoe et Oliver Twist de Dickens. « Je n’ai pas voulu de formatage graphique. Chaque auteur arrive avec ses envies, son talent. Un rapport personnel doit s’instaurer avec l’histoire pour le dessinateur comme pour le scénariste. J’ai tellement été déçu par des adaptations de commande que ce soit en BD à l'occasion d'une commémoration ou autre, sans âme » ajoute le père de Sillages.

medium_BDROBINSON.jpgEt Dumas par Rubén, Dufranne et Morvan c’est un tome 1 qui enchante, coloré, enlevé, loin des raccourcis du cinéma ou de la TV. Idem pour Robinson dont on retrouve la saveur, les doutes d’un dilettante branché qui finira mais pas de suite sur une île avec Vendredi. Christophe Gaultier a assuré la totalité de l’adaptation avec originalité et une maîtrise étonnante du découpage que Morvan qualifie de « superbe surprise ».

medium_BDOLIVER.jpgLa diversité sera à l’honneur : «13 titres cette année et chaque titre en plusieurs volumes, Mark Twain, Poe, Shelley ou Gogol avec toujours le nom de l’auteur dans le titre, le choix reste ouvert ». Une expérience de plus, réussie, pour un Morvan comblé.

Spirou au Marais

Un voyage dans le temps, Frank Le Gall qui pour un album en reprend les aventures a embarqué Spirou et Fantasio dans le quartier du Marais en plein Paris du XIXe siècle. On y retrouve ce bon Champignac et, surprise, Zorglub qui aimerait bien redevenir le maître du monde et a comme d'habitude loupé son coup.

medium_BDSPIROU.2.jpgSi l’idée de départ était séduisante avec son monde de petits truands à l’argot du faubourg on a au fil des pages comme un petit manque, une légère déception même si le tout se tient. Ce n'est certes pas simple de reprendre une série aussi mythique que Spirou. Munuera avait le dessin qui collait le mieux avec celui de Franquin qui restera à jamais le nec plus ulta en la matière. Idem pour le scénario.

Franquin avait le génie de trouver les personnages, les enrichir par des détails savoureux, écrire des histoires qui tenaient toujours la route. Cela dit il se peut que passé un temps de réflexion Morvan et Munuera plus ou moins hors circuit depuis leur Spirou au Japon se retrouve encore une fois pour un auter album des aventures de l'ex-groom. Pour l'heure côté dessin Le Gall dont le Thédore Poussin qui a fait sa réputation  est un régal a lorgné, ou cela peut être un hasard, vers Rob-Vel et Jijé premiers auteurs à avoir travaillé sur Spirou dans les années quarante pour le look de ses héros. Les aventures de Spirou et Fantasio, Les Marais du temps, Dupuis, 13 €.