Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

18/09/2006

Les albums de fin septembre 2006

Métal, l’armure invicible  

medium_BD_Metal.gifUn monde futur et des armures dans lesquelles les hommes glissent leur esprit pour mieux s’affronter. Avec ce premier tome La Bataille de Méridia,  cette nouvelle série intitulée Armure apporte un petit souffle nouveau. Emmic fils de l’empereur a droit à sa première carapace mais il y a de la trahison dans l’air. Des combats haut de gamme, des personnages bien typés, les trois auteurs Brown, Alexander et Guice ont du talent. L’empereur Elias et son fils ont des problèmes dans des décors qui valent le détour. On sent qu’on s’embarque dans une série dont on va attendre les suites. (Humanoïdes Associés, 12,90 €) ☺☺

Néro, un privé qui détonne

medium_BD_Nerp.gifIl y a d’abord l’ambiance et puis l’histoire de ce polar. Ensuite le héros, un privé ancien flic et enfin la BD dans son ensemble à laquelle on adhère en un instant. Des meurtres bizarres avec un tueur qui recoud ses victimes, un coupable trop facile et Néro qui enquête dans ce premier volume, la cinquième victime. Le scénario est d’une rare finesse. Mutti et Crippa font des débuts de choix. Rebondissements et suspense garantis. (Casterman, 9,80 €) ☺☺

Chabouté revisite Landru

medium_BD_Landru.2.gifIl y a de fortes chances pour que ce Landru et sa cuisinière soit en lice en 200 à Angoulême. Un Landru de plus dites-vous ? Erreur car Chabouté flanque un gros coup de plumeau au mythe avec un scénario qui frôle le génie. Et si Landru n’avait été qu’une victime d’un vrai psychopathe machiavélique ? Pas nécessaire d’en dire plus sinon l’effet de surprise serait perdu. Il reste que le dessin en noir et blanc, le découpage, le trait, tout incite au plaisir. L’impact de ce Landru est fort, puissant. On frémit en on plonge dans un monde de noirceur et d’horreur. Chabouté et Hitchcock, même combat. (Vents d’Ouest, 17,20 €) ☺☺☺☺

Hertz, le Triangle Secret se diversifie

medium_BD_Hertz.gifIl y avait tout à craindre de cette diversification du Triangle Secret, série qui a rassemblé un vaste public et un panel de dessinateurs sous la houlette de Didier Convard. Cette fois ce sont les personnages principaux qui s’offrent un album tout à eux pour raconter leur vie voire leur jeunesse. Hertz est le personnage clé du Triangle. On va donc apprendre que son initiation remonte à la période de l’Occupation où avec un copain il sauve un résistant évadé et franc-maçon. Juillard pour la période contemporaine et Falque se partagent le dessin de cette aventure bien tournée et à qui se laisse facilement lire. (Glénat, 12, 50 €) ☺☺

 

 

Le sang des voyous, un Loustal brillant

 

medium_BD_Sang.gifLoustal a des qualités brillantes d’illustrateur, de peintre et bien sûr aussi de dessinateur. Cette fois il est associé à Paringaux pour un polar d’une noirceur totale. Un vieux tueur malade qui va mourir veut retrouver sa fille. Et il est prêt à tout. Rien à perdre et en profite pour régler quelques comptes à froid. Il est pathétique Luigi. Il raconte sa vie minable et sa fin ne le sera pas moins. Une vraie tragédie que se sont offerts Loustal et Paringaux. On peut une fois encore penser que cet album est l’un des meilleurs de cette fin d’année 2006. (Casterman, 15 €) ☺☺☺☺

15/09/2006

Les mangas s'offrent un dictionnaire complet

Le manga a droit de cité au sein de l'univers de la BD francophone. Étonnant à plus d'un titre quand on sait qu'en 2005 un tiers des albums publiés en France sont des mangas. Donc rien de surprenant que sorte en cette rentrée 2006 le Guide des Mangas sous les signatures de Julien Bastide et Anthony Prezman.

medium_MANGAS.jpgPour les non initiés le manga a le format d'un livre de poche, une pagination qui peut flirter avec les 150 pages, un rythme de parution frénétique et se lit de la droite vers la gauche. Pour faire simple le manga, c'est du feuilleton dessiné à publication rapide, un vrai produit de consommation. Des mangas il y en a pour tous les publics et les enquêtes montrent que les filles en sont des lectrices frénétiques.

Dans leur guide les auteurs racontent en détail la saga des mangas mais aussi posent un regard critique sur les 100 meilleures séries en sachant que 700 sont disponibles en France. Ils passent au crible le graphisme, le scénario et les thématiques. Les auteurs sont mis en fiches et les couvertures illustrent les titres.

Ils ont aussi pour rendre pratique ce guide très documenté établi des liens entre les mangas de même sensibilité, une aide aux lecteurs indispensable.

 

Le Guide des mangas, Bordas, 288 pages, 14, 90 €.

 

07/09/2006

Jusseaume et Kraehn complices en création

Jusseaume dessine. Kraehn écrit. Ils signent Tramp, une belle et aventureuse histoire de cargos. Au dernier festival de Fabrègues, ils ont livré leurs secrets de "couple."

 Histoire d'amour ou de raison, comment se concocte l'alchimie toujours miraculeuse qui permet non seulement à un scénariste de rencontrer le dessinateur qui sera son alter ego mais de vivre avec lui le succès d'une BD réussie ? « C'est un peu le mélange du hasard des rencontres et le respect mutuel du travail de l'autre. » Jean-Charles Kraehn est aux côtés de Patrick Jusseaume dans la cour du château de Mujolan, à Fabrègues, près de Montpellier, où ils dédicaçaient. « Kraehn m'avait proposé de reprendre sa série, Les Aigles Décapités. J'ai préféré lui demander de m'écrire une histoire. Et il a dit banco », précise en souriant Jusseaume.

medium_juss.jpgCe à quoi Kraehn répond : « Au départ, des idées je n'en avais pas vraiment. Des sujets oui, dont un sur les cargos et la batellerie. On arme une vieille coque, on la coule et on se fait payer par l'assurance. En prime, j'y ai ajouté un sous-marin pirate allemand toujours en activité en 1950, une petite liberté historique. » Et Kraehn d'appeler le tout Tramp (Dargaud), une série où le héros Calec, un peu naïf, devra s'imposer au fil des albums face aux maîtres du récit, les cargos, le plus souvent des Liberty Ships américains reconvertis après la guerre.

Cela, c'était pour le premier cycle. Depuis Tramp et Calec ont bourlingué sur les côtes africaines et, dans le dernier album, ont fait escale à Saïgon en pleine guerre d'Indochine. « Tramp est un récit qui n'est pas simple à scénariser. Il faut débarquer le héros de son cargo, univers limité, ce que nous avons fait avec Jusseaume dans cette aventure indochinoise. On devait trouver le moyen de retarder Calec à Saïgon pour finalement qu'il se lance dans une aventure terrestre », ajoute Kraehn.

Et Jusseaume de poursuivre : « Calec mène deux quêtes à la fois. On le fait revenir dans un pays où il a vécu et où son père a eu un rôle que l'on pressent mystérieux. C'est l'art du scénario que de donner au héros un passé qui soit crédible sans anachronisme. » Alors comment fonctionne un scénariste ? « Je ne peux pas écrire tout le scénario d'un coup. Je sais où je vais mais je livre à Patrick une dizaine de planches. Je trouve mes idées au fur et à mesure. » Cela, Jusseaume sait le gérer et d'ajouter : « Je me documente énormément. Il n'y a pas de co-écriture ni de story-board qui parasiterait mon univers de dessinateur. Enfin, un scénariste doit faire le deuil de son histoire quand il la met entre les mains du dessinateur qui va traduire les intentions qui sont dans les mots. » De la confiance encore et toujours, de la complicité, avec en prime le devoir pour le "couple" de communiquer. « Il faut écouter l'autre », enchaîne en coeur Jusseaume et Kraehn qui vont continuer à faire voyager leurs lecteurs. Deux albums indochinois sont à venir. Ensuite destination peut-être le Brésil ou l'Océan Indien.

« Par la mer on peut aller sur tous les continents. Et comme les lecteurs se sont appropriés la série, on se sent très bien à bord de notre cargo en leur compagnie. » Le mot de la fin pour un couple d'auteurs en parfaite harmonie.