Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

30/08/2006

Festival de bulles à Fabrègues

Le 8e festival de Fabrègues, près de Montpellier, ouvre ses portes ce week-end les 2 et 3 septembre, au domaine de Mujolan, désormais consacré haut lieu de la BD régionale.

Cette année, l'association Jetez-l'Encre a choisi le polar comme thème de la manifestation. Annie Goetzinger, dessinatrice de Agence Hardy, sera la présidente de l'édition avec à ses côtés des scénaristes de haut vol. Au total ce sont une trentaine d'auteurs qui dédicaceront leurs ouvrages. Vicomte, Adamov, Gine, Jusseaume, Cauvin, Kraehn, Chaillet, Fahrer, Balland, Demare, Roman, pour ne citer qu'eux, sortiront leurs crayons de 10 heures à 13 heures et de 15 heures à 18 h 30. En marge du festival, une exposition à ne pas rater est présentée à la mairie où seront accrochées les planches de Grey, l'auteur de La Voie du silence (jusqu'au 30 septembre).

Les scénaristes en vedette d'un festival très "polar"

Le scénariste livre l'épine dorsale d'une bonne BD. Au festival de Fabrègues les 2 et 3 septembre, on pourra rencontrer Cauvin et Cothias mais aussi Mythic ou Cornen, grands conteurs d'histoires. Il y aura un scénariste absent cependant. Pierre Christin ne pourra être à Fabrègues bien que ce soit lui qui scénarise Agence Hardy, la série signée au dessin par Annie Goetzinger. Un superbe polar avec une femme détective privée. Mais Christin c'est aussi Valérian ou le prochain Juillard, Le Long voyage de Léna.

On se consolera sans problème avec la présence rare de Cauvin, un des grands scénaristes belges qui a à son actif quelques-unes des meilleures séries de ces dernières années. En vrac, Les Tuniques Bleues, Pierre Tombal, Les Voraces, Cupidon ou L'Agent 212, toutes chez Dupuis. « Mon Divan est mon outil de travail » confie ce boulimique qui s'est imposé comme le maître de la BD d'humour. Allongé, Cauvin invente ses gags et aligne ses planches. Avec une douzaine d'albums par an, maître Cauvin sera l'auteur à rencontrer absolument à Fabrègues.

Avec Cothias le registre change. L'Histoire est sa tasse de thé. Réalisme total sur fond romantique avec Masque Rouge et Les 7 Vies de l'épervier. Le duo Cothias – Juillard fonctionne à merveille. Cette saga de cape et d'épée très novatrice et superbement dessinée a eu une suite plus récemment avec Plume aux Vents. Cothias peaufine, surfe sur les petits secrets de la grande Histoire. Avec Adamov, qui sera à Fabrègues, Cothias a repris Les Eaux de Mortelune. On lui doit aussi un thriller redoutable, Le Lièvre de Mars qu'il su faire rebondir à plusieurs reprises.

Mythic est quant à lui un scénariste qui préfère mélanger les genres. Humour avec Curd Ridel pour Le Gowap mais polar fantastique avec Halloween Blues et thriller avec Alpha ou Rubine. Mythic sait faire rire et frémir. Enfin, une femme pour clôturer cette sélection très masculine. Fabrègues recevra Hélène Cornen scénariste de Tristan et de L'Univers de Korrigans d'Elldwen.

Des cases en bref

Pendant le festival et avec le soutien de l'association Jetez l'Encre, les auteurs réaliseront des dessins originaux sur le thème des vendanges. Ces dessins seront vendus aux enchères et les fonds reversés à l'association VML (Vaincre les maladies lysosomales). Des dessins d'enfants des écoles sur la BD seront également exposés au domaine. Le festival recevra le manga après le succès du 1er salon sur ce thème qui s'est tenu à Fabrègues au printemps. Deux spécialistes auront leur stand, Studio Corail et BJDs.

26/08/2006

Les albums de septembre 2006

Alpha, les méandres de la CIA

 

 D’accord, c’est le tome 9 de la série et donc pas vraiment une nouveauté sur le marché. Il n’empêche que ce Scala, titre de cet album signé Jigounov et Mythic, a du punch. Lutte ouverte pour le pouvoir au sein de la CIA. Alpha va remonter la piste d’une tueuse sans pitié grâce à l’aide d’un ex-agent de l’Est transfuge. En coulisse des négociations entre gouvernements. Le scénario est très maîtrisé. On plonge dans l’album jusqu’à la dernière image. Un dessin réaliste très efficace. Une série à redécouvrir. (Le Lombard, 10 €) ☺☺☺

 

Le retour du divin marquis

 

On a plus qu’un faible pour ce petit marquis d’Anaon signé bien sûr Bonhomme au dessin et Vehlmann au scénario. Un XVIIIe siècle au sein de campagnes ou de montages déshéritées et un petit peuple qui souffre, cette fois le marquis suit une troupe de dragons que le roi a chargé de tuer une bête mystérieuse cruelle et sanguinaire.

C’est à cette traque très initiatrice que nous convie ce tome 4 d’une des meilleures séries du moment. Le dessin a encore pris plus de relief, les personnages sont riches. On exulte. (Dargaud, 10 €) ☺☺☺☺

 

Un baron bien revisité

 

Qui ne connaît le baron de Münchausen capable de voler dans les airs sur un boulet ? Supiot propose sa vision revisitée des aventures du baron pris au piège d’un émir auquel, s’il veut la vie sauve,  il doit raconter sa vie. La mort berce en permanence les actes du baron qui va pourtant charmer l’émir avec ses pirates fantômes ou sa géante malfaisante.

On pense bien sûr aux Mille et une nuits mais Supiot pris du meilleur dessin à Angoulême 2003 avec originalité et talent mène son lecteur aux termes de ce premier album enjoué qui inaugure une belle série. (Vents d’Ouest 13 €) ☺☺☺

 

Des cœurs en bandoulière

 

Krassinsky avait étonné avec son premier album, les aventures en histoires courtes d’une jeune femme bien en chair. On l’avait rencontré à Montpellier et dit tout le bien que l’on ressentait à la lecture de ces planches bourrées de talent et de tendresse. Il revient avec le tome 2 des Cœurs Boudinés. Trois histoires sympas, la première à Toulouse, la seconde à New-York, la troisième à Pontcharmin.

A chaque fois la même fille un brin dodue qui affronte la connerie masculine et s’en sort car il est bien connue que les femmes sont plus intelligentes que nous. Le dessin est aigu, volontaire, du bonheur. (Dargaud 13 € ) ☺☺☺☺

 

Brüssli, un petit bonhomme sympa

 

J. Etienne avait signé le premier tome de Gargouilles avec brio. On le retrouve sur un scénario de Fonteneau dans une belle histoire qui a un petit côté conte style Alice au pays des merveilles auquel on aurait ajouté une dose de Tex Avery et de Calvo dans La Bête est morte.

Brüssli est un petit bonhomme aux origines mystérieuses adopté par un brave villageois. A Stillendorf règne la peur des loups. Une bête malfaisante hante la région. Brüssli (petit dragon peut-être ?) mène l’enquête aidé par une puce qui chante. Fonteneau a un dessin très cartoon. Cette nouvelle série est bien faite et devrait enchanter les plus jeunes. (Humanoïdes associés, 12, 90 € ) ☺☺

06/08/2006

Les albums du mois d'août 2006

80 jours, pas un de trop

Edmond Lesage retombe en enfance. Chaque jour qui passe le fait revenir un an en arrière, pas moins. Histoire d'années qui file cette histoire de Vadot et Guéret finit par un pied de nez drôle et bourré d'espoir. On ne peut qu'aimer ce mélange de fantastique et de réalisme tout à fait maîtrisé. Le dessin et le scénario ne font qu'un. C'est assez jubilatoire et le brave Edmond s'offre 80 ans de flash-back. (Casterman, 14,95 €) €) ☺☺☺☺

La Compagnie des glaces, saison 2

Un train qui traverse des steppes glacées, la compagnie des glaces n'autorise personne à en descendre. Un glaciologue a pourtant aimé la rousse Jdrou qui fait partie d'une tribu considérée comme primitive. Un enfant est né et c'est le destin de cette famille hors normes dans un monde hostile et raciste qu'explore le saison 2 avec facilité et sans lasser réalisée par un studio où travaille plusieurs dessinateurs en même temps. (Dargaud, 9,80 €) ☺☺☺☺

Angel Fire, héritage mortel

John est un perdant. Sa femme se suicide quand il se met à se défoncer à l'angel fire, une drogue imparable. Après un coma prolongé il décide de se rendre dans la propriété perdue sur une île dont il a hérité. Et les ennuis commencent. Fantômes à revendre et affaires pas claires. Sa femme s'est elle vraiment suicidée ? Et John a-t-il quitté son coma ? C'est du solide ce roman très noir signé Blythe et Parkhouse. Pour un peu on le verrait bien en film. (Casterman, 14,90 €)
☺☺☺☺

Double masque, l'Archifou

Il est toujours satisfaisant qu'une série au tome 3 confirme ses qualités. Il est vrai que le duo Dufaux et Jamar ont déjà dérrière eux une belle expérience. On retrouve donc le Consulat avec Napoléon au pouvoir et l'ambigü Cambacéres à ses côtés. Une vilaine affaire de chantage et de meurtre, Napoléon fait apper au héros de la série, le débrouillard La Torpille. Une vraie BD en costumes avec comme d'habitude un scénario cisélé et des ambiances prenantes. (Casterman, 14,90 €)
☺☺☺☺

Les Fils de la louve, un bon tome 2

On est dans le fantastique de plus en plus en cette saison caniculaire. On avait laissé le héros Luca se réveiller en plein cauchemar. Est-il un assassin et surtout a-t-il pu faire un bon de près de deux mille ans en arrière sous Néron ? On y retourne car Fulvio a été retrouvé par un des membres de la confrérie de la louve de nos jours. Il rejoint dans son sommeil une Rome qui va bientôt brûler sous l'oeil attendi de Néron qui pourtant n'en n'est pas responsable. A son retour de nos jours Luca sera accusé de meurtres. Où est le rêve et la réalité ? Pasarin et Weber donne un plaisir certain à leurs lecteurs. Un dessin très typé (Le Lombard, 13 €)
☺☺☺☺